Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jane austen france

  • Le Musée Imaginaire de Jane Austen

    Pin it!

    jane austen, nathalie novi, fabrice colin, le musée imaginaire de Jane austen, jane austen france, albin michel, darcyTitre : Le Musée Imaginaire de Jane Austen

    Illustratrice : Nathalie Novi

    Auteur : Fabrice Colin

    Langue : Français

    Genre : Musée Imaginaire de Jane Austen

    Note : 4,5/5

     

       Tout est dans le titre : ce livre a été conçu comme un musée imaginaire du merveilleux monde de Jane Austen et c'est Elizabeth Bennet elle-même qui nous sert de guide. Je trouve sincèrement l'idée fabuleuse d'autant qu'en plus de parcourir les couloirs d'un Pemberley idéal on pénètre également dans l'univers de Nathalie Novi, l'artiste qui donne vie ici à nos héros et je peux vous promettre que vous ne serez pas déçus du voyage. C'est un monde plein de poésie, onirique, peuplé de cygnes et d'oiseaux, de fantaisie et de malice. On peut passer de longues minutes à observer une illustration pour en déceler les détails cachés et avoir l'impression de se reconnaitre dans cette jeune femme, un livre à la main et un totebag Darcy sur l'épaule !jane austen,nathalie novi,fabrice colin,le musée imaginaire de jane austen,jane austen france,albin michel,darcy

       Deux petits bémols parce que j'aime bien pinailler : je trouve dommage que certains dessins semblent s'inspirer de la version 2005 d'Orgueil et Préjugés et le format du livre me dérange. Bien que je sois consciente qu'il a été choisi pour rendre justice aux différentes illustrations, il est lourd, peu facile à manier et ne rentrera pas dans la plupart des bibliothèques. Et puisqu'on en est aux détails techniques, le rendu de la couverture ne m'emballe pas non plus.

       Ici, à l'inverse de ce que l'on peut voir habituellement, c'est le texte qui accompagne les illustrations, comme les explications accompagnent les oeuvres dans un musée, et j'espère en disant cela ne pas froisser l'auteur qui fait cela très bien. Son respect pour Jane Austen transparait à travers ses mots et c'est pour moi toujours un délice. J'ai d'ailleurs particulièrement apprécié le passage qui nous réexplique à quel point Jane Austen n'est pas un auteur à l'eau de rose ! Fabrice Colin, merci. Je regrette cependant que l'intrigue de chaque livre soit complètement dévoilée, réservant donc plutôt le livre à ceux et celles qui ont déjà lus les six oeuvres de Jane Austen qu'aux autres, qui se verraient privés de tout suspense.

       Enfin, le livre s'achève sur une bibliographie de Jane où chaque couverture de livre est illustrée par une oeuvre de Nathalie Novi et je ne peux qu'espérer que cela donne des idées à un éditeur !

    jane austen,nathalie novi,fabrice colin,le musée imaginaire de jane austen,jane austen france,albin michel,darcy

     

  • The Beresfords de Christina Dudley

    Pin it!

    mansfield park,jane austen,austenerie,jane austen france,christina dudleyTitre: The Beresfords

    Auteur: Christina Dudley

    Langue: Anglais

    Roman: Mansfield Park

    Genre: Adaptation Moderne

    Note: 3,5/5

     

       La famille Beresford a la gentillesse de recueillir chez elle la jeune Frannie Price pendant que sa mère enchaîne les cures de désintoxication. Elle va ainsi vivre avec sa tante, son mari et les enfants de celui-ci. Vous l'avez compris, The Beresfords est une adaptation moderne de Mansfield Park. J'avais hâte de lire ce roman parce que le fait que l'auteur n'est pas choisi Orgueil et Préjugés est déjà rafraîchissant en soi. À cela s'ajoute mon indéfectible optimisme qui me permet toujours d'espérer qu'un jour ou l'autre, une austenerie ou même un relecture de l'original, me feront aimer un peu plus Fanny et Edmund...

       Pour transposer l'histoire à notre époque en gardant une trame similaire, l'auteur a choisi de placer l'action dans une famille très croyante et pratiquante et même moi qui suis croyante, ça m'a parfois agacé alors je n'imagine même pas l'effet sur quelqu'un qui préférait ne pas entendre parler de religion ! De plus, malgré ce contexte particulier ou parfois même à cause de ce contexte-ci, il y a plusieurs choses qui pour moi ne passent pas. Autant ça ne me choque pas que Fanny soit amoureuse de son cousin dans l'original parce que ce sont les moeurs de l'époque, autant ici, une jeune fille qui a été élevé avec un jeune homme considéré comme son cousin, dès l'enfance, même s'ils n'ont pas de réel lien de sang, c'est juste inconcevable pour moi. Quant à Edmund, que j'ai toujours autant envie de secouer, qu'il épouse Caroline Grant/Mary Crawford est déjà assez décevant en soi mais qu'il divorce puis devienne pasteur ?!

       En revanche, Christina Dudley ne se trompe pas dans la retranscription des caractères et voir évoluer ses personnages à notre époque est plutôt amusant. La lecture du roman est agréable, si on arrive à mettre certains bémols de côté, et plaira également à ceux qui n'ont pas lu l'original je pense. En fait, elle a peut-être même réussi à me faire un petit peu plus aimer Fanny/Frannie, ou avoir un peu plus pitié d'elle, même si je ne sais pas si c'est mieux. En effet, je trouve sa description plus franche et honnête, l'auteur n'hésitant pas à nous décrire ses limites, ce qui permet parfois de mieux la comprendre.

       Et nous en arrivons à l'épineux problème Eric Grant/Henry Crawford. Si vous ne voulez pas être spoilée, je vous conseille d'arrêter là votre lecture mais si comme Cassandra Austen et moi, vous pensez que Fanny aurait dû laisser une chance à Henry, alors je sais que vous ne pourrez pas vous empêcher de lire... Comme dans l'original, il arrive ici un moment où on commence à vraiment apprécier Eric/Henry et où on espère plus avant que tout s'effondre. Dans l'oeuvre de Jane Austen, je dois dire que c'est déjà assez frustrant mais ici c'est pire parce que l'auteur, dans un bon esprit de charité chrétienne s'emploie à démonter qu'Eric n'est pas vraiment responsable. Bon, on veut bien croire qu'il a couché avec la cousine de Frannie par inadvertance mais quand même... Qu'à cela ne tienne, nous avons également droit à un épilogue (cucul la praline, il n'y a pas d'autre mot, soi dit en passant) dans lequel nous retrouvons Eric complètement transformé (oui, il emmène ses enfants au camp d'été chrétien). Et là, franchement, c'est pas sympa. Parce qu'accepter que Fanny choisisse Edmund quand Henry prouvait qu'elle avait raison sur lui, c'était une chose mais si là il devient parfait... Bon, cela dit, soyons honnête: parfait il est quand même moins attirant qu'en mauvais garçon...

  • Jane Austen, TV & Locations Guide

    Pin it!

    jane austen, jane austen france, pemberley, guide, angleterre, maison, film, série, adaptation, lieu de tournageTitre : Jane Austen TV & Locations Guide

    Auteur : Marcia Kennedy-Mcluckie

    Langue : Anglais

    Genre : Guide 

    Note : 4,5/5

     

       Si vous projetez un tour d'Angleterre sur les traces de Jane Austen, ce petit guide pourrait vous être utile. Mais celui-ci ne vous enverra pas forcément à Chawton ou Steventon mais plutôt sur les lieux de tournage des différentes adaptations. Si vous voulez visiter le Pemberley de la version 2005 ou le Mansfield Park de 1999, il vous le faut. Il est extrêmement bien fait et assez complet même si les dernières adaptations n'y figurent pas. Cependant, il a déjà été remis à jour, cela sera donc peut-être de nouveau le cas prochainement.

       Chaque description est accompagnée de l'histoire du lieu, des évènements marquants qui s'y sont produits ou du nom de propriétaires illustres. Il est également souvent précisé s'il est possible ou non de les visiter. Une carte permet même de repérer facilement ces lieux en Angleterre et en Irlande.

       Le petit bémol de ce livre je trouve, ce sont les photos, et étant donné les sublimes maisons dont on parle, c'est un peu dommage. Ce sont parfois plus les acteurs qui sont mis en avant que les lieux eux-mêmes alors que l'on s'attendrait évidement au contraire.

       Et si jamais vous ne pouvez pas partir à l'aventure pour le moment, ce guide vous donnera très certainement au moins envie de vous replonger dans les adaptations et d'être cette fois plus attentif aux décors...

     

       Et si vous voulez en découvrir tout de suite un peu plus sur les différents lieux de tournages, je vous invite à lire mais articles sur Pemberley et Northanger Abbey.

  • Chroniques de Pemberley de Marie-Laure Sébire

    Pin it!

    marie-laure sébire,chroniques de pemberley,chiado éditeur,jane austen,jane austen france,jane austen is my wonderland,austenerie,orgueil et préjugés,darcyTitre: Chroniques de Pemberley

    Auteur: Marie-Laure Sébire

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Sequel/Suite

    Note: 3,5/5

     

       Chroniques de Pemberley est une suite d'Orgueil et Préjugés qui se déroule sur trente ans après le mariage d'Elizabeth et de Darcy.

       J'ai été chagriné dès le début de ma lecture par les nombreux problèmes de coquilles, de ponctuations, voire carrément de grammaire. Je regrette de ne pas en avoir relevés quelques-uns parce que je me rends bien compte qu'accuser sans preuve, ce n'est pas très sympa, mais déjà qu'il a fallu que je m'accroche alors si en plus j'avais dû prendre un papier et un crayon, j'aurais sûrement abandonné ma lecture. Je sais que beaucoup ont aimé ce roman et n'ont pas été gênés outre mesure, moi j'ai trouvé cela insupportable mais vous savez que je suis tatillonne.

       Qu'en est-il de l'histoire me direz-vous... De ce côté-là, il y a des hauts et des bas, des passages très intéressants et qui raviront les fans de Lizzy et Darcy, mais aussi des longueurs sans grand intérêt, surtout vers le milieu du roman, et des personnages plus qu'écorchés. J'ai aimé le choix de nous faire suivre les Darcy sur plusieurs générations, d'assister au temps qui s'écoule, aux enfants qui grandissent et qui partent, à la maison qui se remplit, puis qui se vide pour mieux se remplir de nouveau quelques années plus tard. Certains passages sont très poignants et la peinture du couple est très réaliste même si les mon/ma chéri(e) à tout bout de champ m'ont vite agacée. Et dans l'insistance de nous montrer la cruauté de la vie sans user d'une pointe d'humour ou d'ironie, on a du mal à retrouver le style austenien. De même pour les voyages en Ecosse ou aux Etats-Unis qui sont bien dépeints mais qui nous éloignent encore un peu du petit monde de Jane Austen.

       Quant à la véritable héroïne de ce livre, ne vous y trompez pas, il s'agit de la maison, de Pemberley dans toute sa splendeur et ses traditions et il y a de la poésie dans l'attachement des Darcy, et de leur descendance, pour leur domaine. C'est d'autant plus dommage de commencer et terminer le livre à notre époque, en nous informant que seuls les touristes s'intéressent encore à elle et que l'actuelle Mrs Darcy n'aime pas la campagne

       Est-ce que pour autant cela veut dire que je n'ai pas aimé ou que je ne vous conseille pas ce livre? Pas du tout! C'est une austenerie honnête et sympathique parmi d'autres, et plutôt dans le haut du panier en ce qui concerne les austeneries en français, et il suffit de voir les nombreuses chroniques positives déjà publiées pour savoir que nombre d'entre vous apprécieront encore cette lecture.