Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane Austen is my Wonderland

  • Le Musée Imaginaire de Jane Austen

    Pin it!

    jane austen, nathalie novi, fabrice colin, le musée imaginaire de Jane austen, jane austen france, albin michel, darcyTitre : Le Musée Imaginaire de Jane Austen

    Illustratrice : Nathalie Novi

    Auteur : Fabrice Colin

    Langue : Français

    Genre : Musée Imaginaire de Jane Austen

    Note : 4,5/5

     

       Tout est dans le titre : ce livre a été conçu comme un musée imaginaire du merveilleux monde de Jane Austen et c'est Elizabeth Bennet elle-même qui nous sert de guide. Je trouve sincèrement l'idée fabuleuse d'autant qu'en plus de parcourir les couloirs d'un Pemberley idéal on pénètre également dans l'univers de Nathalie Novi, l'artiste qui donne vie ici à nos héros et je peux vous promettre que vous ne serez pas déçus du voyage. C'est un monde plein de poésie, onirique, peuplé de cygnes et d'oiseaux, de fantaisie et de malice. On peut passer de longues minutes à observer une illustration pour en déceler les détails cachés et avoir l'impression de se reconnaitre dans cette jeune femme, un livre à la main et un totebag Darcy sur l'épaule !jane austen,nathalie novi,fabrice colin,le musée imaginaire de jane austen,jane austen france,albin michel,darcy

       Deux petits bémols parce que j'aime bien pinailler : je trouve dommage que certains dessins semblent s'inspirer de la version 2005 d'Orgueil et Préjugés et le format du livre me dérange. Bien que je sois consciente qu'il a été choisi pour rendre justice aux différentes illustrations, il est lourd, peu facile à manier et ne rentrera pas dans la plupart des bibliothèques. Et puisqu'on en est aux détails techniques, le rendu de la couverture ne m'emballe pas non plus.

       Ici, à l'inverse de ce que l'on peut voir habituellement, c'est le texte qui accompagne les illustrations, comme les explications accompagnent les oeuvres dans un musée, et j'espère en disant cela ne pas froisser l'auteur qui fait cela très bien. Son respect pour Jane Austen transparait à travers ses mots et c'est pour moi toujours un délice. J'ai d'ailleurs particulièrement apprécié le passage qui nous réexplique à quel point Jane Austen n'est pas un auteur à l'eau de rose ! Fabrice Colin, merci. Je regrette cependant que l'intrigue de chaque livre soit complètement dévoilée, réservant donc plutôt le livre à ceux et celles qui ont déjà lus les six oeuvres de Jane Austen qu'aux autres, qui se verraient privés de tout suspense.

       Enfin, le livre s'achève sur une bibliographie de Jane où chaque couverture de livre est illustrée par une oeuvre de Nathalie Novi et je ne peux qu'espérer que cela donne des idées à un éditeur !

    jane austen,nathalie novi,fabrice colin,le musée imaginaire de jane austen,jane austen france,albin michel,darcy

     

  • Orgueil et Préjugé(s) - Nouvelles Éditions

    Pin it!

       Bien qu'ils aient un peu tardé à se décider, les éditeurs ont fini par admettre que les deux cents ans de la disparition de Jane Austen méritait quelques nouvelles éditions dont je vais vous parler ici.

     

    orgueil et préjugés,jane austen,classiques abrégés,école des loisirs,milady,tibert édition,margaux motin,hugh thomsonÉditeur : Tibert Editions

    Genre : Oeuvre Illustrée

    Prix : 28 euros

       Je commence par celle-ci, illustrée par Margaux Motin, parce que c'est ma préférée, et la plus originale. Il s'agit d'un livre grand format, à la couverture rigide et à l'édition soignée. Je trouve d'ailleurs cette couverture très belle, parfait mélange entre le trait de la dessinatrice et l'univers de notre chère Jane. Ce que j'ai apprécié : l'idée décalée et courageuse pour une petite maison d'édition, les illustrations et leur humour, la traduction qui respecte l'original. Ce qui m'a déçue : parce qu'il faut bien trouver quelque chose, je dirais que les petites illustrations ne sont pas assez nombreuses à mon goût.

       Quelques mots sur les goodies qui accompagnaient le roman pour ceux qui ont contribué au projet : ce qui vous intéresse le plus, je le sais, c'est le totebag qui est franchement parfait ! J'ai été un peu déçue de la qualité du carnet, en revanche, même si son design est joli. Sinon, le papier à lettre est très joli, les cartes et les marque-pages très sympas et il est plus qu'appréciable d'avoir un exemplaire du livre et des dessins numérotés. L'idée du financement participatif utilisait par la maison d'édition était audacieuse et on peut dire qu'ils ne se sont pas moqués de nous !

     

    orgueil et préjugés,jane austen,classiques abrégés,école des loisirs,milady,tibert édition,margaux motin,hugh thomsonÉditeur : Milady

    Genre : Reproduction de l'oeuvre illustrée par Hugh Thomson

    Prix : 16,5 euros

       L'édition, par George Allen, de Pride and Prejudice publiée en 1894 et illustrée par Hugh Thomson est certainement la plus connue parmi les janéites. Passée à la postérité sous le nom de Peacock edition (l'édition du paon), elle s'arrache à prix d'or. Milady a décidé de reproduire ces illustrations dans cette nouvelle édition collector.

       En premier lieu, je dois dire que l'objet est bien plus beau que ce à quoi je m'attendais. Je pensais qu'il s'agissait d'une impression sur un livre de poche alors qu'il s'agit en fait d'une couverture rigide et d'une reliure en toile, accompagné d'un lien marque-page. Les illustrations sont tout à fait fidèles à l'original et même le symbole Milady se fait discret. Pour un si bel objet, j'ajoute que je trouve le prix raisonnable.

       J'ai malgré tout deux bémols à cet enthousiasme. Tout d'abord, je trouve vraiment dommage que la tranche ne soit pas dorée mais il s'agit peut-être d'un choix délibéré puisque je ne crois pas que l'édition de George Allen présentait cette caractéristique. Le deuxième point noir concerne la traduction. Je n'ai pas relu le livre pour en juger mais en ouvrant le livre, la première phrase m'a sauté aux yeux et je ne comprends pas que l'on puisse modifier l'un des incipits les plus connus au monde et il faudra qu'on m'explique comment on passe de "universally acknowledge" à "presque incontestable".

    orgueil et préjugés,jane austen,classiques abrégés,école des loisirs,milady,tibert édition,margaux motin,hugh thomsonÉditeur : Presses de la Cité / Omnibus

    Genre : Oeuvres Illustrées

    Prix : 39 euros

       Il s'agit ici de trois oeuvres regroupées en un volume dans un album grand format : Raison et Sentiments, Orgueil et Préjugés et Northanger Abbey. On y retrouve également certaines des illustrations de Hugh Thomson et celles de Charles Edmund Brock, un autre victorien bien connu, avec pas moins d'une centaine de dessins dont certains en couleurs. Je trouve l'ouvrage très beau, simple et sobre avec sa couverture bleu et le coffret dans lequel il se glisse présentant le profil de Jane Austen prédécoupé. En revanche, le fait d'y avoir réuni trois des livres de Jane Austen est pour moi trop (le livre est très lourd, donc peu pratique pour la lecture) ou pas assez (et les autres alors ?). Malgré tout, puisque la saison approche à grands pas, je pense que c'est le cadeau idéal à demander au père-noël.

     

    orgueil et préjugés,jane austen,classiques abrégés,école des loisirs,milady,tibert édition,margaux motin,hugh thomsonÉditeur : École des Loisirs

    Genre : Classiques Abrégés

    Prix : 6, 10 euros

       Bon, je ne suis pas pour les textes abrégés à la base, je dois bien le reconnaître mais j'ai pris conscience qu'il s'agit peut-être d'un point de vue bien égoïste. En sixième, je dévorais déjà les classiques que ma soeur, de quatre ans mon aînée, devait lire pour l'école. Mais tout le monde n'aime pas autant lire que moi, j'en suis consciente. Ayant, de plus, trouvé qu'un manga pouvait être une bonne idée pour initier un néophyte à l'univers de Jane Austen, je serais bien injuste de dénigrer un classique abrégé. Et si je dois en recommander un, ce sera celui-ci. Je trouve cette couverture, toute en sobriété, magnifique et je fais confiance à l'école des loisirs pour avoir respecter le texte de l'auteur. En revanche, la préface, excessivement interessante et rappelant que les livres de Jane Austen ne se limitent pas à une histoire d'amour, en révèle beaucoup trop sur l'intrigue, gardez-là plutôt pour la fin. 

     

       Voilà, avec toutes ces nouvelles sorties, vous n'avez que l'embarras du choix pour vous plonger dans Orgueil et Préjugés ou agrandir votre collection !! Moi je n'ai plus qu'une envie, me préparer un thé, me blottir sous un plaid et me replonger dans l'oeuvre de Jane Austen. Et vous, lequel allez-vous choisir ? 

     

       Et l'exemplaire Milady a été remporté par Chloé Maraud. 

  • Préjugés et Orgueil de Lynn Messina

    Pin it!

    préjugés et orgueil,orgueil et préjugés,féminisme,lynn messina,austenerie,charleston,diva romanceTitre : Préjugés et Orgueil

    Auteur : Lynn Messina

    Langue : Français

    Roman : Orgueil et Préjugés

    Genre : Réécriture Moderne

    Note : 3/5

     

       En plus d'être une réécriture moderne d'Orgueil et Préjugés, ce livre se propose d'inverser les sexes des protagonistes : Darcy et Bingley sont des femmes riches et séduisantes et les Bennet sont des frères travaillant pour un musée en quête de mécènes. Si je trouve l'idée bonne, elle pousse à s'interroger sur ce que le lecteur va attendre et pour ma part, j'ai tout de suite pensé à une lecture plutôt féministe. La version de Jane Austen, bien que l'argent soit dans les mains des hommes, était déjà extrêmement moderne et féministe. Elizabeth ne souhaitant se marier que par amour et choisir sa vie. Ici, le message n'aurait plus d'intérêt dans la bouche de son double masculin aussi bien à cause de son sexe que de l'époque. Tournons-nous donc vers Darcy et Bingley, deux jeunes héritières dont la fortune vient de leurs ancêtres ou de leur gentil papa et qui se contentent de le dépenser ou de s'occuper d'oeuvres de charité contrairement à leurs frères ou cousins qui eux, travaillent. Seriously ? Donc le féminisme, c'est raté, on repassera. Après, il ne s'agissait que de mes attentes, ce n'était peut-être pas du tout dans les intentions de l'auteur mais il me semble que je n'était pas la seule à attendre cela.

       En revanche, j'ai beaucoup aimé le cadre : New-York, l'art, les musées. C'est intéressant et bien amené et on sent tout de suite que l'auteur est à l'aise avec le sujet et met du même coup son lecteur dans les mêmes dispositions. Les frères Bennet sont bien sympathiques et c'est une petite romance qui se laisse lire avec plaisir. Là où Lynn Messina est très visiblement moins dans son élément, c'est lorsqu'il s'agit de trop se rapprocher de la trame originale et de retranscrire un dialogue par exemple. Honnêtement, on a parfois l'impression de faire un bon dans le passé avec un langage qui n'a absolument plus rien de naturel. Il y a aussi des petites choses dont la logique ne fonctionne plus dans ce schéma et que l'auteur a négligé d'adapter. Par exemple, le frère de Bingley qui la suit partout et cède à ses caprices. Dans l'original, c'est lui qui a l'argent et en tant que célibataire, Caroline Bingley ne peut pas vivre seule, elle n'a donc pas vraiment le choix. Ici, ça n'a plus lieu d'être. En résumé, plus l'auteur reste à bonne distance de l'oeuvre de Jane Austen, mieux c'est.

       N'en attendez donc pas de grands discours féministes ou la parfaite austenerie mais une romance sympathique, pas désagréable à lire et assez amusante, et vous ne serez pas déçu.

  • Biographics Austen

    Pin it!

    biographics austen,sophie collins,armand colinTitre : Biographics Austen

    Auteur : Sophie Collins

    Langue : Français

    Genre : Biographie visuelle

    Note : 5/5

     

       Ce livre est beau, instructif, ludique, pour faire bref, indispensable et en plus à un prix que je trouve, pour une fois, plus que raisonnable. Il vous présente Jane Austen en quatre chapitres principaux :  sa vie, son monde, son oeuvre, son héritage et ce, à l'aide de diverses infographies et illustrations. L'objet en lui-même est soigné jusque dans les moindres détails et il suffit de soulever la couverture pour s'en rendre compte.

       Malgré ces évidentes qualités, le contenu aurait pu ne pas être à la hauteur. D'ailleurs, ce n'est pas vraiment une biographie, il y a, par exemple, très peu d'éléments sur sa famille. Mais l'auteur m'a eu dès le premier encadré avec cette simple phrase : "On pourrait lui coller une étiquette de romancière romantique (...) mais ce serait terriblement réducteur." Alléluia !! Sophie Collins explique également que les différents niveaux de lecture sont nombreux dans les différents romans de Jane Austen et que chacun y trouve ce qu'il est venu y chercher, un point de vue que je défends depuis longtemps. Enfin, quand elle dit qu'on ne sait pas de quoi elle est morte et présente un tableau avec les différentes hypothèses et leur probabilité, je suis définitivement conquise. Nous voilà avec, entre les mains, un ouvrage qui ne se contente pas de répéter les bêtises déjà relayées partout ailleurs. Bon, d'accord, je suis peut-être un peu de parti pris parce que nos visions sont très similaires, d'ailleurs certaines rubriques correspondent parfaitement à des articles que j'ai écrit sur ce blog au fil des années : "à quoi ressemble Jane", "d'abominables romans", "le bon la brute et le truand"...  Et dire que les maisons d'édition pensent que je n'ai rien d'intéressant à dire...

       Bon, bien sûr, je n'ai rien découvert de nouveau sur Jane elle-même mais ce livre ne se contentebiographics austen,sophie collins,armand colin pas de ça. Il commence par replacer le contexte mondial et explore de nombreux sujets intéressants. J'ai appris plus d'une chose qui éclaireront mes futures lectures austeniennes. Je pense par exemple à la page consacrée au matériel pour écrire et la recette de l'encre, ou encore celles sur les fortunes, les danses, les repas, les jeux de cartes... Son passage sur les voitures est particulièrement amusant. 

       Évidemment, il y a aussi quelques petits ratés : une très mauvaise traduction d'un des meilleurs bons mots de Jane Austen, la mention à diverses reprises d'un journal intime alors qu'un tel document n'existe pas... J'ai aussi regretté que l'on passe si rapidement sur les adaptations et quid des austeneries ? Mais, honnêtement, ça reste de l'ordre du détail.

       Je finirais avec ses quelques mots de Sophie Collins qui interprète une nouvelle fois parfaitement le message de Jane Austen : "Se marier pour de l'argent est moralement répréhensible, mais se marier à un homme désargenté est tout à fait stupide."