Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persuasion

  • Persuasion, Captain Wentworth and Cracklin' Cornbread de Mary Jane Hathaway

    Pin it!

    persuasion, Jane Austen france, Jane Austen, austenerie, mary jane Hathaway, Jane Austen takes the south, persuasion captain Wentworth and cracklin' cornbreadTitre : Persuasion, Captain Wentworth and Cracklin' Cornbread

    Auteur : Mary Jane Hathaway

    Langue : Anglais

    Roman : Persuasion

    Genre : Réécriture Moderne

    Note : 4/5

     

       Il s'agit du troisième tome de la série "Jane Austen Takes the South", de Mary Jane Hathaway après Pride and Prejudice and Cheese Grits que j'avais trouvé sympa et Emma, Mr. Knightley and Chili-Slaw Dogs que j'avais vraiment beaucoup aimé ! Cette fois, nous sommes sur une réécriture assez fidèle de Persuasion, ce qui ne pouvait que m'enthousiasmer, et toujours plongés dans les traditions sudistes. Ici, Lucy, l'héroïne vient d'une famille afro-américaine riche et respectée, alors que Jem, aka Captain Wentworth, est un blanc élevé dans une caravane. Tout ce background fonctionne très bien avec l'histoire d'origine.

       La famille Crawford est criblée de dettes. Pour essayer de s'en sortir, Lucy, qui est la seule à avoir un peu de bon sens, décide de louer une partie de la maison familiale historique au Docteur Strood. Ce dernier souhaite y installer sa clinique pour les plus démunis et vient justement d'embaucher un nouveau médecin, de retour dans sa région d'origine après dix ans d'absence, qui n'est autre que Jem, l'amour de jeunesse de Lucy.

       Comme vous pouvez le voir, nous sommes très proches de l'intrigue d'origine. On s'attache donc très facilement aux personnages, on souffre de nouveau avec Lucy, on mettrait bien quelques claques à ses soeurs, on soupire face à Jem... Le seul petit bémol, c'est qu'une fois encore nous alternons les points de vue et nous savons donc dès les premières pages du livre que Jem craque toujours pour Lucy. Ça manque un tout petit peu de rancoeur et de colère je trouve. En dehors de ça, les sentiments et la psychologie des personnages sont parfaitement bien traités et il y a même une scène entre Lucy et l'une de ses soeurs à la fin qui m'a particulièrement touchée et agréablement surprise.

       Ce que j'ai autant aimé que dans les précédents opus, c'est l'ambiance du Sud, les valeurs et les traditions, et toutes les bonnes recettes de cuisine qui me font saliver. J'ai apprécié également l'apparition de différents personnages que nous avions déjà croisés et les clins d'oeil à leurs histoires. Les références à la Guerre Civile ne sont pas inintéressantes non plus, en revanche, l'humour est bien moins présent mais c'est également le cas dans l'original, je suppose donc que ce n'est pas très surprenant.

       Quelque chose qui ne m'a pas gêné pendant ma lecture mais que je regrette un peu après coup, c'est que la plupart des personnages sont vraiment très secondaires, comme la soeur mariée de Lucy qui aurait tout aussi bien pu être supprimée. De même, certaines anecdotes reliées à l'original tombent parfois ici légèrement comme un cheveu sur la soupe. Finalement, je crois que j'aime autant quand l'auteur met vraiment les choses à la sauce sudiste.

       En bref, c'était quand même vraiment une chouette série. Apparemment, les trois autres romans n'ont pas été adaptés et franchement je le regrette.

     

    Et si vous voulez ajouter "Persuasion, Captain Wentworth and Cracklin' Cornbread" à votre PAL, c'est par ici

  • Austen Wentworth de Brigid Coady

    Pin it!

    Jane Austen, Jane Austen france, Jane Austen is my wonderland, persuasion, austenerie, réécriture moderne, Austen Wentworth, Brigid CoadyTitre : Austen Wentworth

    Auteur : Brigid Coady

    Langue : Français

    Roman : Persuasion

    Genre : Réécriture Moderne

    Note : 3,5/5

     

       Austen Wentworth, c'est le nom de ce bel acteur en vogue, dont toutes les filles rêvent mais qu'Annie essaie d'éviter à tout prix depuis qu'ils se sont mutuellement brisés le coeur huit ans auparavant. Mais alors qu'elle accepte enfin le job de ses rêves en devenant productrice sur une nouvelle adaptation d'Orgueil et Préjugés, elle apprend également que l'acteur qui a été choisi pour jouer Darcy n'est nul autre que son ancien fiancé.

       J'ai trouvé la transposition dans le milieu du cinéma très pertinente. Ça fonctionne parfaitement, autant avec l'orgueil et le snobisme du père qui est ici acteur de théâtre, qu'avec le nouveau statut très convoité de Frederick/Austen. En revanche, que tout l'entourage d'Anne se retrouve subitement engagé dans la même mini-série, c'est un peu plus difficile à avaler mais on fait avec.

      Le caractère d'Anne et son évolution sont également bien traités, avec ce nouveau poste de productrice qui lui donne de l'assurance en même temps que de l'épaisseur au personnage. Cela permet en effet de découvrir ses différentes facettes car si elle cède toujours tout à sa famille tyrannique, elle n'en est pas moins une femme intelligente et compétente et je suis ravie que l'auteur n'en est pas fait une énième cruche.

       Pour le reste, sa famille est aussi révoltante que dans mon souvenir et en même temps leur côté pathétique est parfaitement préservé. J'ai aimé aussi l'apport des nouveaux personnages et la relation entre les amis d'Austen et Annie, pleine de tendresse et de soutien. 

       Mais, parce qu'il faut bien qu'il y en ait un puisque je n'ai pas mis la note maximum à ce roman, il y a d'autres petites choses qui m'ont gênées, à commencer par sa relation avec son cousin. Un numéro de séduction s'établit entre eux et il faudra attendre quasiment la fin du livre pour qu'il soit précisé que leur lien de parenté n'est que très éloigné. Beurk. Il y a également de nombreuses petites invraisemblances ou des faits qui nous sont présentés comme tels sans explication, donnant l'impression que l'auteur n'avait pas forcément envie de se creuser la tête pour trouver comment adapter tel ou tel aspect de l'oeuvre originale. Enfin, et c'est bien sûr le plus décevant, la relation entre Annie et Austen n'a pas vraiment fait battre mon coeur. Ça manque de finesse, de profondeur et d'une petite touche de magie il me semble...

       Si vous lisez en anglais, je vous conseille Persuading Annie et Persuade Me qui sont également des adaptations modernes de Persuasion et qui, pour moi, reste un cran au-dessus.

     

    Et si vous voulez ajouter "Austen Wentworth" à votre PAL, c'est par ici.

  • L'Âge de Raison d'Helen Fielding

    Pin it!

    l'âge de raison, Bridget Jones, Helen fielding, austenerie, Jane Austen France, Jane Austen is my wonderland, persuasion, orgueil et préjugés, mark DarcyTitre : L'Âge de Raison

    Auteur : Helen Fielding

    Langue : Français ou Anglais

    Roman : PersuasionOrgueil et Préjugés

    Genre : Inspiration Libre

    Note : 2/5

     

       Dans ce deuxième tome des aventures de la maintenant célèbre Bridget Jones, nous la retrouvons dans sa toute nouvelle relation avec Marc Darcy. La jeune femme est toujours aussi maladroite et se pose toujours autant de questions sur son avenir personnel et professionnel et tente de s'adapter à son nouveau statut de femme en couple...

       J'ai déjà lu ce roman et je n'en gardais pas un bon souvenir. Pourquoi le relire alors me direz-vous ? Tout d'abord, parce que je voulais vous en faire la chronique (oui, je sais, mon sens du sacrifice est étonnant !) et ensuite parce que je souhaitais réétudier sa ressemblance avec Persuasion, minime au final. Il s'agit en fait de quelques scènes pompées quasi à l'identique et toutes balancées au même endroit au milieu du roman, comme si l'auteur avait manqué d'inspiration et s'était soudain rappelée que se servir dans les romans de Jane Austen avait plutôt bien fonctionné la première fois. Vous me trouvez injuste ? Je l'ai déjà dit dans ma chronique du premier opus mais le fait que Jane Austen ne soit pas citée une seule fois sur la couverture, la dédicace ou les remerciements (pas même dans les sources d'inspiration), ni de ce roman-ci, ni même du précédent, m'agace prodigieusement, je l'avoue. Dans d'autres circonstances, on aurait appelé cela du plagiat mais passons...

       La question est, me suis-je plus amusée cette fois-ci que lors de ma première lecture ? Et malheureusement, la réponse est "pas du tout". J'ai retrouvé les mêmes travers dont je me rappelais : un Darcy à côté de la plaque, une relation qui ne fait pas rêver et toutes la magie d'Orgueil et Préjugés foulée aux pieds. Une Bridget qui n'évolue pas, de plus en plus agaçante, qui n'est plus juste maladroite mais complètement stupide et des amis envahissants. Et si j'avais beaucoup ri lors du premier tome, je découvre ici un humour plus que douteux qui, je pense, ne passerait plus du tout aujourd'hui, avec des répliques racistes et sexistes.

       Bref, il y a certes quelques petites choses à sauver par-ci, par-là mais je dois dire que face aux points négatifs, elles ne font pas du tout le poids ! Ce livre est plus qu'une déception pour moi, il est tout simplement mauvais. 

     

    Et si vous voulez ajouter "l'Âge de Raison" à votre PAL, c'est par ici.

  • La Constance de l'Étoile Polaire de Diana Peterfreund

    Pin it!

    persuasion,la constance de l'étoile polaire,jane austen,austenerie,jane austen france,austenerie française,diana peterfreund,for darnes shows the starsTitre : La Constance de l'Étoile Polaire

    Auteur : Diana Peterfreund

    Langue : Français

    Roman : Persuasion

    Genre : Réécriture Dystopique

    Note : 4,5/5

     

       Avant même de vous parler de l'histoire, j'aimerais vous dire quelques petites choses. Tout d'abord, ce livre a été édité par une petite maison d'édition, Bookmark dans la collection Infinity, et c'est d'autant plus important de le dire que, contrairement à la plupart des grands éditeurs qui ont sorti des austeneries jusqu'à ce jour, ils n'ont pas choisi la facilité. Ils n'ont pas acheté au rabais une énième romance pseudo-érotique en insérant "Darcy" en lettres de feu dans le titre mais une dystopie, très bien notée, centrée sur Persuasion et rien que ça, ça mérite déjà un grand merci ! Mais en plus, la traduction est impeccable, le livre superbe et la couverture toute douce. Alors si vous avez envie de dépenser de l'argent dans l'industrie du livre, je pense que c'est sur ce genre de projet qu'il faut le faire. 

       Mais qu'en est-il de l'histoire, me direz-vous... Elliot et Kai SONT Ann et Frederick. Cela résume en quelques mots tout le bien que j'ai pensé de ce livre. Il faut quelques chapitres pour rentrer dans l'histoire, tout d'abord parce qu'il faut apprendre à connaître ce nouveau monde composé de Luddites et de Posts mais aussi parce que l'on navigue entre le passé et le présent. C'est d'ailleurs le point que j'ai le moins aimé. Dans Persuasion, Jane Austen ne nous raconte jamais ce qu'il s'est passé huit ans plus tôt et cela ne nous manque pas. Ici, l'auteur a choisi de le faire mais ces échanges de lettres enfantines ne m'ont pas emballés je dois dire. 

       Pour ce qui est de la dystopie en elle-même, je ne pouvais qu'être sensible au thème que j'ai moi-même choisi dans un texte que j'ai écrit et du coup, j'avoue que cela m'a beaucoup amusé. Le rapport entre les éléments dystopiques et ceux qui ne le sont pas m'a paru bien équilibré et nous permet de nous sentir à la fois au 19ème siècle et dans un univers complètement différent !

       Sur la fin, l'auteur s'affranchit petit à petit de la trame originelle. Je trouve qu'elle le fait au bon moment, nous connaissons mieux ce nouveau monde, nous en aimons tous les personnages et cela est suffisant, pourtant dans les dernières révélations, les dernières évènements attendus depuis si longtemps, il manque l'intensité de certaines scènes de Persuasion, la perfection de la lettre du Capitaine... Mais soyons indulgents, il est difficile de fleurter avec le talent de Jane Austen.

       Enfin, même si ce livre fait partie d'une saga, sachez que le deuxième tome se déroule dans le même univers mais avec des personnages différents, ils sont donc totalement indépendants l'un de l'autre. Seul celui-ci se base sur Persuasion et il peut aisément se lire seul. Il existe également un court prequel centré sur Kai mais qu'il n'est pas non plus obligatoire de lire. 

     

    Et si vous voulez ajouter "La Constance de l'Étoile Polaire" à votre PAL, c'est par ici.