Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Northanger Abbey

  • De Darcy à Wentworth de Sybil G. Brinton

    Pin it!

    de darcy à wenworth,jane austen,france,blog,sybil g. brinton,première austenerie; austenerieTitre: De Darcy à Wentworth

    Auteur: Sybil G. Brinton

    Langue: Français

    Roman: Tous

    Genre: Sequel/Suite

    Note: 3,5/5

     

       L'histoire se déroule après la fin des six romans principaux de Jane Austen, mêle les différentes intrigues et met en avant les personnages secondaires. Pour ces raisons, je conseille vivement de lire tout Jane Austen avant de se lancer dans celui-ci (même si c'est ce que je recommande de toutes façons d'une manière générale). Ici, cela vous évitera de vous spoiler mais vous aidera aussi grandement à comprendre les relations et le passif des uns et des autres.

       De Darcy à Wentworth a été écrit en 1913 et bénéficie donc à ce titre de l'honneur d'être la première austenerie de tous les temps. Un énorme avantage en découle: nous évitons ainsi les coucheries à tout va et les comportements indécents très à la mode ces derniers temps et nous avons droit à un langage plus soutenu, ce qui nous change agréablement. Je n'ai souligné aucun souci de traduction non plus, si ce n'est dans ce titre qui nous promet bien plus du Capitaine que ce que nous aurons l'occasion de voir dans ses pages.

       Ce qui est agréable, c'est de retrouver les nombreux personnages secondaires comme William Price, Georgiana Darcy ou encore James Morland. Ils permettent une plus grande liberté d'action que Darcy ou Lizzy, que nous connaissons de trop près et qui ayant évolué au cours du roman original, ont certainement moins à offrir dans des suites. J'apprécie donc, pour une sequel, que l'on se base sur ces personnages-ci et ça fonctionne bien ici. Je suis également une grande fan des cross-over, j'adore imaginer moi-même ce qui se passerait si Margaret Dashwood rencontrait Tom Bertram par exemple, j'ai donc beaucoup aimé tous ces croisements et entremêlements, même si ce n'était pas toujours très bien amené.

       En revanche, on ne peut pas dire que le suspense soit insoutenable, on devine assez vite qui finit avec qui. Cela dit, c'est assez courant dans ce genre de livre et ça ne serait pas un problème majeur si l'action ne traînait pas indéfiniment en longueur au milieu du livre. Il y a vraiment eu pour moi un passage, d'une centaine de pages au moins, difficile à dépasser. Malgré cela, je trouve quand même qu'il s'agit d'une austenerie de qualité, agréable à lire.

       Un dernier point négatif, sur lequel je voudrais finir, jamais on ne me fera apprécier ni prendre en pitié Mary Crawford. Jamais. Alors tous ces discours la plaignant et répétant à quel point, la pauvre, elle n'y était pour rien dans les agissements de son frère, très peu pour moi! C'est oublier bien vite, et ne pas respecter, la conclusion de Mansfield Park il me semble. Oublier que l'on parle de celle qui se réjouissait presque de la maladie de Tom Bertram en commentant que sa mort serait très avantageuse pour Edmund et qui, loin de condamner la conduite de son frère, regrettait seulement qu'il se soit fait prendre.

  • Northanger Abbey de Val McDermid

    Pin it!

    northerner abbey,val mcdermid,terra nova,harper collins,jane austenTitre: Northanger Abbey

    Auteur: Val McDermid

    Langue: Français

    Roman: Northanger Abbey

    Genre: Réécriture Moderne

    Note: 2/5

     

       J'ai déjà donné mon avis sur l'un des romans de cette série, Raison et Sentiments, et sur le fait que ces livres ont été commandés, ne découlent donc pas d'une envie de l'auteur lui-même et que cela se ressent. Mais si j'étais légèrement mitigée sur le premier, celui-ci est bien pire.

       Les austeneries autour de Northanger Abbey sont assez rares pour que l'on se réjouisse d'une telle sortie et ici la recette proposée d'une parodie du roman gothique, réadaptée par un auteur de polar à succès était fort alléchante. Malheureusement, elle ne tient aucune de ses promesses. 

       Pour transposer Northanger Abbey dans la vie moderne, il me paraît tout d'abord important de faire des choix. Dans l'orignial, Catherine est très jeune, rencontre un jeune homme plus âgé qu'elle et l'épouse, c'est dans l'ordre des choses. De nos jours, il me semblerait logique soit de vieillir Catherine, soit de rajeunir Henry et à ce moment-là, de ne pas finir sur un mariage. Mais visiblement Val McDermid ne voit pas le problème, ça commence bien. Pour moi, ça rend déjà le tout parfaitement invraisemblable mais honnêtement, ce n'est pas le pire. L'auteur veut tellement ancrer l'histoire dans notre époque qu'elle nous bombarde de Facebook, Twitter, textos et autres, autant d'éléments qui non seulement ne me semblent pas très intéressant mais qui rendront très vite le livre aussi obsolète que mon ipod première génération. 

       Enfin, quid de l'ambiance mystérieuse, voire criminelle que l'on était en droit d'espérer. On se retrouve en fait avec une bluette plutôt insipide pour adolescente, et encore, ce n'est pas rendre hommage aux adolescentes. Ah oui, j'ai aimé le fait que l'action se déroule à Edimbourg au Festival International du Livre, mais ça reste mince comme point positif. Je me rends compte que je suis quand même sévère avec ce livre qui se lit facilement et qui pourrait tout à fait être agréable s'il ne se targuait pas d'avoir un quelconque rapport avec le chef d'oeuvre de Jane Austen. En bref, c'est raté, c'est raté, que voulez-vous que je vous dise.

  • Felicity Jones

    Pin it!

    felicity jones,northanger abbey,jane austen,j.j. feild   La sublime Felicity Jones a droit à une place de choix parmi nos actrices austeniennes pour son rôle de Catherine dans l'adaptation de Northanger Abbey de 2007. Elle y interprète brillamment l'anti-héroïne fraîche et naïve, dans cette histoire pleine d'humour, qui se transforme peu à peu en héroïne romantique parfaite au côté de J.J. Feild. Je dirais même qu'elle contribue à faire aimer davantage le personnage de Catherine à certaines d'entre nous.

       Elle est née à Birmingham le 17 octobre 1983 et c'est par son rôle d'Edith Aigreur (Ethel Hallow en anglais), la « méchante de l'école » dans la série The Worst Witch que le public la découvre.

       Malgré ces débuts réussis, Felicity Jones continue ses études à Oxford. Son père, puis son oncle, l'acteur Michael Hadley, l'encouragent à poursuivre son chemin de comédienne pour notre plus grand plaisir. Et pour les inconditionnels de la culture anglaise, sachez qu'elle a même tourné dans un épisode du célébrissime Doctor Who. Je pense que l'on peut parier sans trop de risque que l'on devrait la voir de plus en plus souvent à l'avenir.

    felicity jones,northanger abbey,jane austen,j.j. feild

  • Northanger Abbey, le Comic Book

    Pin it!

    northanger abbey, nancy butler, janet k. lee, marvel, comic book, jane austenTitre: Northanger Abbey

    Auteur: Nancy Butler

    Illustrateur: Janet K. Lee

    Langue: Anglais

    Roman: Northanger Abbey

    Genre: Comics

    Note: 3/5

     

       Mon expérience Marvel/Jane Austen est mitigée. Je n'avais pas du tout aimé la version de Pride and Prejudice avec des dessins très vulgaire, mais grandement apprécié celle de Sense & Sensibility illustré avec beaucoup d'humour. Et pour ce qui est de celui-ci, northanger abbey,nancy butler,janet k. lee,marvel,comic book,jane austenj'ai pris beaucoup de plaisir à le lire même si ce n'est pas une réussite complète.

       Tout d'abord, c'est toujours un plaisir de se replonger dans l'histoire de Catherine Morland et l'auteur fait sur ce point un très bon travail. Je n'ai relevé aucune erreur et les évènements présentés reflètent parfaitement l'histoire. Sans compter que je suis toujours aussi fan de l'idée même du comic book qui permet au plus grand nombre de découvrir l'oeuvre de Jane Austen.

       Pour ce qui est des dessins, la couverture de Julian Testino Tedesco, ambiance gothique, promettait beaucoup. Cependant, comme c'est souvent le cas dans les comics, ce n'est pas lui qui a northanger abbey,nancy butler,janet k. lee,marvel,comic book,jane austenréalisé le contenu (et d'ailleurs il faut vraiment chercher pour trouver son nom à lui, ce que je trouve assez irrespectueux). Et malheureusement, je suis beaucoup moins fan des dessins de Janet K. Lee que je trouve, disons-le, assez moches. Ce qui sauve le tout c'est que l'on y trouve tout de même beaucoup d'humour, ce qui colle parfaitement avec le récit. Le travail de la coloriste ne m'a également pas emballé avec parfois des personnages qui ne correspondent pas à leur description.

       Enfin, j'ai commandé ce livre en version broché (et non relié comme les précédents) et même si les pages ne sont pas glacées, j'aime beaucoup ce format plus petit et à la couverture souple.