Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pride & Prejudice - Page 3

  • Avec ou Sans Mr Darcy d'Abigail Reynolds

    Pin it!

    abigail reynolds,avec ou sans mr darcy,what would mr darcy do,austenerie,jane austen,france,françaisTitre: Avec ou Sans Mr Darcy

    Auteur: Abigail Reynolds

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: What if

    Note: 2/5

     

       Cette réinterprétation d'Orgueil et Préjugés commence à l'auberge de Lambton, au moment où Lizzy reçoit la lettre de Jane lui annonçant les déboires de Lydia. Premier point important donc, il faut quand même déjà connaître un petit peu l'histoire et le passif des personnages pour comprendre ce qui se joue sous nos yeux.

       Dans un "what if", on s'attend également en général à ce qu'un évènement vienne bouleverser le cours des choses alors qu'ici, il s'agit seulement de l'attitude de Lizzy et Darcy qui change. Je ne peux m'empêcher alors de me demander l'intérêt de retrouver ces personnages que j'aime tant qui ne se comportent plus comme les personnages que j'aime tant. Et plus l'histoire avance, plus j'ai du mal, je dois bien le dire. Si j'ai déjà peine à croire qu'Elizabeth mette de côté les ennuis de sa soeur, dont on vient juste de l'informer, pour se laisser embrasser par Darcy, j'ai encore plus de peine à accrocher avec ce couple qui ne pense plus qu'à une chose, se retrouver seuls pour se "prendre la bouche" (je m'excuse platement de l'emploi de cette expression que je trouve affreuse mais elle revient tellement souvent dans le livre que je ne vois pas bien comment décrire cela autrement). Pour que vous compreniez bien quel est le sujet principal du livre, je vous livre les pensées de Darcy au moment où Lizzy lui annonce qu'elle accepte finalement de l'épouser: "une vision issue de ses rêves s'imposait à lui - celle d'Elizabeth, le regard étincelant de passion, dans son lit et dans ses bras." Et sachez que, bizarrement, bien que tout tourne autour du sexe, aucune scène explicite ne conclura cette union, allez comprendre.

       Un autre point négatif? Lorsque j'ai lu ma première austenerie, j'étais heureuse de découvrir les états d'âme de Darcy, ici j'en sais trop. Il doute tellement que je ne retrouve rien de l'homme orgueilleux et séduisant dont les défauts faisaient également le charme. Je ne vous parle même pas du poème qu'il envoie à Lizzy, c'est d'un mièvrePour ne rien arranger, les autres personnages sont quasi inexistants et la seconde partie du livre n'est qu'une éternelle répétition de la même scène: nous devons être sage / mais vous me provoquez / embrassons-nous sauvagement / oups, je suis mortifiée mais recommençons... Pitié!!

       Bref, vous commencez à me connaître, je décortique, je critique mais pour autant, la lecture ne fut pas déplaisante, tout au moins pour ce qui est de la première partie. C'est plutôt bien écrit et bien traduit, c'est déjà ça. En revanche, j'ai beau chercher, je ne vois aucun intérêt à cette austenerie, aucune valeur ajoutée, aucune découverte intéressante, je suis navrée de le dire.

     

    Bref, je sais bien que 90% d'entre vous ne seront pour autant pas découragés, et c'est tant mieux, à vous de vous faire votre opinion. Voici donc ce que vous attendez tous avec impatience: le nom des quatre gagnants....

    • Thrécy Clément
    • Julie Vandamme
    • Lili So
    • Mymy Rey

     

  • Amour, Orgueil et Préjugés de Jess Swann

    Pin it!

    amour,orgueil et préjugés; jess swann; austenerie française; jane austTitre: Amour, Orgueil et Préjugés

    Auteur: Jess Swann

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Réécriture Moderne

    Note: 4/5

     

       Jess Swann est belge; peut-être que l'information ne vous paraît pas importante, mais elle l'est. Ce livre est la première austenerie francophone et je trouve qu'il est important de le signaler. Du coup, vous vous demandez pourquoi je n'en ai pas parlé avant et je vais vous dire, je n'ai aucune excuse et maintenant que je l'ai lu, je me dis qu'il était vraiment temps.

       Cassandra est étudiante à Limerick, elle a 3 soeurs, pas toutes très futées, une mère exubérante et un père qu'elle adore. Même si sa famille lui tape parfois sur les nerfs, elle n'apprécie pas qu'on la critique et encore mois de se faire elle-même snober par un beau et riche jeune homme...

       La réécriture moderne est l'un de mes genres favoris d'austenerie, c'était donc déjà un point positif en faveur de ce livre avant même de l'avoir ouvert mais j'ai également buter par deux fois dès la première page sur des maladresses, ce qui faisait nettement pencher la balance dans l'autre sens. Bien que j'ai relevé d'autres erreurs au cours de ma lecture, je ne peux que constater que ça ne m'a empêché ni de l'apprécier, ni de le lire quasiment d'une traite. 

       L'histoire se déroule entièrement en Grande-Bretagne, et pas l'ombre d'une héroïne américaine à l'horizon, ça fait du bien. Le cadre donne envie de voyager à travers l'Ecosse et l'Irlande et de découvrir plus avant sa culture déjà bien dépeinte. Les personnages sont également bien campés et attachants, ni trop proches, ni trop éloignés des originaux et j'ai finalement bien aimé le fait que leurs noms soient différents ce qui m'a permis personnellement de les réimaginer et de les visualiser d'une façon nouvelle pour une fois (non je n'avais pas Colin Firth en tête). D'ailleurs Jess Swann m'avait expliquée qu'elle changeait les noms pour laisser une chance à ses personnages d'exister et c'est exactement ce qui se produit, c'est très réussi. L'humour est également efficacement transposé et j'ai par exemple adoré l'étude comparative que le père de Cassandra fait des mérites de ses beaux-fils. Un dernier point que je ne pouvais évidement qu'aimer: les conversations sur la littérature des deux personnages principaux.

       Il y a des aspects sur lesquels je suis plus mitigée en revanche. Certains choix d'adaptation moderne sont très bons, comme le Mexique, mais je n'en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler, et d'autres m'ont moins convaincue. Pareil pour les traits d'esprit, certains dialogues ont perdu de leur panache dans leur transposition, Caroline Bingley par exemple manque cruellement de subtilité, mais cela reste de l'ordre du détail.

       Enfin, il y a quelques petites choses que je n'ai pas aimé. Tout d'abord, il y a selon moi un vrai problème côté tutoiement/vouvoiement. D'ailleurs, ça ne devrait même pas avoir lieu d'être puisque logiquement les héros se parlent en anglais, mais surtout j'ai été gêné à plusieurs reprises par des "vous" qui n'étaient pas justifiés selon moi. J'ai également trouvé le "Darcy" trop empressé dès le départ et même Cassandra (Elizabeth) se rend compte un peu tôt et un peu vite de son amour pour lui je trouve. Pour finir, parlons érotisme. Une seule scène du livre l'est ouvertement et pour moi c'est largement suffisant. Je ne trouve pas que cela soit justifié mais ça ne m'a pas gêné non plus, cependant, et bien que je ne sois pas experte dans ce genre de lecture, je trouve que le mot "bas-ventre" devrait vraiment en être banni, potentiel érotique: nul!

       Voilà, j'ai listé le bon et le moins bon mais c'est vraiment le positif qui domine et pour preuve, j'ai eu la chance de lire ce livre en numérique grâce à son auteur que je remercie mais je ne vais pas longtemps me faire prier pour l'acheter en version papier afin de l'ajouter à ma collection. 

  • La Conquête de Mr Darcy d'Abigail Reynolds

    Pin it!

    austenerie,jane austen,what if,érotique,la conquête de mr darcy,abigail reynoldsTitre: La Conquête de Mr Darcy

    Auteur: Abigail Reynolds

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: What if érotique

    Note: 3/5

     

       Après avoir été rejeté par Elizabeth, Darcy se confie à son cousin, le colonel Fitzwilliam, qui va le convaincre de tout faire pour conquérir celle qu'il aime. Darcy n'attendra donc pas cette fois que le destin remette Lizzy sur sa route et va passer à l'action.

       Avertissement: ce livre est une version érotique d'Orgueil et Préjugés. Personnellement, je le savais déjà avant de l'ouvrir mais je sais que plus d'une d'entre vous a été bien surprise. Le premier reproche que j'aurais donc à formuler est que ce n'est écrit nul part. Une fois que l'on s'est préparée à l'improbabilité totale de l'histoire, qui ne colle ni avec l'époque, ni avec les personnages, je dois dire que, étonnamment, ce livre est plutôt agréable et bien écrit. Mais bon, une fois encore, il faut faire abstraction de l'original pour apprécier et c'est quand même bien dommage et pas vraiment le but premier d'une austenerie selon moi.

       Mais revenons quand même deux minutes sur ses bons côtés: honnêtement, entre deux scènes érotiques, Abigail Reynolds nous donne à voir des choses intéressantes sur ces personnages (en relisant cette phrase, je me rends compte de son double sens, toutes mes excuses) que nous connaissons si bien et pourrait presque nous convaincre que ce déroulement est plausible. Et pour ne rien gâcher, l'humour est également bien présent, c'est déjà pas mal non?

       Deux mots sur la traduction qui, comme la précédente parution de J'ai Lu, est d'Eléonore Kempler, que j'avais beaucoup critiqué pour Insaisissable Mr Darcy. Ici, j'ai été moins gêné et je n'ai pas été tenté d'aller ouvrir mon exemplaire anglais pour comparer, c'est plutôt positif. En revanche, cette manie de vouloir remplacer les noms des personnages par des adjectifs reste bien présente et est toujours aussi agaçante pour moi j'en ai peur. Pour exemple, pendant l'accouchement de Lizzy, nous avons droit à "la parturiente" par ci, "la parturiente" par là! Seriously??? Je ne vais pas m'étendre plus avant mais je voudrais dire à Eléonore Kempler, parce que je sais qu'elle a vu ma première critique, que bien que je ne puisse pas faire semblant d'avoir apprécié ces aspects, je suis tout à fait consciente qu'il doit être extrêmement désagréable de voir son travail critiqué ainsi et je m'en excuse sincèrement. Je l'invite donc bien volontiers à faire usage de son droit de réponse ici même et à nous expliquer ses choix de traduction si elle en a envie.

       En conclusion, si vous avez envie de lire une version de P&P où Lizzy se laisse tripoter par Darcy avant même d'être sûre d'en être amoureuse, vous pourriez bien passer un moment des plus agréables!

  • Pride and Prejudice, Adaptation de 1940

    Pin it!

    pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcy   Dans le monde des adaptations austeniennes, on peut vraiment dire que j'ai vu de tout: du très bon, du très très mauvais et même quelques ovnis inclassables. Ce film de 1940 se range assurément dans cette dernière catégorie mais je voudrais commencer par le replacer dans le contexte.

       Tout d'abord, le film n'est pas une adaptation du roman de Jane Austen comme on pourrait le penser, mais d'une pièce de théâtre qui a beaucoup de succès à ce moment-là: Pride and Prejudice, a Sentimental Comedy in Three Acts. L'adaptation d'une adaptation donc, forcément, on a perdu quelques petites choses en route. Les studios ne rechignent pas sur les stars: Greer Garson en Elizabeth Bennet, nul autre que Laurence Olivier pour Darcy et même Aldols Huxley au scénario. Vivien Leigh et Clark Gable avaient été pressenti également. Une dernière petite chose avant de vous lancer, il faut que jepride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcy vous dise deux mots des costumes. Mais que dire... L'action a été placé une trentaine d'années après celle du livre, plus de robes empires toutes simples donc mais un déballage de froufrous hautement ridicules... Vous voilà prévenus...

       Vous l'avez bien compris, je vous parle de tout cela pour vous inviter à l'indulgence, dans l'espoir que comme moi, vous finirez par adorer ce film. De toutes façons, dès les premières minutes, le ton est donné: si vous résistez à l'envie de rire devant la scène cocasse de course poursuite entre Mrs Lucas et Mrs Bennet lorsqu'elles apprennent l'arrivée d'un riche gentleman célibataire dans le voisinage, passez votre chemin. L'humour est indéniablement mis en avant dans ce film et de façon tout à fait volontaire pour ceux qui en douteraient. Je rappelle que nous sommes en période de guerre et le moral est au plus pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcybas. Si l'ambiance est lourde sur le plateau, chacun est décidé à faire rire le public. Les mimiques de Greer Garson me font d'ailleurs sourire rien que d'y penser! J'ai également une tendresse toute particulière pour une des scènes finales qui concerne Lady Catherine de Bourgh. Je n'en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le suspense mais là encore j'ai bien ri et beaucoup aimé l'idée.

       Les points faibles sont, en premier lieu, le manque total, ou presque, d'adéquation avec l'oeuvre originale et je concède également quelques longueurs et un peu d'ennui au milieu du film. Malgré tout, et je le redis, c'est une adaptation que j'adore et qu'il faut absolument avoir vu au moins une fois. J'ai hâte de connaître votre avis!

       Une dernière anecdote: à sa sortie, le film sera bien accueillie et Greer Garson unanimement encensée, ce qui vexera fortement le notoirement susceptible Laurence Olivier!

    pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcy