Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane's Disciples

  • Suspense and Sensibility de Carrie Bebris

    Pin it!

    suspense and sensibility,carrie bebris,orgueil et préjugés,raison et sentiments,fantastique,sequel,austenerie
    Titre :
     Suspense and Sensibility

    Auteur : Carrie Bebris

    Langue : Anglais (Niveau Moyen)

    Roman : Orgueil et Préjugés & Raison et Sentiments

    Genre : Sequel

    Note : 3,5/5

     

       Ceci est le deuxième opus d'une série nous emmenant sur les traces d'Elisabeth et Darcy après leur mariage et dans celui-ci, vous l'aurez compris, ils auront l'occasion de croiser différents personnages issus de Raison et Sentiments dans leur quête pour marier Kitty convenablement. Mais attention, s'il s'agit bien d'un cross-over, genre que j'affectionne particulièrement, il s'agit surtout ici d'une suite mêlant Jane Austen et fantastique. Ça peut surprendre, je vous l'accorde, et c'est d'ailleurs la raison principale pour laquelle j'avais détesté le premier tome, mais une fois qu'on est averti que les objets peuvent avoir des pouvoirs magiques, je vous assure que ça se passe mieux.

       D'une manière générale, j'ai donc bien aimé ma lecture. L'univers de Jane Austen est bien retranscris (comprendre que vous ne trouverez pas une fille Darcy en train de coucher avec le premier venu derrière la salle de bal) et nous avons plaisir à retrouver les personnages, même si j'ai mis quelques temps à resituer ceux de Raison et Sentiments puisque nous retrouvons en fait Harry Dashwood, le neveu de Marianne et Elinor, devenu adulte. Il y a parfois quelques petits manques de cohérences dans le comportement de Kitty par exemple, ou dans le profil du jeune homme qu'elle séduit, mais je peux comprendre que cela sert l'histoire et je le pardonne bien volontiers à l'auteur.

       D'ailleurs, on se prend réellement d'affection pour le jeune héros qui va subir bien des revers et on s'inquiète rapidement de son destin. On tourne donc facilement et rapidement les pages, incapable de l'abandonner à son sort. Et finalement, ce qui m'a peut-être le plus déçu, c'est justement la fin. Sans vous en dire trop, même si la vérité est rétablie et que, comme dans Raison et Sentiments, le héros qui a été spolié se satisfait de ce qu'il a, je trouve vraiment la punition bien trop sévère et parfaitement injuste. D'ailleurs, c'est déjà ce que je pense pour Edward dans R&S et je suis consciente que l'auteur a voulu faire écho à cette situation, mais là c'est encore pire ! C'est dommage parce que je finis ma lecture frustrée et mitigée.

     

       Vous pouvez tout à fait lire ce volume sans avoir lu le précédent mais si vous voulez en savoir plus sur ce dernier, n'hésitez pas à aller jeter un oeil à ma chronique de Pride and Prescience.

  • Letters to Alice on First Reading Jane Austen by Fay Weldon

    Pin it!

    letters to alice,fay weldon,letters to alice on first reading jane austen,jane austenTitre: Letters to Alice on First Reading Jane Austen

    Auteur: Fay Weldon

    Langue: Anglais

    Genre: Analyse

    Note: 3,5/5

     

       La nièce (imaginaire) de l'auteur lui fait part de sa difficulté à lire et aimer Jane Austen et en même temps de son envie d'écrire elle-même un roman. Sa tante lui répond sur ses sujets mais disserte également sur la littérature en général et la vie des auteurs et c'est ces lettres qui sont regroupés dans cet ouvrage.

       Fay Weldon est une sommité dans la monde austenien et j'avais donc très envie de découvrir ce qu'elle avait à dire sur Jane Austen. De plus, nous les janéites, avons souvent étaient confrontées à des gens qui ont du mal à comprendre toute la magie de la plume de l'auteur et j'espérais également y trouver des réponses à leur apporter. Certains passages de ce livre sont proprement passionnants. Bien que je connaisse déjà bien les moeurs de l'époque, l'auteur nous projette littéralement à la place d'une femme de la fin du dix-huitième siècle avec des faits précis et nous aide à comprendre bien des choses. Ce qu'elle dit de l'écriture et de la littérature, la façon dont elle la représente comme une citée imaginaire m'a beaucoup parlé, d'autant que la nièce s'appelle Alice alors c'est un peu comme si elle s'adressait directement à moi non ?

       Bien sûr, il y a des passages un peu plus rébarbatifs et j'avoue que je n'ai pas aimé le ton condescendant de l'auteur envers la jeune femme. Elle la prend souvent de haut même si elle fait amende honorable à la fin. Quelques informations, que je sais fausses, sont énoncées comme des vérités et elle raconte parfois la fin d'un livre ou l'autre de Jane Austen ce qui, à mon sens, n'est pas la meilleure manière de donner envie aux gens de le lire. 

       Malgré ces petits défauts, j'en retiens surtout le positif, l'humour de l'auteur et quelques passages surlignés que tout fan de Jane Austen devrait avoir lu.

  • The Beresfords de Christina Dudley

    Pin it!

    mansfield park,jane austen,austenerie,jane austen france,christina dudleyTitre: The Beresfords

    Auteur: Christina Dudley

    Langue: Anglais

    Roman: Mansfield Park

    Genre: Adaptation Moderne

    Note: 3,5/5

     

       La famille Beresford a la gentillesse de recueillir chez elle la jeune Frannie Price pendant que sa mère enchaîne les cures de désintoxication. Elle va ainsi vivre avec sa tante, son mari et les enfants de celui-ci. Vous l'avez compris, The Beresfords est une adaptation moderne de Mansfield Park. J'avais hâte de lire ce roman parce que le fait que l'auteur n'est pas choisi Orgueil et Préjugés est déjà rafraîchissant en soi. À cela s'ajoute mon indéfectible optimisme qui me permet toujours d'espérer qu'un jour ou l'autre, une austenerie ou même un relecture de l'original, me feront aimer un peu plus Fanny et Edmund...

       Pour transposer l'histoire à notre époque en gardant une trame similaire, l'auteur a choisi de placer l'action dans une famille très croyante et pratiquante et même moi qui suis croyante, ça m'a parfois agacé alors je n'imagine même pas l'effet sur quelqu'un qui préférait ne pas entendre parler de religion ! De plus, malgré ce contexte particulier ou parfois même à cause de ce contexte-ci, il y a plusieurs choses qui pour moi ne passent pas. Autant ça ne me choque pas que Fanny soit amoureuse de son cousin dans l'original parce que ce sont les moeurs de l'époque, autant ici, une jeune fille qui a été élevé avec un jeune homme considéré comme son cousin, dès l'enfance, même s'ils n'ont pas de réel lien de sang, c'est juste inconcevable pour moi. Quant à Edmund, que j'ai toujours autant envie de secouer, qu'il épouse Caroline Grant/Mary Crawford est déjà assez décevant en soi mais qu'il divorce puis devienne pasteur ?!

       En revanche, Christina Dudley ne se trompe pas dans la retranscription des caractères et voir évoluer ses personnages à notre époque est plutôt amusant. La lecture du roman est agréable, si on arrive à mettre certains bémols de côté, et plaira également à ceux qui n'ont pas lu l'original je pense. En fait, elle a peut-être même réussi à me faire un petit peu plus aimer Fanny/Frannie, ou avoir un peu plus pitié d'elle, même si je ne sais pas si c'est mieux. En effet, je trouve sa description plus franche et honnête, l'auteur n'hésitant pas à nous décrire ses limites, ce qui permet parfois de mieux la comprendre.

       Et nous en arrivons à l'épineux problème Eric Grant/Henry Crawford. Si vous ne voulez pas être spoilée, je vous conseille d'arrêter là votre lecture mais si comme Cassandra Austen et moi, vous pensez que Fanny aurait dû laisser une chance à Henry, alors je sais que vous ne pourrez pas vous empêcher de lire... Comme dans l'original, il arrive ici un moment où on commence à vraiment apprécier Eric/Henry et où on espère plus avant que tout s'effondre. Dans l'oeuvre de Jane Austen, je dois dire que c'est déjà assez frustrant mais ici c'est pire parce que l'auteur, dans un bon esprit de charité chrétienne s'emploie à démonter qu'Eric n'est pas vraiment responsable. Bon, on veut bien croire qu'il a couché avec la cousine de Frannie par inadvertance mais quand même... Qu'à cela ne tienne, nous avons également droit à un épilogue (cucul la praline, il n'y a pas d'autre mot, soi dit en passant) dans lequel nous retrouvons Eric complètement transformé (oui, il emmène ses enfants au camp d'été chrétien). Et là, franchement, c'est pas sympa. Parce qu'accepter que Fanny choisisse Edmund quand Henry prouvait qu'elle avait raison sur lui, c'était une chose mais si là il devient parfait... Bon, cela dit, soyons honnête: parfait il est quand même moins attirant qu'en mauvais garçon...

  • Orgueil et Préjugés, le manga

    Pin it!

    pride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleilTitre : Orgueil et Préjugés

    Adaptation : Stacy King

    Illustrations : Po Tse

    Oeuvre : Orgueil et Préjugés

    Langue : Français

    Genre : Manga

    Note : 3/5

     

       Il s'agit, comme son nom l'indique parfaitement, d'une version manga d'Orgueil et Préjugés. Je voudrais donc commencer par vous parler de ce qu'il est normal de trouverpride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleil et de ne pas trouver dans un manga. La subtilité, l'ironie par exemple, ne cherchez pas, ça n'existe pas. Au contraire, on est plutôt dans l'exagération, dans le dessin parlant avec des personnages dont le physique reflète parfaitement le caractère. Pour les héros, c'est plutôt amusant, on pourrait les reconnaitre sans que l'on nous dise qui est qui. Pour l'humour de Jane Austen, c'est certes un peu plus dommageable mais il s'exprime différemment et le manga reste drôle, je vous rassure. De toutes façons, ce sont les règles de cet univers et l'on se doit de s'y plier même si quelques scènes tournent franchement au ridicule. Je vous ai parlé de Darcy qui se retrouve torse nu pour demander Lizzie en mariage ?

       Bref, du coup, une fois que l'on a intégré cela, on se demande d'autant plus pourquoi l'éditeur n'a pas jugé bon de respecter la règle la plus élémentaire, primordiale, connue de cet univers : lire les pages de droite à gauche en partant de la fin. Quelle aberration d'avoir disposé les pages dans le sens de lecture du roman ! Je ne suis pas non plus particulièrement fan du changement de couverture. Tout ce violet pride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleilet ces arabesques, c'est un peu too much, je préférais la couverture originale mais sans doute manquait-elle un peu de Darcy. En revanche, s'il y a quelque chose que j'adore littéralement, ce sont les dessins et parce que je suis futile, cela suffit à rattraper bien des défauts, je dois l'avouer. Les pages humoristiques de "chibi" m'ont également bien amusées. 

       Pour ce qui est de l'adaptation du texte, et même si je comprends qu'elle  nécessite quelques changements dans le récit, il y a ici des scènes qui sont altérées sans raison, des faits également, ce que je commence à trouver gênant. Mr Darcy et Mr Bingley deviennent occasionnellement Lord Bingley et Lord Darcy, quand Lady Catherine se transforme en Mrs de Bourgh. On dirait tout simplement que le travail est bâclé. La bienséance est rarement respectée, ce qui pose des problèmes de réalisme parce que si à cette époque, chacun avait pu parler librement, il n'y aurait pas eu matière à écrire une telle histoire je pense. L'équilibre entre le manga et le texte original n'est pas atteint. Et puis, je suis désolée, Lizzie qui a le coeur brisé par Wickham, non, désolée, je ne peux pas.

       Vous vous demandez donc si vous allez craquer ou non? Personnellement, même en connaissant ses défauts, je l'achèterais. D'abord, c'est une forme d'adaptation que je trouve vraiment amusante, plutôt nouvelle même si j'ai déjà le Comic Pride and Prejudice, et les dessins sont vraiment très beaux. Cela reste un bel ajout à notre collection austenienne je trouve.

    pride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleil

    pride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleil