Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pride & Prejudice - Page 5

  • Mr Darcy's Christmas Calendar de Jane Odiwe

    Pin it!

    darcy,mr darcy's christmas calendar,jane odiwe,jane austen,orgueil et préjugésTitre: Mr Darcy's Christmas Calendar

    Auteur: Jane Odiwe

    Langue: Anglais

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Voyage dans l'univers du livre

    Note: 3/5

     

       Quoi de mieux que de mêler Jane Austen et Noël. Il existe différentes austeneries autour de cette période et j'ai choisi celle-ci parce que la couverture est franchement magnifique et que j'avais déjà lu un livre de Jane Odiwe, Willoughby's Return, qui m'avait plu. Comme je ne peux pas trop compter sur mon entourage pour m'offrir des livres, sans même parler d'austeneries, j'ai décidé de me faire un cadeau de moi à moi et de savourer cette petite lecture installée sous mon plaid, face à mon sapin de Noël, en grignotant de délicieux petits mendiants

       Bien que ce fut un moment agréable - les mendiants y étaient pour beaucoup - je dois dire que je ressors plutôt déçue de cette lecture. Pas que l'idée soit mauvaise ou les personnages pas attachants mais honnêtement, cela n'a ni queue, ni tête. Difficile de trouver un sens à cette histoire, un fil conducteur, une logique quelconque. On dirait que l'auteur a hésité entre différentes directions pour finalement, ne pas choisir. On est un peu dans Orgueil et Préjugés mais pas tout à fait. En même temps, on est à Chawton, pas à Longbourn. On croise Jane Austen, mais pas vraiment. L'héroïne fait un saut dans le temps? Ou dans le livre? Aucune importance, dans tous les cas, lorsqu'elle demande où est le téléphone, on le lui indique. Ne croyez pas que je n'ai pas compris que l'auteur insinue que la frontière est mince entre ces différents mondes mais honnêtement, c'est déroutant. Il y a trop de choses, pour un si petit livre et du coup, tout manque d'approfondissement. L'héroïne nous dit que les soeurs Bennet sont en train de devenir ses meilleures amies alors qu'on ne les a jamais vu échanger un mot, elle ne se pose quasiment aucune question sur ce qui lui arrive et ne s'inquiète de rien et alors qu'elle cherche soit disant Darcy dans tous les coins et recoins du roman, elle ne voit pas ce qui est sous ses yeux. Vraiment, il faut arrêter de nous faire le coup. Si dans ma vie je croisais un homme sublime, grand, jeune, célibataire et riche mais plutôt désagréable au premier abord, y'a t'il plus de chance que je me dise: "cet homme est odieux, je ne veux plus jamais le voir" ou alors "il a du avoir une mauvaise journée, je vais lui donner encore une chance. Ou deux... Voire trois". Si la réponse n'était pas évidement la deuxième solution, la plupart d'entre nous ne se seraient pas retrouvées à sortir avec des c$*`})ç*, non?

     

       Bref, je m'emporte (Jane Austen ruined my life!). L'héroïne est toute mignonne, l'ambiance de la campagne anglaise à Noël bien plaisante et l'oeuvre de Jane Austen n'est pas bafouée. Ce sont déjà de bonnes bases. Dommage qu'il n'y ait pas le petit truc en plus.

  • Elizabeth Darcy d'Abigail Reynolds

    Pin it!

    elizabeth darcy, the last man in the world, abigail reynolds austenerie, miladyTitre: Elizabeth Darcy

    Auteur: Abigail Reynolds

    Langue: Anglais ou Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: What if/Variation

    Note: 4/5

     

       Voici venu un nouveau genre d'austenerie. Pas que la variation soit nouvelle mais si je ne dis pas de bêtise, c'est la toute première à être traduite en français. Il s'agit en fait d'imaginer ce qu'il se serait passé si un évènement du livre avait été différent. Ici, l'auteur imagine ce qui aurait pu advenir d'Elizabeth si lors de sa première demande en mariage, Darcy l'avait embrassée et qu'ils avaient été surpris.

     

       J''avais très envie, et depuis longtemps, de découvrir les "what if" dont l'idée de base m'amuse beaucoup et j'ai lu celle-ci en seulement quelques heures et avec grand plaisir. Je trouve cela bien plus divertissant que de lire une suite pour la simple raison que tout découle ici de l'envie je pense de s'amuser avec l'histoire et les personnages. 

       Les choix de l'auteur concernant l'histoire m'ont tous paru judicieux. Ils ne sont pas invraisemblables et sont faciles à envisager. Comment ne pas croire en effet que Lizzy aurait pu se sacrifier pour sauver l'honneur de sa famille et donner une chance à sa soeur d'épouser Bingley, comment ne pas croire que Darcy fut persuadé que Lizzy l'aimait ou encore que l'entourage n'ait pas trouvé normal qu'elle accepte une demande si avantageuse. C'est ce qui nous plonge si facilement et si rapidement dans l'histoire. Après, j'ai un peu regretté que tout se passe à Pemberley, avec assez peu de personnages secondaires. Du coup, on tourne parfois en rond et à la fin, les "mais je vous aime", "mais non c'est moi", "mais non vous faites semblant mais moi je vous aime", "mais non je sais que vous me haïssez maintenant mais je vous aime quand même" deviennent extrêmement lassant!

       L'autre point qui m'a déplu, c'est que j'ai eu bien du mal à reconnaître Elizabeth. Je veux bien admettre qu'un mariage forcé aurait de quoi l'étioler et changer quelque peu son tempérament mais cette femme qui pleure à tout bout de champs et s'enfuie de la pièce où elle se trouve est vraiment trop éloignée de la Lizzy que l'on aime. Darcy et Georgina sont différents également mais de manière générale, chaque changement de caractère ou d'attitude est également bien justifié.

       Un dernier mot pour parler des scènes hot parce que je sais que certaines d'entre vous en sont friandes et que d'autres préfèreraient qu'il n'y en ait pas. Personnellement, je fais plutôt partie des secondes parce que je trouve cela plutôt inutile et que Jane Austen me faisait bien assez rêver sans même évoquer un baiser. Mais ici, bien que présentes, elles ne sont pas très nombreuses et bien intégrées dans la vie logique du couple. On est bien loin des cinq filles Darcy qui se font culbuter par le premier venu les soirs de bal, si je peux me permettre!!

  • Bridget Jones, Folle de Lui d'Helen Fielding

    Pin it!

    bridget jones,bridget jones 3,folle de lui,helen fielding,darcy,jane austen,mort de darcyTitre: Bridget Jones, Folle de Lui

    Auteur: Helen Fielding

    Langue: Anglais ou Français

    Note: 4/5

     

       Tout d'abord quelques mots pour rappeler pourquoi ce livre mérite de figurer sur un blog réservé à l'univers de Jane Austen. Le premier tome des aventures de Bridget Jones était tout simplement une réécriture moderne d'Orgueil et Préjugés et le second tome empruntés quant à lui beaucoup à différentes oeuvres de Jane Austen, Persuasion en tête. Le lien entre ces deux auteurs est donc tissé et il me semblait normal de vous parler de ce troisième opus ici.

       Lorsque l'on se retrouve avec ce livre entre les mains, le premier sentiment qui l'emporte est la joie de retrouver Bridget Jones. On l'adore tous, elle est sympa et rigolote mais pas parfaite et nous déculpabilise de nos propres imperfections. On sait qu'on va bien s'amuser et on se voit déjà dévorer le roman, enroulé dans sa couette, un pot de glace dans les mains bien sûr. Aucune déception de ce côté-là! Le plaisir est intact. Et quant à la question que tout le monde se pose: non, Darcy ne m'a pas manqué bizarrement. D'abord parce que sa disparition permet de faire vivre à Bridget de nouvelles aventures fort intéressantes mais également parce qu'elle apporte une nouvelle dimension à ce livre, un côté triste et émouvant et un peu plus de profondeur qui ne lui nuisent pas. Après, on a un peu l'impression de relire la même histoire que pour le Journal de Bridget Jones, ce qui est très chouette mais plutôt sans surprise.

       Ce qui m'a vraiment énervé en revanche, c'est que Bridget, qui frise souvent le ridicule mais reste touchante, est ici parfois véritablement stupide, je suis navrée de le dire (cf. le bouquin qu'elle adapte). Et puis sans mec, elle semble incapable de gérer sa vie et même ses enfants (avec pourtant l'aide d'une nounou et aucun problème d'argent ce qui est déjà bien plus que la moyenne des mères). Je ne suis pas féministe mais quand même. 

       Autre gros point noir pour moi, le poids de Bridget. Ca m'horripilait déjà dans le premier tome et encore plus avec l'adaptation en film, quand on voulait nous faire croire que Bridget était grosse alors que si on faisait le rapport poids/taille, elle ne l'était pas du tout! Mais là, Bridget perd 20 kilos en deux mois - faudrait me donner la recette - puis s'empiffre pendant tout le reste du bouquin sans jamais reprendre plus d'un kilo. Bref, du grand n'importe quoi. Je commence à croire qu'Helen Fielding n'aiment pas les femmes en fait.

       Heureusement, Bridget reste quand même Bridget, la magie fonctionne toujours et donc on rit pas mal. On a même quelques envies de pleurer et on passe un bon moment avec une amie de longue date. Pourquoi en demander plus?

     

    Les gagnants du concours sont:

    . L'univers livresque d'une petite noisette

    . <3 Orgueil et Préjugés - BBC <3

    . Anne Marie Gabriel Moissonnier 

    . Clarabel

    . Dodie

  • Longbourn de Jo Baker

    Pin it!

    une saison à longbourn,longbourn,jo baker,stock,jane austen,orgueil et préjugés,austenerie

    Titre: Longbourn

    Auteur: Jo Baker

    Langue: Anglais ou Français

    Roman: Pride and Prejudice

    Genre: point de vue d'une domestique

    Note: 3,5/5

     

       Pour ceux qui n'en auraient pas encore entendu parler, c'est l'histoire d'Orgueil et Préjugés "downstairs". C'est à dire que c'est la vie des domestiques de Longbourn au moment du déroulement des évènements du livre.

       Personnellement, je l'ai lu en anglais et je dois dire que j'ai avancé doucement parce que le vocabulaire et l'écriture sont très riches. On est bien loin de certaines austeneries de base que je peux lire en une après-midi, en anglais ou pas, et c'est une bonne chose. Ici, l'auteur a une belle plume et sans conteste une éducation et une culture solide. Même si cela ralentit ma lecture en anglais, c'est vraiment un point positif et assez rare qu'il faut souligner et je ne doute pas que la lecture en français doit être un régal.

       Nous plongeons donc dans la vie de Sarah, et là encore, nul doute que Jo Baker s'est particulièrement bien documentée sur la domesticité de l'époque. Nous entrons dans tous les détails des tâches qui font la journée de cette jeune fille, parfois même un peu trop je dois dire. Je pense que le livre n'aurait pas souffert de moins de réalisme si l'on nous avait épargné le contenu des pots de chambre!

    une saison à longbourn,longbourn,jo baker,stock,jane austen,orgueil et préjugés,austenerie

       Ce qui est particulièrement intéressant dans cette approche, c'est que l'on découvre les personnages que l'on pensait si bien connaître sous un angle tout différent. On a de la peine pour Mary, et même un peu pour Mr. Collins, et on se rend compte que Lizzy aussi à ses défauts et cela de façon assez amusante. C'est Sarah qui le dit: Miss Elizabeth n'arpenterait pas si facilement toute la campagne à pieds dans la boue si c'était elle qui devait laver ses jupes!

       Ce qui est moins intéressant dans le procédé en revanche, c'est qu'en toute honnêteté, il ne se passe pas grand chose... Dans l'original, même si ce sont Lizzy et Darcy qui nous intéressent, il y a nombre d'autres intrigues secondaires qui manquent ici. Et le pire est le retour dans le passé de l'un des personnages durant lequel je me suis particulièrement ennuyée.

       Quant à son rapprochement avec Orgueil et Préjugés, n'en attendez pas trop. Non seulement, on ne suit l'histoire que de loin mais en plus, je n'ai pas du tout aimé les actes attribués à certains personnages. Quelques petites déceptions sur la fin donc et si cela reste très agréable à lire, je reste perplexe sur l'accueil triomphal qui lui a été fait je dois dire.