Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Raison, Orgueil et Persuasion

Pin it!

persuasion, Jane Austen, anne Elliot, captain wentworth, Jane Austen  Anne a-t-elle eu tort de refuser d'épouser le Capitaine Wentworth à 20 ans ? D'un seul et même cri du coeur, nous avons tous envie de crier "Oui". Et pourtant...

   Plus j'y pense, plus je connais le roman et Jane Austen elle-même, moins la réponse me paraît si évidente. En fait, j'en viens même plutôt à penser qu'elle a fait le bon choix, et également que c'est l'idée défendue par l'auteur. Regardons ça d'un peu plus près, voulez-vous ?

    1. Le contexte : le refus du père d'Anne de la voir épouser le jeune Frédérick Wentworth relève purement et simplement de l'égoïsme et de la vanité. Celui de sa marraine repose sur des arguments bien différents. Certes, l'argent n'y est pas étranger, mais c'est une variable que les femmes de l'époque ne pouvaient vraiment pas se permettre de négliger. Imaginons qu'Anne et Frederick se marient, qu'elle tombe enceinte, qu'il parte en mer et périsse. Que serait-il advenu de la pauvre Anne et de son enfant... Je comprends qu'une personne qui l'aime, qui a veillé sur elle depuis la mort de sa mère, n'ait pas envisagée sereinement cette union.

   2. La Persuasion : Anne est-elle vraiment cette petite chose fragile qui s'est laissée persuader d'abandonner l'amour de sa vie ? Ou est-elle une jeune femme raisonnable, intelligente, qui trouvait difficile de se marier dans ces conditions et contre l'avis de sa famille et qui peut-être, je dis bien peut-être, s'attendait à ce que son fiancé se batte un peu plus pour elle... J'en profite d'ailleurs pour rappeler que "Persuasion" n'est pas le titre choisi par l'auteur.

persuasion, Jane Austen, anne Elliot, captain wentworth, Jane Austen

   3. L'Orgueil : On pourrait penser que l'orgueil est ici du côté des Elliot mais Frederick n'est pas tout blanc dans l'histoire. Il aurait pu se démener, prouver à Anne qu'il était digne d'elle, lui proposer de longues fiançailles, revenir une fois qu'il aurait eu les moyens d'entretenir une famille mais s'il ne fait rien de tout cela, c'est qu'il est blessé dans son orgueil.

   4. Le point de vue de l'auteur : alors avec Jane Austen, l'ironie, les sous-entendus, c'est peut-être difficile de savoir qui elle juge responsable mais analysons les faits : Anne a beaucoup souffert, elle s'est un peu éteinte mais elle semble en même temps en paix avec sa décision, et résiliante.  D'un autre côté, nous avons le Capitaine qui commence par l'insulter, se montre froid avec elle, flirte sans retenue avec une jeune femme et clame haut et fort qu'il aime les caractères décidés. Et quels sont les conséquences de ses actes ? Une jeune femme frôle la mort et lui, échappe de justesse à un mariage dont il ne veut pas. Pour moi, il est assez facile de deviner ce que pense l'auteur sur la conduite de l'un et de l'autre.

   5. Jane Austen : enfin, j'ai toujours fait un parallèle entre Persuasion et ce que l'on suppose être l'histoire d'amour de jeunesse de Jane Austen avec Tom Lefroy. Pour moi, c'est comme si elle exprimait à travers ce roman, comme j'en ai déjà parlé dans un article précédent, la façon dont elle aurait aimé que les choses se terminent pour elle. Tom Lefroy lui, une fois sa situation établie, n'est jamais revenu pour épouser Jane. Il me semble aussi aujourd'hui, qu'avec beaucoup de mélancolie, dans un texte qu'elle a écrit quelques moins avant sa mort, elle exprime à quel point elle comprend ce que cette union aurait eu d'imprudent...

 

   Alors, pensez-vous toujours qu'Anne a eu tort de dire non au Capitaine ? 

persuasion, Jane Austen, anne Elliot, captain wentworth, Jane Austen

Commentaires

  • Je suis tout à fait d'accord avec cette interprétation. Quand on lit le livre pour la première fois, on se dit qu'à cause du refus d'Anne ils ont perdu de nombreuses années durant lesquelles ils auraient pu vivre leur amour. C'est notre âme romantique qui s'exprime, celle qui rêve du grand amour qui défie tout, qui dépasse tout!
    Avec le temps, on comprend que l'amour entre Anne et Frederick est un premier amour, un amour de "jeunesse", un amour fort mais imprudent. Après les sentiments, c'est la raison qui prend le dessus chez Anne et elle comprend que cette union n'est pas souhaitable dans l'état actuel de leurs situations respectives.
    Cette décision d'Anne rend l'histoire d'autant plus belle qu'elle nous permet de découvrir un amour qui survit aux épreuves, au temps, aux obstacles de la vie.

  • Si elle l'avait accepté, ça aurait été une tout autre histoire à raconter...

    J'aime beaucoup ton argumentaire. Le point 1 m'a fait pensé à la discussion entre Lizzie et Mrs Gardiner qui la met gentiment en garde sur l'imprudence d'un éventuel attachement avec Wickham.
    Vrai que de notre point de vue, ça peut paraître vénal, mais c'était juste une question de survie pour elles. Et personnellement, je pense que ça l'est encore à un autre niveau (l'indépendance financière des femmes).

    Je ne savais pas que Persuasion n'était pas le titre que Jane Austen avait choisi. Quel était son choix? On le sait? Me suis toujours dit qu'il ne cadrait pas avec les autres titres.

    Tout ça donne terriblement envie de le relire avec ton argumentaire en tête.

  • J'approuve ton analyse. Leur amour n'aurait peut être pas survécu au manque d'argent, aux grossesses, a la possible mort du capitaine. C'était un amour de jeunesse. Quand on a pas forcément la tête sur les épaules. Et l'orgueil du capitaine est un von exemple de ce manque de maturité.
    La seconde chance qui s'offre à eux va leur permettre de se réaimer mais de façon plus raisonnable et je oense aussi plus sincère.
    C'est mon roman préféré de Jane car surement le plus personnel. Elle a offert a son héroïne la seconde chance qu'elle n'a pas eu.

Écrire un commentaire

Optionnel