Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pride & Prejudice - Page 2

  • Chroniques de Meryton d'Elizabeth Aston

    Pin it!

    austenerie,france,jane austen,français,chroniques de meryton,elizabeth aston,blogTitre: Chroniques de Meryton

    Auteur: Elizabeth Aston

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Point of View

    Note: 2/5

     

       Chroniques de Meryton retrace l'histoire d'Orgueil et Préjugés du point de vue de Maria Lucas, la petite soeur de Charlotte. Il s'agit également du dernier roman d'Elizabeth Aston, qui nous a quitté en début d'année. 

       J'aimerais dire que j'ai aimé ce nouvel opus de l'auteur mais pour être honnête, je l'ai trouvé, au mieux, sans intérêt. Tout d'abord, Maria n'est pas Maria. Maria, ici, est extrêmement intelligente, plus qu'Elizabeth même. Oui, ça peut surprendre, je sais et vous vous demandez sûrement comment l'auteur justifie ce surprenant changement. Et bien c'est très simple, en fait, Maria fait semblant d'être idiote. Bref, je ne comprends pas l'intérêt de choisir l'un des personnages de Jane pour ne pas le respecter alors que l'auteur aurait très bien pu inventer n'importe quel habitant du village qui aurait été un témoin tout aussi crédible. Mieux encore, Maria n'est pas seulement un génie, elle est quasiment extralucide puisque dès la première rencontre, le soir du bal de l'assemblée, elle comprend que Caroline Bingley est éprise de Darcy qui s'en contre-fiche et n'a d'yeux que pour Lizzie. Du coup, tout est dit, ou presque. Elle aura d'ailleurs la même clairvoyance sur la première demande en mariage de Darcy, qu'elle devinera dès le lendemain ou encore sur la vraie nature de Wickham ! Si seulement elle avait arrêté de faire semblant d'être idiote pour mettre ses amies en garde !

       Et on ne s'arrête pas là sur le terrain des invraisemblances. On a, au choix, Charlotte Lucas qui sort au petit matin en chemise de nuit rejoindre Mr Collins pour qu'il la demande en mariage ou encore le colonel Fitzwilliam qui révèle à Maria les secrets les plus intimes de Georgiana. 

       Le seul élément de ce livre qui aurait pu être intéressant est l'idylle de Maria, secrètement fiancée. Malheureusement, il n'en sortira pas grand chose, l'échange de lettres est plat et on a du mal à entre-apercevoir le moindre sentiment entre eux. De plus, après avoir raconté tous les ragots du coin à son Henry, Maria les confie à son journal intime, alourdissant le récit de constantes répétitions. Et je ne vous parle même pas de la scène finale, dégoulinante de mièvrerie... 

  • Coup de Foudre à Bollywood

    Pin it!

    coup de foudre à Bollywood, aishwarya Rai, alexis bledel, martin henderson, bride and prejudice, orgueil et préjugés, jane austen, france   Cela fait longtemps déjà que j'ai envie de vous parler de cette adaptation que j'adore. Du coup, tous les six mois, je me la repasse pour écrire mon billet, puis je ne prends pas le temps de le rédiger et je suis alors obligée de la regarder une nouvelle fois, sans jamais m'en lasser. Hier soir, à l'occasion de sa énième rediffusion, je n'ai, une fois de plus, pas pu résister à l'appel de Bollywood ! 

       Il s'agit donc d'une adaptation moderne d'Orgueil et Préjugés, qui se déroule en grande partie en Inde, pays qui perpétue des traditions qui permettent une transposition de l'intrigue très réussie. Balraj, jeune et riche Indien qui vit à Londres, revient dans son pays natal pour le mariage d'un ami, accompagné de sa soeur et de son ami américain, William Darcy. 

       Bien sûr, tout n'est pas parfait, à commencer par le fait que Darcy soit américain (sacrilège!!). Maiscoup de foudre à Bollywood, aishwarya Rai, alexis bledel, martin henderson, bride and prejudice, orgueil et préjugés, jane austen, france impossible de lui en vouloir longtemps, je ne peux résister au sourire de Martin Henderson. Je trouve aussi Lalita (Lizzie, jouée par la sublissime Aishwarya Rai), très dure avec lui dès leur rencontre alors qu'il semble simplement maladroit et déjà sous son charme. Comme toujours le format film ne permet pas de développer toutes les intrigues et certains raccourcis sont obligatoires mais j'aurais aimé voir plus de Georgiana, interprétée par Alexis Bledel qui plus est, et me serais volontiers passée de certaines scènes vraiment cucul la praline comme celle de l'église ou de la fontaine. 

       Mais tous ces petits défauts ne sont rien à côté de la joie que dispense ce film, ses musiques, ses danses, ses couleurs. Bien sûr, il faut aimer l'ambiance Bollywood mais je vous mets au défit de ne pas avoir envie de danser en regardant ce film. Le casting est soigné et l'humour bien coup de foudre à Bollywood, aishwarya Rai, alexis bledel, martin henderson, bride and prejudice, orgueil et préjugés, jane austen, franceprésent, avec une mention spéciale pour le slip léopard de Mr Kholi, le Collins local, et la chanson "No life, without wife". Avouez que maintenant vous mourrez d'envie de le voir ! Enfin, pour que vous ne soyez pas déçu, je préfère vous prévenir de ne pas attendre de scènes de baisers, respect et traditions obligent. Pour résumé, ne vous passez surtout pas ce film, bonne humeur garantie!

  • Chroniques de Pemberley de Marie-Laure Sébire

    Pin it!

    marie-laure sébire,chroniques de pemberley,chiado éditeur,jane austen,jane austen france,jane austen is my wonderland,austenerie,orgueil et préjugés,darcyTitre: Chroniques de Pemberley

    Auteur: Marie-Laure Sébire

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Sequel/Suite

    Note: 3,5/5

     

       Chroniques de Pemberley est une suite d'Orgueil et Préjugés qui se déroule sur trente ans après le mariage d'Elizabeth et de Darcy.

       J'ai été chagriné dès le début de ma lecture par les nombreux problèmes de coquilles, de ponctuations, voire carrément de grammaire. Je regrette de ne pas en avoir relevés quelques-uns parce que je me rends bien compte qu'accuser sans preuve, ce n'est pas très sympa, mais déjà qu'il a fallu que je m'accroche alors si en plus j'avais dû prendre un papier et un crayon, j'aurais sûrement abandonné ma lecture. Je sais que beaucoup ont aimé ce roman et n'ont pas été gênés outre mesure, moi j'ai trouvé cela insupportable mais vous savez que je suis tatillonne.

       Qu'en est-il de l'histoire me direz-vous... De ce côté-là, il y a des hauts et des bas, des passages très intéressants et qui raviront les fans de Lizzy et Darcy, mais aussi des longueurs sans grand intérêt, surtout vers le milieu du roman, et des personnages plus qu'écorchés. J'ai aimé le choix de nous faire suivre les Darcy sur plusieurs générations, d'assister au temps qui s'écoule, aux enfants qui grandissent et qui partent, à la maison qui se remplit, puis qui se vide pour mieux se remplir de nouveau quelques années plus tard. Certains passages sont très poignants et la peinture du couple est très réaliste même si les mon/ma chéri(e) à tout bout de champ m'ont vite agacée. Et dans l'insistance de nous montrer la cruauté de la vie sans user d'une pointe d'humour ou d'ironie, on a du mal à retrouver le style austenien. De même pour les voyages en Ecosse ou aux Etats-Unis qui sont bien dépeints mais qui nous éloignent encore un peu du petit monde de Jane Austen.

       Quant à la véritable héroïne de ce livre, ne vous y trompez pas, il s'agit de la maison, de Pemberley dans toute sa splendeur et ses traditions et il y a de la poésie dans l'attachement des Darcy, et de leur descendance, pour leur domaine. C'est d'autant plus dommage de commencer et terminer le livre à notre époque, en nous informant que seuls les touristes s'intéressent encore à elle et que l'actuelle Mrs Darcy n'aime pas la campagne

       Est-ce que pour autant cela veut dire que je n'ai pas aimé ou que je ne vous conseille pas ce livre? Pas du tout! C'est une austenerie honnête et sympathique parmi d'autres, et plutôt dans le haut du panier en ce qui concerne les austeneries en français, et il suffit de voir les nombreuses chroniques positives déjà publiées pour savoir que nombre d'entre vous apprécieront encore cette lecture.

  • De Darcy à Wentworth de Sybil G. Brinton

    Pin it!

    de darcy à wenworth,jane austen,france,blog,sybil g. brinton,première austenerie; austenerieTitre: De Darcy à Wentworth

    Auteur: Sybil G. Brinton

    Langue: Français

    Roman: Tous

    Genre: Sequel/Suite

    Note: 3,5/5

     

       L'histoire se déroule après la fin des six romans principaux de Jane Austen, mêle les différentes intrigues et met en avant les personnages secondaires. Pour ces raisons, je conseille vivement de lire tout Jane Austen avant de se lancer dans celui-ci (même si c'est ce que je recommande de toutes façons d'une manière générale). Ici, cela vous évitera de vous spoiler mais vous aidera aussi grandement à comprendre les relations et le passif des uns et des autres.

       De Darcy à Wentworth a été écrit en 1913 et bénéficie donc à ce titre de l'honneur d'être la première austenerie de tous les temps. Un énorme avantage en découle: nous évitons ainsi les coucheries à tout va et les comportements indécents très à la mode ces derniers temps et nous avons droit à un langage plus soutenu, ce qui nous change agréablement. Je n'ai souligné aucun souci de traduction non plus, si ce n'est dans ce titre qui nous promet bien plus du Capitaine que ce que nous aurons l'occasion de voir dans ses pages.

       Ce qui est agréable, c'est de retrouver les nombreux personnages secondaires comme William Price, Georgiana Darcy ou encore James Morland. Ils permettent une plus grande liberté d'action que Darcy ou Lizzy, que nous connaissons de trop près et qui ayant évolué au cours du roman original, ont certainement moins à offrir dans des suites. J'apprécie donc, pour une sequel, que l'on se base sur ces personnages-ci et ça fonctionne bien ici. Je suis également une grande fan des cross-over, j'adore imaginer moi-même ce qui se passerait si Margaret Dashwood rencontrait Tom Bertram par exemple, j'ai donc beaucoup aimé tous ces croisements et entremêlements, même si ce n'était pas toujours très bien amené.

       En revanche, on ne peut pas dire que le suspense soit insoutenable, on devine assez vite qui finit avec qui. Cela dit, c'est assez courant dans ce genre de livre et ça ne serait pas un problème majeur si l'action ne traînait pas indéfiniment en longueur au milieu du livre. Il y a vraiment eu pour moi un passage, d'une centaine de pages au moins, difficile à dépasser. Malgré cela, je trouve quand même qu'il s'agit d'une austenerie de qualité, agréable à lire.

       Un dernier point négatif, sur lequel je voudrais finir, jamais on ne me fera apprécier ni prendre en pitié Mary Crawford. Jamais. Alors tous ces discours la plaignant et répétant à quel point, la pauvre, elle n'y était pour rien dans les agissements de son frère, très peu pour moi! C'est oublier bien vite, et ne pas respecter, la conclusion de Mansfield Park il me semble. Oublier que l'on parle de celle qui se réjouissait presque de la maladie de Tom Bertram en commentant que sa mort serait très avantageuse pour Edmund et qui, loin de condamner la conduite de son frère, regrettait seulement qu'il se soit fait prendre.