Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

darcy - Page 2

  • Pride and Prejudice, Adaptation de 1940

    Pin it!

    pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcy   Dans le monde des adaptations austeniennes, on peut vraiment dire que j'ai vu de tout: du très bon, du très très mauvais et même quelques ovnis inclassables. Ce film de 1940 se range assurément dans cette dernière catégorie mais je voudrais commencer par le replacer dans le contexte.

       Tout d'abord, le film n'est pas une adaptation du roman de Jane Austen comme on pourrait le penser, mais d'une pièce de théâtre qui a beaucoup de succès à ce moment-là: Pride and Prejudice, a Sentimental Comedy in Three Acts. L'adaptation d'une adaptation donc, forcément, on a perdu quelques petites choses en route. Les studios ne rechignent pas sur les stars: Greer Garson en Elizabeth Bennet, nul autre que Laurence Olivier pour Darcy et même Aldols Huxley au scénario. Vivien Leigh et Clark Gable avaient été pressenti également. Une dernière petite chose avant de vous lancer, il faut que jepride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcy vous dise deux mots des costumes. Mais que dire... L'action a été placé une trentaine d'années après celle du livre, plus de robes empires toutes simples donc mais un déballage de froufrous hautement ridicules... Vous voilà prévenus...

       Vous l'avez bien compris, je vous parle de tout cela pour vous inviter à l'indulgence, dans l'espoir que comme moi, vous finirez par adorer ce film. De toutes façons, dès les premières minutes, le ton est donné: si vous résistez à l'envie de rire devant la scène cocasse de course poursuite entre Mrs Lucas et Mrs Bennet lorsqu'elles apprennent l'arrivée d'un riche gentleman célibataire dans le voisinage, passez votre chemin. L'humour est indéniablement mis en avant dans ce film et de façon tout à fait volontaire pour ceux qui en douteraient. Je rappelle que nous sommes en période de guerre et le moral est au plus pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcybas. Si l'ambiance est lourde sur le plateau, chacun est décidé à faire rire le public. Les mimiques de Greer Garson me font d'ailleurs sourire rien que d'y penser! J'ai également une tendresse toute particulière pour une des scènes finales qui concerne Lady Catherine de Bourgh. Je n'en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le suspense mais là encore j'ai bien ri et beaucoup aimé l'idée.

       Les points faibles sont, en premier lieu, le manque total, ou presque, d'adéquation avec l'oeuvre originale et je concède également quelques longueurs et un peu d'ennui au milieu du film. Malgré tout, et je le redis, c'est une adaptation que j'adore et qu'il faut absolument avoir vu au moins une fois. J'ai hâte de connaître votre avis!

       Une dernière anecdote: à sa sortie, le film sera bien accueillie et Greer Garson unanimement encensée, ce qui vexera fortement le notoirement susceptible Laurence Olivier!

    pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcy

  • Le Rêve de Mr Darcy d'Elizabeth Aston

    Pin it!

    le rêve de mr darcy,darcy,elizabeth aston,milady,jane austen,austenerieTitre: Le Rêve de Mr Darcy

    Auteur: Elizabeth Aston

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Sequel/Suite

    Note: 3/5

     

       Les livres d'Elizabeth Aston, ce sont toujours des montagnes russes. Parfois c'est très mauvais, parfois c'est vraiment sympathique. En fait, plus elle s'éloigne de Jane Austen et plus elle laisse son oeuvre tranquille, meilleure elle est. Dommage qu'elle ne s'en rende pas compte. Et ce tome-ci ne déroge pas à la règle puisqu'il est très exactement à la croisée des chemins. Il découle d'Orgueil et Préjugés sans en être trop proche et du coup me laisse un sentiment mitigé

       Ce que j'ai aimé, c'est la romance historique en elle-même et dans toute sa splendeur si je puis dire, ce qui pour moi ce traduit par un livre facile à lire, une ambiance agréable et une histoire d'amour, le tout sans grande surprise mais tout en sachant qu'on ne lit pas ce genre de livre pour être surpris non? "Quoi? Elle ne l'épouse pas à la fin???" Sacrilège!!! Bref, ce côté-là marche plutôt bien. J'ai quelques scènes qui me restent en tête, des fêtes où j'ai la joyeuse impression de m'être rendue, des confidence des héroïnes qu'elles semblent m'avoir chuchotées à l'oreille.

       J'ai beaucoup aimé également me retrouver à Pemberley, y suivre la vie domestique et le réaménagement des jardins, ainsi que l'apparition discrète de Darcy, une présence, une phrase prononcée, juste la petite touche qu'il fallait pour faire plaisir aux lectrices sans trop toucher à ce personnage sacré!

       Une autre chose que j'ai apprécié, et ça en fait quand même pas mal je trouve, ce sont toutes les petites intrigues secondaires dont le dénouement de l'une m'a pour le coup prise au dépourvu. Comme quoi, il y a même eu parfois plus que ce que j'espérais!

       En revanche, là où ça marche beaucoup moins pour moi, c'est du côté des personnages. Bien sûr que je les ai trouvé attachants, ce sont exactement les mêmes que dans l'original!! Les deux jeunes filles en sont presque des caricatures. Certaines scènes également sont copiées-collées et je trouve ça très décevant. Et, plus agaçant que tout, sont toutes les descriptions des moeurs de l'époque. Pour commencer, elles sont totalement inutiles mais en plus, sont placées extrêmement maladroitement. Ce qui me venait à l'esprit à chaque page, c'est cette maxime enfantine: "la culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale." L'auteur tente tellement de nous convaincre qu'elle connait bien l'époque que ça tourne parfois au ridicule!!

       Autre point négatif, pour servir l'intrigue, toutes les femmes croisées dans le roman on fait un mariage malheureux. Alors on ne peut pas prôner tous le long des 300 pages que tous les hommes sont infidèles et qu'aucun mariage, d'amour ou de convenance, ne fonctionne sur le long terme et espérer ensuite nous faire adhérer au "happy ending". A un moment donné, il faut choisir son camp!

       Enfin, dernier point négatif, qui est certes un détail mais qui fait partie de toute cette nouvelle mode austenienne et du profit qu'en tirent certains: le titre ou comment caser "Mr Darcy" dans le titre d'un roman qui ne parle absolument pas de lui. Bravo.

     

    Retrouvez toutes mes chroniques sur les livres d'Elizabeth Aston ICI.

  • Mr Darcy's Christmas Calendar de Jane Odiwe

    Pin it!

    darcy,mr darcy's christmas calendar,jane odiwe,jane austen,orgueil et préjugésTitre: Mr Darcy's Christmas Calendar

    Auteur: Jane Odiwe

    Langue: Anglais

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Voyage dans l'univers du livre

    Note: 3/5

     

       Quoi de mieux que de mêler Jane Austen et Noël. Il existe différentes austeneries autour de cette période et j'ai choisi celle-ci parce que la couverture est franchement magnifique et que j'avais déjà lu un livre de Jane Odiwe, Willoughby's Return, qui m'avait plu. Comme je ne peux pas trop compter sur mon entourage pour m'offrir des livres, sans même parler d'austeneries, j'ai décidé de me faire un cadeau de moi à moi et de savourer cette petite lecture installée sous mon plaid, face à mon sapin de Noël, en grignotant de délicieux petits mendiants

       Bien que ce fut un moment agréable - les mendiants y étaient pour beaucoup - je dois dire que je ressors plutôt déçue de cette lecture. Pas que l'idée soit mauvaise ou les personnages pas attachants mais honnêtement, cela n'a ni queue, ni tête. Difficile de trouver un sens à cette histoire, un fil conducteur, une logique quelconque. On dirait que l'auteur a hésité entre différentes directions pour finalement, ne pas choisir. On est un peu dans Orgueil et Préjugés mais pas tout à fait. En même temps, on est à Chawton, pas à Longbourn. On croise Jane Austen, mais pas vraiment. L'héroïne fait un saut dans le temps? Ou dans le livre? Aucune importance, dans tous les cas, lorsqu'elle demande où est le téléphone, on le lui indique. Ne croyez pas que je n'ai pas compris que l'auteur insinue que la frontière est mince entre ces différents mondes mais honnêtement, c'est déroutant. Il y a trop de choses, pour un si petit livre et du coup, tout manque d'approfondissement. L'héroïne nous dit que les soeurs Bennet sont en train de devenir ses meilleures amies alors qu'on ne les a jamais vu échanger un mot, elle ne se pose quasiment aucune question sur ce qui lui arrive et ne s'inquiète de rien et alors qu'elle cherche soit disant Darcy dans tous les coins et recoins du roman, elle ne voit pas ce qui est sous ses yeux. Vraiment, il faut arrêter de nous faire le coup. Si dans ma vie je croisais un homme sublime, grand, jeune, célibataire et riche mais plutôt désagréable au premier abord, y'a t'il plus de chance que je me dise: "cet homme est odieux, je ne veux plus jamais le voir" ou alors "il a du avoir une mauvaise journée, je vais lui donner encore une chance. Ou deux... Voire trois". Si la réponse n'était pas évidement la deuxième solution, la plupart d'entre nous ne se seraient pas retrouvées à sortir avec des c$*`})ç*, non?

     

       Bref, je m'emporte (Jane Austen ruined my life!). L'héroïne est toute mignonne, l'ambiance de la campagne anglaise à Noël bien plaisante et l'oeuvre de Jane Austen n'est pas bafouée. Ce sont déjà de bonnes bases. Dommage qu'il n'y ait pas le petit truc en plus.

  • Bridget Jones, Folle de Lui d'Helen Fielding

    Pin it!

    bridget jones,bridget jones 3,folle de lui,helen fielding,darcy,jane austen,mort de darcyTitre: Bridget Jones, Folle de Lui

    Auteur: Helen Fielding

    Langue: Anglais ou Français

    Note: 4/5

     

       Tout d'abord quelques mots pour rappeler pourquoi ce livre mérite de figurer sur un blog réservé à l'univers de Jane Austen. Le premier tome des aventures de Bridget Jones était tout simplement une réécriture moderne d'Orgueil et Préjugés et le second tome empruntés quant à lui beaucoup à différentes oeuvres de Jane Austen, Persuasion en tête. Le lien entre ces deux auteurs est donc tissé et il me semblait normal de vous parler de ce troisième opus ici.

       Lorsque l'on se retrouve avec ce livre entre les mains, le premier sentiment qui l'emporte est la joie de retrouver Bridget Jones. On l'adore tous, elle est sympa et rigolote mais pas parfaite et nous déculpabilise de nos propres imperfections. On sait qu'on va bien s'amuser et on se voit déjà dévorer le roman, enroulé dans sa couette, un pot de glace dans les mains bien sûr. Aucune déception de ce côté-là! Le plaisir est intact. Et quant à la question que tout le monde se pose: non, Darcy ne m'a pas manqué bizarrement. D'abord parce que sa disparition permet de faire vivre à Bridget de nouvelles aventures fort intéressantes mais également parce qu'elle apporte une nouvelle dimension à ce livre, un côté triste et émouvant et un peu plus de profondeur qui ne lui nuisent pas. Après, on a un peu l'impression de relire la même histoire que pour le Journal de Bridget Jones, ce qui est très chouette mais plutôt sans surprise.

       Ce qui m'a vraiment énervé en revanche, c'est que Bridget, qui frise souvent le ridicule mais reste touchante, est ici parfois véritablement stupide, je suis navrée de le dire (cf. le bouquin qu'elle adapte). Et puis sans mec, elle semble incapable de gérer sa vie et même ses enfants (avec pourtant l'aide d'une nounou et aucun problème d'argent ce qui est déjà bien plus que la moyenne des mères). Je ne suis pas féministe mais quand même. 

       Autre gros point noir pour moi, le poids de Bridget. Ca m'horripilait déjà dans le premier tome et encore plus avec l'adaptation en film, quand on voulait nous faire croire que Bridget était grosse alors que si on faisait le rapport poids/taille, elle ne l'était pas du tout! Mais là, Bridget perd 20 kilos en deux mois - faudrait me donner la recette - puis s'empiffre pendant tout le reste du bouquin sans jamais reprendre plus d'un kilo. Bref, du grand n'importe quoi. Je commence à croire qu'Helen Fielding n'aiment pas les femmes en fait.

       Heureusement, Bridget reste quand même Bridget, la magie fonctionne toujours et donc on rit pas mal. On a même quelques envies de pleurer et on passe un bon moment avec une amie de longue date. Pourquoi en demander plus?

     

    Les gagnants du concours sont:

    . L'univers livresque d'une petite noisette

    . <3 Orgueil et Préjugés - BBC <3

    . Anne Marie Gabriel Moissonnier 

    . Clarabel

    . Dodie