Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane Austen is my Wonderland

  • Mansfield Park, Adaptation de 1983

    Pin it!

    Mansfield Park, 1983, Jane Austen, Jane Austen france, adaptation, fanny price, Samantha bond, Nicholas Farrell, sylvestre le touzel   Les adaptations des romans de Jane Austen qui datent des années 70 et 80 sont de qualités très variables mais elles ont toutes un point commun, elles ont mal vieillies. Celle-ci ne fait malheureusement pas exception à la règle, en terme d'image bien sûr, mais surtout de son, qui est atroce et difficilement supportable sur plus de cinq heures de film.

       C'est d'autant plus dommage que d'autres aspects auraient pu en faire la meilleure adaptation de Mansfield Park que nous ayons à ce jour puisque c'est la seule mini-série, format qui permet d'explorer et de respecter bien plus fidèlement le roman. J'ai quand même été étonnée que le peu de scènes manquantes soient celles qui me paraissaient parmi les plus importantes, même si j'ai beaucoup aimé avoir presque un épisode entier sur Fanny enfant.Mansfield Park, 1983, Jane Austen, Jane Austen france, adaptation, fanny price, Samantha bond, Nicholas Farrell, sylvestre le touzel J'ai regretté également que l'on n'ait pas véritablement le temps de voir Mr Crawford tomber amoureux de Fanny et que la fin soit si rapide. Ce n'est encore pas cette fois-ci que je vais m'émerveiller de l'amour d'Edmund pour Fanny.

       Enfin, le jeu des acteurs est un autre problème. Je ne pense pas qu'ils soient tous mauvais mais il y a avait, je pense, une mode, une façon de jouer bien particulière à l'époque, assez théâtrale. C'est d'ailleurs moins frappant chez la jeune génération mais les deux tantes, par exemple, sont parfaitement ridicules. Celle qui tire le plus son épingle du jeu est Maria, qui est excellente, jouée par Samantha Bond dont la carrière confirme aujourd'hui ce talent (vous avez Mansfield Park, 1983, Jane Austen, Jane Austen france, adaptation, fanny price, Samantha bond, Nicholas Farrell, sylvestre le touzelnotamment pu la voir en Tante Rosamund dans Downton Abbey).

       Petit fait amusant : nombreux sont les acteurs que l'on retrouve dans d'autres adaptations austeniennes : Nicholas Farrell, qui joue Edmund ici, fait une apparition dans Persuasion 2007, Sylvestra Le Touzel (Fanny Price) sera Mrs Allen dans Northanger Abbey 2007 et Bernard Hepton, ici Sir Thomas, sera Mr Woodhouse dans Emma 96Enfin, last but not least, Jonny Lee Miller, qui joue Edmund dans Mansfield Park 99 et Mr Knightley dans Emma 2009, fait ici une petite apparition en jouant l'un des très jeunes frères de Fanny. Vous pouvez voir toutes les photos de ces prestations dans l'excellent article à ce sujet du site Austen Authors.

       Et pour finir, une mention spéciale à la coiffure de Yates me semblait indispensable. Je vous laisse juger par vous-même...

    Mansfield Park, 1983, Jane Austen, Jane Austen france, adaptation, fanny price, Samantha bond, Nicholas Farrell, sylvestre le touzel

     

    Si vous voulez l'ajouter d'urgence à votre DVDthèque, c'est par ici

    Et vous pouvez retrouver toutes mes chroniques des adaptations de Mansfield Park, par là...

  • Mercy's Embrace - So Rough a Course de Laura Hile

    Pin it!

    jane austen,jane austen france,austenerie,persuasion,laura hileTitre : So Rough A Course

    Auteur : Laura Hile

    Langue : Anglais

    Roman : Persuasion

    Genre : Suite centrée sur Miss Elliot

    Note : 3/5

     

       So rough a course est le premier volet de la série Mercy's Embrace. Nous y suivons Miss Elliot, Elizabeth, le soeur aînée d'Anne, après le mariage de cette dernière. Étrangement, il semblerait que l'auteur est écrit une suite de la réécriture de Susan Kaye (For you Alone et None But You) plutôt qu'une suite de Persuasion a proprement parlé. Je trouve cela assez dommage étant donné que je n'ai pas du tout aimé la fin de cette première série mais ça n'a que peu d'impact réel sur cette histoire puisque c'est Anne et le Capitaine qui sont malmenés et qu'on ne les croise que très rarement ici. En même temps, il y a une certaine logique de la part de l'auteur à avoir fait ce choix puisque Jane Austen nous indique dans les dernières pages de Persuasion qu'Elizabeth ne se mariera pas, Laura Hile ne pouvait donc pas écrire son histoire tout en respectant l'original.

       Une fois que l'on a accepté cette idée, je dois dire qu'il est étonnamment facile d'apprécier cette histoire et même son héroïne. Certes, Elizabeth est un monstre d'égoïsme mais, comme Emma avant elle, elle est essentiellement le fruit de son éducation. Et si, contrairement à elle, elle n'a aucune intention de s'améliorer, la vie va lui apprendre à revoir son jugement. L'auteur amène intelligemment les blessures qui peuvent se cacher derrière cette attitude et qui sont parfaitement plausibles compte tenu de la vie qu'elle a mené et du père qu'elle a.

       Si la psychologie des personnages est très fine dans les sentiments, il n'en est pas tout à fait de même dans leurs actes. Pas une seconde je n'ai réussi à croire à cette Elizabeth qui tout à coup décide de braver toutes les règles de la bienséance et tous les interdits de son époque pour voyager seule et séjourner sans chaperon chez des gens qu'elle ne connait pas. Malgré tout, l'amusement l'emporte et j'ai adoré l'ajout de certains personnages directement débarqués des autres romans tels que Mr Rushworth ou Caroline Bingley.

       Si ce roman s'était présenté en un seul tome, même imposant, je l'aurais poursuivi avec plaisir. Malheureusement, il s'agit de trois tomes différents, ce qui m'agace parce qu'il n'y vraiment pas de raison valable à cela, si ce n'est commerciales. Du coup, suis-je assez séduite pour commander, payer et lire deux tomes supplémentaires alors que d'autres austeneries plus tentantes et plus actuelles me tendent les bras ? Je ne crois pas...

     

    Si vous voulez ajouter "So Rough a Course" à votre PAL, c'est par ici

  • Sanditon 2019

    Pin it!

    sanditon,jane austen,jane austen france,andrew davies,theo james,rose williams   Sanditon est le dernier roman inachevé de Jane Austen, dont elle a seulement écrit 11 chapitres, tout juste le temps de planter le décor et de nous présenter les premiers personnages. Cela laisse dont beaucoup de libertés pour écrire la suite, ce que les scénaristes de cette 'adaptation' n'ont pas hésité à exploiter...

       Commençons par parler de Jane Austen, c'est tout de même pour cela que nous sommes là et sur son nom que le projet est bâti. C'est simple, pour moi, il ne reste absolument rien d'elle dans cette série. Ce qui manque particulièrement, c'est son humour et l'équilibre entre le bien et le mal, si je peux le dire ainsi. Ici, tout est sombre, tous les personnages sont soient menteurs, soient idiots, alcooliques, joueurs, incestueux et j'en passe. Connaissant Andrew Davies et ses penchants libidineux, je n'avais pas beaucoup d'attentes de toutes façons mais il a réussi à se situer encore en-dessous de celles-ci. Moi qui suis pourtant bon public, je pensais tout de même passer un bon moment alors qu'en fait, je n'ai rien aimé de ce feuilleton.sanditon,jane austen,jane austen france,andrew davies,theo james,rose williams

       Et pour moi, le noeud du problème est là. Bon, d'accord, ce n'est pas du Jane Austen, je m'y attendais et je peux parfaitement passer outre, surtout concernant Sanditon qui n'était de toutes façons qu'à peine commencé... Mais même en éliminant cette donnée du tableau, je cherche encore ce qui peut séduire dans cette série. Elle ne me fait pas rire, l'humour est absent, elle ne me met pas du baume au coeur, c'est trop sombre et aucun personnage n'est agréable. Elle ne m'émerveille pas non plus, le village de Sanditon semble être fait en carton pâte. Les seuls plans interessants sont ceux de la plage et des falaises, éblouissants, je l'admets mais bien insuffisants à compenser le reste, surtout quand même la romance ne fonctionne pas.

       Je continue ? C'est sans subtilité, caricatural, très inégal, on sent la patte de différents scénaristes qui ne devaient pas tous être d'accord entre eux, les anachronismes sont pléthores, les premiers épisodes sont vulgaires. Si, si, vulgaire. Ça vous étonne ? Peut-être l'avez-vous vu en français ? Oui, parce que je pense que les doubleurs étaient tellement choqués eux-mêmes qu'ils n'ont pas osé traduire mot pour mot le texte original... C'est dire ! C'est de la Regency Romance bas de gamme. Andrew Davies ferait mieux d'adapter Julia Quinn que Jane Austen et encore, c'est une insulte à Julia Quinn. Au moins Bridgerton est drôle, pétillant et son sanditon,jane austen,jane austen france,andrew davies,theo james,rose williamsanachronisme et ses scènes de sexes sont complètement assumées. Toute la différence est là.

      Et avec tout cela, entre deux scènes pompées aux autres romans de Jane Austen, je m'ennuie... Si ça n'avait pas été pour le chroniquer, je n'aurais pas regardé jusqu'au bout, et c'est très rare que ça m'arrive. Je pense que l'on atteint le summum du ridicule et de l'inconvenant avec l'épisode à Londres ! Finalement, seul l'avant-dernier épisode je crois, où les choses s'apaisent et s'éclaircissent un peu est agréable à regarder.

       Quant à la fin, qui a tant choqué, elle était plutôt un soulagement pour moi et le fait que la série ait finalement était renouvelée (ce qui ne lasse pas de m'étonner) sans Theo James me donne une toute petite lueur d'espoir parce que si vous trouvez que Sidney était le parfait héros austenien, par pitié, relisez Jane Austen.

     

    Si vous voulez malgré tout l'ajouter à votre DVDthèque, c'est par ici

  • Jane Austen's Sanditon, with an Essay by Janet Todd

    Pin it!

    sanditon, Jane Austen's sanditon, an essay, Janet Todd, Jane AustenTitre : Sanditon

    Auteur : Janet Todd et Jane Austen

    Langue : Anglais

    Roman : Sanditon

    Genre : Essai 

    Note : 5/5

     

       J' ai vraiment une tendresse particulière pour Sanditon. J'adore ce petit fragment de roman, tout ce qu'il contient de promesses non réalisées, toute la place qu'il laisse à l'imagination aussi. Et de façon assez étonnante je trouve, il n'existe pas tant d'ouvrages que ça sur le sujet alors j'ai du mal à résister quand j'en croise un.

       Ici, Janet Todd, qui a déjà écrit à plusieurs reprises sur Jane Austen, se propose d'analyser ces quelques chapitres. Ce n'est pas très développé, ce n'est pas non plus révolutionnaire mais c'est extrêmement interessant, avec quelques pistes de réflexion auxquelles je n'avais pas pensé, quelques faits que je ne connaissais pas, et ça, c'est toujours un régal pour moi. 

       Le court essai est suivi du fragment du roman, ponctué de quelques commentaires, ce qui nous permet de le redécouvrir à la lumière de ce que l'on vient de lire et que je trouve intelligent. Puis l'ouvrage se termine en revenant sur les différentes suites et adaptations du roman, ce qui ne peut que me ravir, une nouvelle fois (bien que la liste ne soit pas tout à fait complète). Mon seul regret est de ne pas avoir l'avis de Janet Todd sur l'adaptation récente d'Andrew Davis, le livre étant sorti avant sa diffusion.

       Bonus non négligeable, la partie écrite par Janet Todd est agrémentée d'illustrations, de gravures et de tableaux humoristiques comme celui de la couverture, datant de l'époque de Jane Austen. Le résultat est très agréable et ajoute au plaisir de lecture. D'ailleurs, j'ai reçu le livre en version numérique de la part de l'éditeur, Fentum Press, que je remercie bien sûr, mais ayant apprécié autant le contenu écrit que visuel, j'ai fini par commander la version papier afin de l'ajouter à ma collection.

       

    Et si vous voulez ajouter "Jane Austen's Sanditon, with an Essay by Janet Todd" à votre PAL, c'est par ici