Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane Austen is my Wonderland

  • Le Club Jane Austen de Karen Joy Fowler

    Pin it!

    jane austen,le club jane austen,the jane austen book club,karen joy fowler,emily blunt.Titre: Le Club Jane Austen

    Auteur: Karen Joy Fowler

    Langue: Français

    Genre: Hommage moderne

    Note: 3/5

     

       À l'occasion de la réédition du Club Jane Austen par 10 18, je me suis dit qu'il était temps de vous en parler un peu. J'ai longtemps laissé traîner ce roman dans ma PAL austenienne parce que j'ai beaucoup aimé le film et toujours entendu dire qu'il était bien meilleur que le livre. Et je dois dire, que je suis tout à fait d'accord. S'il est entendu que le film n'existerait pas sans le livre, je crois que la renommée du livre doit vraiment beaucoup au film.

       Ça ne veut pas dire pour autant que tout est à jeter dans ce livre. D'ailleurs, j'ai d'abord été surprise par les premières pages; on y trouve des traits d'humour et d'esprit tout à fait irrésistibles et il y a quantité de citations que j'ai eu envie de noter.

       L'auteur nous présente donc un groupe d'amis très hétéroclites qui décident de former un club Jane Austen. On suit chacune de ces réunions mais on en apprend également à chaque fois un peu plus sur les différents protagonistes, sur la façon dont les membres se sont rencontrés et également sur leur passé. Et ces passages là sont parfois extrêmement inintéressants et rendent la qualité du livre très inégale. Le club sert de fil conducteur mais le tout manque de cohérence, on saute du coq à l'âne, de l'un à l'autre, du présent au passé d'une façon plutôt désagréable. D'ailleurs, je pense que si je n'avais pas déjà de l'affection pour les personnages grâce au film, j'en aurais aisément détesté la moitié.

       En revanche, dès qu'il s'agit de Jane Austen, je me suis régalée, délectée même des sujets abordés, des questions discutées absurdes ou profondes. J'avais l'impression de moi-même participer à ces réunions et de découvrir de nouvelles facettes de mes romans favoris. C'en était d'autant plus frustrant dès que l'on basculait de nouveau sur la vie de l'un ou l'autre mais c'est malgré tout la raison pour laquelle je ne regrette absolument pas d'avoir lu ce livre.

       Et forcément, une envie qui me taraude depuis longtemps revient s'immiscer dans mon esprit... Et si on lançait nos clubs Jane Austen?

  • Unleashing Mr Darcy

    Pin it!

    unleashing mr darcy, teri wilson, darcy what else, adaptation, jane austen, austenerie, darcy, sexy   Il ne s'agit pas à proprement parler d'une adaptation d'un roman de Jane Austen mais, d'une adaptation d'une austenerie, que nous connaissons en France sous le titre Mr Darcy, What Else, vous vous rappelez, celle qui se passe dans le milieu des concours canins. Le livre avait été édité par Harlequin et le téléfilm a été réalisé et produit par Hallmark Channel. Si vous ne connaissez pas, disons que cela correspond aux téléfilms de l'après-midi sur M6. Pour autant, ce n'est pas une critique que je fais là, personnellement je suis plutôt bon public et je pense qu'autant l'auteur que la chaîne assument totalement le style de l'histoire, mais cela vous donne quand même une idée de ce à quoi vous pouvez vous attendre (et pour ceux pour qui ce n'est pas encore très clair, on est loin du film d'auteur quoi).

       Toute proportion gardée, j'ai donc passé un agréable moment. J'ai bienunleashing mr darcy, teri wilson, darcy what else, adaptation, jane austen, austenerie, darcy, sexy aimé les acteurs, dont on ne connait pas forcément les noms mais que l'on a tous déjà vu dans une série ou une autre. Vous avez par exemple Frances Fisher, l'incisive tante de Darcy que l'on a pu apercevoir dans Titanic, ou Ryan Kennedy, jouant l'équivalent de Bingley, qu'on ne voit pas assez à mon goût et que j'ai découvert récemment dans la série Major Crimes. J'ai peut-être trouvé Lizzy, avec son look vieillot, un peu fade en comparaison du sexy Donovan Darcy, mais de toutes façons ce n'est pas elle qu'on regarde le plus ! D'ailleurs, dès que l'on aperçoit Ryan Paevey, on ne se pose plus la question de savoir si un homme peut avoir du sex-appeal en promenant un petit chien !

    unleashing mr darcy, teri wilson, darcy what else, adaptation, jane austen, austenerie, darcy, sexy

       Pour ce qui est des points négatifs, j'ai évidemment fortement regretté que l'action ne se passe plus à Londres, cela enlève quand même beaucoup de charme à l'intrigue. D'ailleurs, on ne voit rien deunleashing mr darcy, teri wilson, darcy what else, adaptation, jane austen, austenerie, darcy, sexy la ville, New-York en l'occurence, et c'est bien dommage mais je pense que ce genre de téléfilm n'a pas le budget adéquate pour réaliser toutes nos exigences ! L'humour est un autre petit bémol; même s'il est présent, j'ai préféré le livre sur cet aspect également. Sinon, comme pour ma lecture, j'ai trouvé cela  moins niais que ce à quoi on pourrait s'attendre à l'exception malheureusement des deux scènes de baiser où, à chaque fois, toute l'audience se met à applaudir. Seriously ?

       En bref, si vous avez une heure et demi à tuer, vous pouvez, sans culpabiliser, vous extasier devant les magnifique robes de bal de soeurs "Bennet" ou les abdos en béton de Darcy sortant de la piscine... Et si vous aimez les petits chiens, c'est la cerise sur le gâteau.

       Et hop, la dernière photo, c'est cadeau !

  • Mes Souvenirs de Jane Austen de James Edward Austen-Leigh

    Pin it!

    jane austen,bio,biographie,neveu,tante,mes souvenirs de jane austen,james edward austen-leighTitre : Mes Souvenirs de Jane Austen

    Auteur : James Edward Austen-Leigh

    Langue : Français

    Genre : Biographie

    Note : 3,5/5

     

       Cette biographie de Jane Austen, écrite par son neveu, est très connue dans le monde austenien mais n'avait encore jamais été traduite en français et pour cela il faut remercier les Éditions Bartillat. Elle est également connue pour ne pas être extrêmement fidèle, lissant la personnalité de Jane Austen pour la faire paraître comme une vieille tante affectueuse et éminemment respectable, par pudeur je suppose. Et en effet, dès les premières pages, à travers le style pompeux et légèrement condescendant d'Edward, nous nous rendons vite compte de l'impact de la société victorienne sur cette biographie écrite par un homme de son temps. Et pour autant, elle n'en est pas moins intéressante.

       Pour les souvenirs personnels, on repassera, je vous l'accorde, ils sont quasi inexistants et je ne parle même pas de cette manie de l'auteur de parler de lui à la troisième personne. En revanche, de nombreux détails nous sont donnés sur le contexte et sur la famille de Jane Austen et n'est-ce pas savoureux d'apprendre, par exemple, qu'un ami de James Edward avait déclaré avoir établi un nouveau critère d'aptitude intellectuelle : était-on oui ou non capable d'apprécier les mérites de Jane Austen ?

       C'est également un excellent témoignage de son époque. J'ai beaucoup aimé le passage où James Edward informe ses lecteurs victoriens des nombreuses différences dans les habitudes qu'il pouvait y avoir du vivant de sa tante quand pour nous ces deux périodes paraissent si proches l'une de l'autre. Il est tout aussi amusant de lire tous les noms qu'il évoque pour montrer à quel point sa tante est aimée de personnages illustres qui sont pour la plupart aujourd'hui d'illustres inconnus en comparaison de l'extraordinaire renommée, toujours grandissante, de Jane Austen.

       Je l'ai déjà dit, j'ai trouvé Edward un peu guindé et manquant certainement de l'humour de sa tante mais il a réussi à me faire rire malgré tout, contre son gré très certainement. Lorsqu'il dit que sa "sainte" tante ne se moquait jamais de personne, c'est déjà assez risible (faut-il rappeler par exemple la lettre dans laquelle elle informe sa soeur de la fausse couche d'une voisine en supposant que la cause pourrait être qu'elle ait aperçu son mari par mégarde!) mais lorsqu'il cite des passages de ces mêmes lettres pour souligner sa bonté et sa patience et qu'il passe complètement à côté de l'ironie qu'elles comportent, c'est extrêmement drôle.

       De nombreux extraits de ses lettres seront d'ailleurs cités et c'est évidement toujours un régal mais la cerise sur le gâteau de cet ouvrage est sans conteste le chapitre inédit de Persuasion que Jane avait finalement remplacé par un autre, meilleur et contenant la fameuse lettre. Quel délice de découvrir ces quelques pages à la suite desquelles je n'ai pu m'empêcher de relire la fin du roman.

       Malgré ses défauts en tant que biographie pure, je vous conseille donc fortement ce livre, qui reste un témoignage unique livré par une personne qui a connu et aimé Jane Austen. Le post scriptum est d'ailleurs très touchant. Et je termine avec cette citation qui malgré tout, illustre bien la joie que répandait l'auteur autour d'elle et sur laquelle tout le monde est unanime : Cassandra avait le mérite de maîtriser toujours son humeur, mais Jane avait le bonheur de jouir d'une humeur qui n'avait jamais besoin d'être maîtrisée.

  • Confessions of a Jane Austen Addict de Laurie Viera Rigler

    Pin it!

    confessions of a jane austen addict,laurie viera rigler,jane austen,austenerie,confessions d'une fan de jane austen
    Titre:
     Confessions of a Jane Austen Addict / Confessions d'une fan de Jane Austen

    Auteur: Laurie Viera Rigler

    Langue: Anglais ou Français

    Roman: Jane Austen en général

    Genre: Voyage dans le temps

    Note: 3/5

     

       Courtney Stone, jeune femme moderne typique de L.A., se réveille un matin dans le corps et la vie de Jane Mansfield, dans l'Angleterre Regency de Jane Austen.

       Si je lui ai plutôt mis une bonne note, c'est que l'histoire est divertissante, les situations cocasses nous rappellent évidement la série Lost in Austen et le parallèle avec Jane Austen est assez présent pour être agréable tout en étant assez éloigné pour éviter les comparaisons. Et tous ces éléments réunis en font une bonne lecture.

       L'histoire d'amour également m'a plue. En fait, je ne sais pas si on peut vraiment la considérer comme telle mais se retrouver face à un homme sans savoir qu'elle est la nature exacte de notre relation, j'ai trouvé cela amusant; et ça nous permet de nous poser les mêmes questions que l'héroïne.

    confessions of a jane austen addict,laurie viera rigler,jane austen,austenerie,confessions d'une fan de jane austen

       On y retrouve aussi des petits défauts assez communs dans ce genre d'histoire, des petites incohérences: l'héroïne semble s'étonner des règles de l'époque alors qu'elle est censée être une inconditionnelle des romans de Jane Austen, et également quelques longueurs parfois mais ce n'est pas insurmontable.

     Après, je dois dire que ça reste très léger et que cela s'oublie assez facilement. Je l'ai d'ailleurs lu il y a quelques temps maintenant et sans mes notes, j'aurais bien été incapable d'écrire ma chronique. Du coup, alors qu'en le refermant, je pensais lire la suite, je n'en suis plus aussi sûre aujourd'hui. Non seulement, je pense que j'aurais du mal à me remémorer les éléments indispensables à ma compréhension mais selon les chroniques que j'ai parcouru, ce ne serait pas le meilleur des deux. 

       Un dernier mot pour dire que je l'ai lu en anglais mais que les deux tomes sont sortis et disponibles chez Milady.