Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane Austen et les Traductions Françaises

Pin it!

Jane Austen, Jane Austen france, traductions, traductions française, maison d'édition, Isabelle de montolieu   Après avoir fait cette indispensable mise au point sur Facebook, je me dis qu'il est quand même très important d'en laisser une trace, le sujet est trop important, c'est pourquoi j'ai décidé d'en faire également un article ici.

   Nous allons donc parler traduction. Pour résumer, si vous avez lu Jane Austen, dans une traduction antérieure à 1970, vous n'avez jamais lu Jane Austen. Bon je dramatise mais... On me pose régulièrement la question de la traduction à choisir pour lire Jane Austen. Longtemps, je me suis contentée de répondre que je n'étais pas une experte dans ce domaine mais petit à petit je me suis renseignée, j'ai découvert des choses qui m'ont horrifiée et en préparant cet article, je me suis rendue compte que ce n'était que la partie émergée de l'iceberg.Jane Austen, Jane Austen france, traductions, traductions française, maison d'édition, Isabelle de montolieu

   Les premières traductions de Jane Austen en français arrivent très rapidement après sa publication anglaise mais à l'époque, la fidélité à l'oeuvre, c'était pas trop leur truc. Pour commencer, des passages entiers ne sont pas traduits, l'histoire est tronquée, mais il y a pire... Prenons deux cas particuliers.

   Mme de Montolieu. Elle a "traduit" Raisons et Sentiments en 1815 et Persuasion en 1821. Il serait plus juste de dire qu'elle les a adaptés en fait, réécrits, d'ailleurs, seul son nom à elle apparait sur la couverture des livres. Wikipédia le dit très bien donc je les cite : "Mme de Montolieu, à l'imagination romantique et au style plein d'emphase et de sentimentalité, décide d'« enrichir » pour son public la trop sobre élégance du style de Jane Austen. Ainsi, elle « traduit librement » Sense and Sensibility, n'hésitant pas à ajouter des détails de son cru et à réécrire le dénouement. Raison et Sensibilité, ou les Deux Manières d'Aimer Jane Austen, Jane Austen france, traductions, traductions française, maison d'édition, Isabelle de montolieuest un roman rempli de bons sentiments d'où sont gommés l'humour et l'ironie de l'œuvre originale. Isabelle de Montolieu traduit tout aussi librement Persuasion et ajoute, à son habitude, des éléments romanesques et de la sentimentalité." Je sens que vous commencez à comprendre l'étendue du problème.

   Henri Villemain traduit Mansfield Park en 1816. "Le roman est drastiquement raccourcie et le style de Jane Austen est très altéré, voire censuré."

   Alors, je sais, vous vous dites que c'est absolument scandaleux mais que tout cela remonte à deux siècles en arrière. Et c'est là que le pire arrive, et je vous présente toutes mes excuses de mettre fin à vos illusions mais ces traductions sont toujours utilisées aujourd'hui par de différents éditeurs. Et après on s'étonne que Jane Austen passe pour écrire des romances à l'eau de rose... Là où ça se complique encore, c'est que si vous ouvrez votre exemplaire d'Orgueil et Préjugés, je suis prête à parier que vous aurez beaucoup de mal à trouver l'année de la traduction... Je parie également qu'aucune mention ne vous avertira que le texte n'est pas véritablement une version intégrale... Alors comment savoir ? Vous pouvez déjà fuir si vous voyez inscrit Isabelle de Montolieu ouJane Austen, Jane Austen france, traductions, traductions française, maison d'édition, Isabelle de montolieu Henri Villemain, là, où est même pas dans du Jane Austen donc vraiment par pitié, ne les lisez pas. Sachez également que la traduction d'Orgueil et Préjugés de Leconte et Pressoir, tronque des paragraphes entiers, comme celle de Félix Fénéon pour Northanger Abbey ou Pierre de Puligua pour Emma. Après, bien sûr, certains éditeurs utilisent d'anciennes traductions (autres que celles que je viens de citer) mais les complètent et/ou les retravaillent. Difficile alors de dire quelle en est la qualité. De même, je n'ai pas lu et encore moins comparé toutes les traductions récentes, je ne peux donc pas véritablement en juger la qualité mais ces dernières années, la fidélité à l'oeuvre à quand même pris de l'importance. Et si vous cherchez encore quel exemplaire acheter, vous trouverez quelques pistes dans les illustrations de cet article...

   Voilà, et si un éditeur a envie de nous expliquer ses choix, ou pense que je me trompe, je serais vraiment ravie d'en discuter et il peut répondre en commentaire bien sûr.

Commentaires

  • Après avoir lu différentes versions, j'ai investi dans la Pleiade (2 tomes pour toute l'oeuvre de JA). Hormis un problème technique d'impression qui m'a un peu énervée (c'est un euphémisme), je dois dire que j'ai été ravie. Les traductions de Pierre Goubert sont excellentes, me semble-t-il C'est un grand spécialiste austenien. C'est là que j'ai réalisé avec stupéfaction : non seulement les lacunes des autres traductions, mais également les coupes qui avaient été faites par les éditeurs.
    La Pleiade c'est assez cher évidemment, il faudrait voir si les traductions de Pierre Goubert sont lisibles ailleurs.

  • La Pléiade c'est sans conteste une valeur sûre. Tu peux retrouver les traductions de Pierre Goubert en phoche dans les éditions Folio récentes (c'est même écrit sur la couverture). En revanche, je suis choquée par ce que tu me dis de l'impression, au prix du volume. Tu n'as pas demandé à ce qu'on te le change ?

  • Suite à ton post, j'ai pris mon exemplaire 10/18 d'Orgueil et Préjugés, une vieille version de chez Penguin books (que je n'ai jamais lu) et la version illustrée de chez Tibert que j'avais abandonnée en cours de route car les soeurs Bennet se tutoient alors que j'ai toujours été habituée au vouvoiement.
    Et j'ai commencé à relire la version de chez Tibert. La traduction est de Jules Castier "revue et corrigée par l'éditeur". Je ne suis vraiment pas très loin dans ma lecture, chapitre 7, je pense, et j'ai déjà trouvé des passages que je n'avais jamais lu dans la version de 10/18. Et j'ai fait le comparatif avec la version originale et ça m'a l'air plutôt fidèle d'après mon anglais qui est "tout juste passable" ;o)

    Merci pour cet article et pour m'avoir ouvert les yeux sur les pratiques indignes de certains éditeurs en matière de traduction !

    Izzie

  • Chez 10 18, la traduction n'est pas mauvaise mais malheureusement pas complète du tout. C'est amusant ce que tu dis sur le vouvoiement parce que certains sont gênés par ça dans la version de Pierre Goubert, qu'ils trouvent un peu trop guidée (chez la Pléiade et Folio), que je te conseille du coup.

  • Coucou Alice, ravie de retrouver ce point traduction chez Jane Austen! Comme j'ai du déjà te le dire, je n'étais pas du tout au courant de ce genre de choses et je vais plus faire attention à l'avenir. En plus, j'aurais beaucoup moins de remords à avoir plusieurs exemplaires du même titre, en plus, certaines éditions sont très belles ! ;)

  • Mais oui, c'est l'excuse parfaite pour se racheter des Jane Austen !!!

  • Bonjour,
    Je m'étais déjà aperçu des atrocités commises en terme de traduction. J'ai eu la mauvaise idée de m'acheter une version dans la bibliothèque du collectionneur (j'ai été attiré par le côté beau livre illustré). Et là, stupéfaction en tournant les pages ! Je découvre une nouvelle fin pour sense & sensibility ! Marianne et Willoughy discutant ensemble et Willoughy faisant amende honorable auprès d'Eliza ! Une vraie austenerie, vendue comme du Jane Austen !
    Autant dire que le livre a rapidement été revendu.
    J'admets ne lire Jane Austen plus qu'en anglais depuis de nombreuses années. Le texte original est franchement très beau, et finalement facile à comprendre, car pas d'abréviations et autres. C'est vraiment avec Jane Austen que j'ai commencé à lire en anglais.
    La version de la pléiade m'a paru la plus fidèle, dans une édition magnifique, bourrée de notes, et dans un format tellement pratique (j'aime avoir toujours un livre sur moi, alors je ne suis pas fan des livres trop lourds)

  • Oui, cette version de la bibliothèque du collectionneur (utilisée chez Archipoche et Hugo également) est vraiment la pire. Je ne comprends pas qu'ils soient autorisées à l'utiliser comme une traduction. Quand on peut lire en anglais, c'est une chance. Avant, je ne le faisais que pour les livres que j'adore vraiment ou ceux qui ne sont pas sortis en français mais plus ça va, plus je me dis que je ne lirai moins de traductions à l'avenir.

  • Je reviens concernant la traduction de chez Tibert Editeur. Plus j'avance, plus j'ai l'impression qu'ils ont imprimé le mauvais fichier... ou que leur relecteur avait la grippe pour la dernière relecture.
    Certaines formations de phrase sont légèrement bancales, comme avec google trad et puis, entre autre, "Lady Catherine and her daughter" devient "Lady Catherine et sa mère" et "Dear Ma'am" se transforme en "Madame chérie" (Madame chérie !!!). Mais comment peut-on imprimer un si bel objet et laisser passer des monstruosités pareilles?
    I'm speechless and totally disappointed.

    Izzie

  • Oh non !!! Mince alors, moi qui aime tellement Tibert et leur beau travail d'édition !!! Quelle déception !

  • Merci pour tous ces conseils traduction! Grâce à toi, je me suis rendue compte que ma version française d'Orgueil et Préjugés est une version tronquée par les traducteurs!! Quelle aberration! Il faut absolument que je lise la version anglaise que j'ai acheté pour profiter du texte intégral et des vrais mots de Jane Austen!

    Certains éditeurs devraient avoir honte d'utiliser des traductions trahissant le texte original!

  • Je suis tellement d'accord !!! En tous cas, si tu peux lire en anglais, c'est une chance et il faut le faire. Rien de tel que l'original ^^

  • Et mince j'ai la version 10 18.... :(
    Va falloir que je réinvestisse...... :)

  • Une bonne excuse pour se racheter de jolies éditions, non ?

Écrire un commentaire

Optionnel