Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chroniques de pemberley

  • Chroniques de Pemberley de Marie-Laure Sébire

    Pin it!

    marie-laure sébire,chroniques de pemberley,chiado éditeur,jane austen,jane austen france,jane austen is my wonderland,austenerie,orgueil et préjugés,darcyTitre: Chroniques de Pemberley

    Auteur: Marie-Laure Sébire

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Sequel/Suite

    Note: 3,5/5

     

       Chroniques de Pemberley est une suite d'Orgueil et Préjugés qui se déroule sur trente ans après le mariage d'Elizabeth et de Darcy.

       J'ai été chagriné dès le début de ma lecture par les nombreux problèmes de coquilles, de ponctuations, voire carrément de grammaire. Je regrette de ne pas en avoir relevés quelques-uns parce que je me rends bien compte qu'accuser sans preuve, ce n'est pas très sympa, mais déjà qu'il a fallu que je m'accroche alors si en plus j'avais dû prendre un papier et un crayon, j'aurais sûrement abandonné ma lecture. Je sais que beaucoup ont aimé ce roman et n'ont pas été gênés outre mesure, moi j'ai trouvé cela insupportable mais vous savez que je suis tatillonne.

       Qu'en est-il de l'histoire me direz-vous... De ce côté-là, il y a des hauts et des bas, des passages très intéressants et qui raviront les fans de Lizzy et Darcy, mais aussi des longueurs sans grand intérêt, surtout vers le milieu du roman, et des personnages plus qu'écorchés. J'ai aimé le choix de nous faire suivre les Darcy sur plusieurs générations, d'assister au temps qui s'écoule, aux enfants qui grandissent et qui partent, à la maison qui se remplit, puis qui se vide pour mieux se remplir de nouveau quelques années plus tard. Certains passages sont très poignants et la peinture du couple est très réaliste même si les mon/ma chéri(e) à tout bout de champ m'ont vite agacée. Et dans l'insistance de nous montrer la cruauté de la vie sans user d'une pointe d'humour ou d'ironie, on a du mal à retrouver le style austenien. De même pour les voyages en Ecosse ou aux Etats-Unis qui sont bien dépeints mais qui nous éloignent encore un peu du petit monde de Jane Austen.

       Quant à la véritable héroïne de ce livre, ne vous y trompez pas, il s'agit de la maison, de Pemberley dans toute sa splendeur et ses traditions et il y a de la poésie dans l'attachement des Darcy, et de leur descendance, pour leur domaine. C'est d'autant plus dommage de commencer et terminer le livre à notre époque, en nous informant que seuls les touristes s'intéressent encore à elle et que l'actuelle Mrs Darcy n'aime pas la campagne

       Est-ce que pour autant cela veut dire que je n'ai pas aimé ou que je ne vous conseille pas ce livre? Pas du tout! C'est une austenerie honnête et sympathique parmi d'autres, et plutôt dans le haut du panier en ce qui concerne les austeneries en français, et il suffit de voir les nombreuses chroniques positives déjà publiées pour savoir que nombre d'entre vous apprécieront encore cette lecture.