Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amour

  • Amour, Orgueil et Préjugés de Jess Swann

    Pin it!

    amour,orgueil et préjugés; jess swann; austenerie française; jane austTitre: Amour, Orgueil et Préjugés

    Auteur: Jess Swann

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Réécriture Moderne

    Note: 4/5

     

       Jess Swann est belge; peut-être que l'information ne vous paraît pas importante, mais elle l'est. Ce livre est la première austenerie francophone et je trouve qu'il est important de le signaler. Du coup, vous vous demandez pourquoi je n'en ai pas parlé avant et je vais vous dire, je n'ai aucune excuse et maintenant que je l'ai lu, je me dis qu'il était vraiment temps.

       Cassandra est étudiante à Limerick, elle a 3 soeurs, pas toutes très futées, une mère exubérante et un père qu'elle adore. Même si sa famille lui tape parfois sur les nerfs, elle n'apprécie pas qu'on la critique et encore mois de se faire elle-même snober par un beau et riche jeune homme...

       La réécriture moderne est l'un de mes genres favoris d'austenerie, c'était donc déjà un point positif en faveur de ce livre avant même de l'avoir ouvert mais j'ai également buter par deux fois dès la première page sur des maladresses, ce qui faisait nettement pencher la balance dans l'autre sens. Bien que j'ai relevé d'autres erreurs au cours de ma lecture, je ne peux que constater que ça ne m'a empêché ni de l'apprécier, ni de le lire quasiment d'une traite. 

       L'histoire se déroule entièrement en Grande-Bretagne, et pas l'ombre d'une héroïne américaine à l'horizon, ça fait du bien. Le cadre donne envie de voyager à travers l'Ecosse et l'Irlande et de découvrir plus avant sa culture déjà bien dépeinte. Les personnages sont également bien campés et attachants, ni trop proches, ni trop éloignés des originaux et j'ai finalement bien aimé le fait que leurs noms soient différents ce qui m'a permis personnellement de les réimaginer et de les visualiser d'une façon nouvelle pour une fois (non je n'avais pas Colin Firth en tête). D'ailleurs Jess Swann m'avait expliquée qu'elle changeait les noms pour laisser une chance à ses personnages d'exister et c'est exactement ce qui se produit, c'est très réussi. L'humour est également efficacement transposé et j'ai par exemple adoré l'étude comparative que le père de Cassandra fait des mérites de ses beaux-fils. Un dernier point que je ne pouvais évidement qu'aimer: les conversations sur la littérature des deux personnages principaux.

       Il y a des aspects sur lesquels je suis plus mitigée en revanche. Certains choix d'adaptation moderne sont très bons, comme le Mexique, mais je n'en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler, et d'autres m'ont moins convaincue. Pareil pour les traits d'esprit, certains dialogues ont perdu de leur panache dans leur transposition, Caroline Bingley par exemple manque cruellement de subtilité, mais cela reste de l'ordre du détail.

       Enfin, il y a quelques petites choses que je n'ai pas aimé. Tout d'abord, il y a selon moi un vrai problème côté tutoiement/vouvoiement. D'ailleurs, ça ne devrait même pas avoir lieu d'être puisque logiquement les héros se parlent en anglais, mais surtout j'ai été gêné à plusieurs reprises par des "vous" qui n'étaient pas justifiés selon moi. J'ai également trouvé le "Darcy" trop empressé dès le départ et même Cassandra (Elizabeth) se rend compte un peu tôt et un peu vite de son amour pour lui je trouve. Pour finir, parlons érotisme. Une seule scène du livre l'est ouvertement et pour moi c'est largement suffisant. Je ne trouve pas que cela soit justifié mais ça ne m'a pas gêné non plus, cependant, et bien que je ne sois pas experte dans ce genre de lecture, je trouve que le mot "bas-ventre" devrait vraiment en être banni, potentiel érotique: nul!

       Voilà, j'ai listé le bon et le moins bon mais c'est vraiment le positif qui domine et pour preuve, j'ai eu la chance de lire ce livre en numérique grâce à son auteur que je remercie mais je ne vais pas longtemps me faire prier pour l'acheter en version papier afin de l'ajouter à ma collection. 

  • Tom Lefroy dans la Vie de Jane

    Pin it!

    jane austen,tom lefroy,amour,becoming jane    On peut spéculer sur la vie amoureuse de Jane, croire ou non à une histoire avec Tom Lefroy ou quelqu'un d'autre mais au fond, que savons-nous vraiment?

        Nous savons tout d'abord que Jane rencontra Tom Lefroy à Noël 1795. Ils avaient tous les deux vingt ans, l'âge auquel Cassandra s'était fiancée à un autre Tom. Mr Lefroy était originaire d'Irlande et après avoir passé ses diplômes à Dublin, il allait étudier le droit à Londres. Il est venu rendre visite, durant ces vacances de fin d'année, à son oncle et sa tante Lefroy, au presbytère d'Ashe.

       Cassandra ne se trouve pas à Steventon à ce moment-là et, par un heureux hasard - ou pas - les lettres que Jane a envoyé à sa soeur à cette époque nous sont parvenues.jane austen,tom lefroy,amour,becoming jane Voici quelques uns de ces propos:

       "I am almost afraid to tell you how my Irish friend and I behaved. Imagine to yourself everything most profligate and shocking in the way of dancing and sitting down together. I can expose myself however only once more, because he leaves the country soon after next Friday, on which day we are to have a dance at Ashe after all. He is a very gentleman like, good-looking, pleasant young man, I assure you." Elle indique également qu'il admire Tom Jones et dit sur le ton de la plaisanterie qu'elle pleurera son départ...

       Voilà bien peu de choses pour éclairer les sentiments de Jane, d'autant qu'elle fait preuve comme à son habitude d'humour et d'ironie et que plusieurs experts pensent que certains éléments sont en fait des codes établis entre sa soeur et elle. On peut cependant déduire certaines choses. La référence à Tom Jones par exemple n'est pas du jane austen,tom lefroy,amour,becoming janetout anodine. Comme nous le dit Claire Tomalin: "Jane fait bien comprendre qu'elle ne se gêne pas pour parler d'un roman qui aborde franchement et drôlement l'attirance sexuelle, la fornication, les enfants bâtards et l'hypocrisie onctueuse des pasteurs, et affirme carrément que les péchés de chair ont peu d'importance et que l'on doit les préférer de beaucoup à l'étroitesse d'esprit des gens raisonnables et prudents. En disant à Cassandra que Tom et elle ont discuté du livre, elle l'informe de l'extrême liberté et même de la hardiesse de leur conversation." Cela montre un certain degré d'intimité entre les jeunes gens.

       On sait également que Tom a été prié de quitter Steventon par sa tante, Mrs Lefroy, une grande amie de Jane. Se sont ses fils qui rapporteront qu'elle l'a fait "parce qu'il y avait eu assez de mal de fait" et qu'elle lui en voulait "parce qu'il s'était si mal conduit avec jane austen,tom lefroy,amour,becoming janeJane." Pour Claire Tomalin, cela "suggère clairement que Jane prenait au sérieux son empressement". Mme Lefroy ne pensait cependant pas à mal en faisant cela mais sûrement à protéger les deux jeunes gens qui n'avaient de fortune ni l'un ni l'autre. Cela montre bien que leur attachement était assez sérieux pour que leur entourage s'en inquiète. Un ami commun du couple peint même une miniature de Tom et la remet à Jane.

        Et si cela n'avait été qu'une amourette, on n'en trouverait pas trace selon moi dans la suite de leur vie... Or, trois ans plus tard, en novembre 1798, Jane parle dans une lettre d'une visite de Mrs Lefroy qui, de la même façon qu'elle faisait en sorte qu'ils ne se croisent plus, évita le sujet de son neveu. Et Jane dit: "j'étais trop fière pour poser des questions; mais mon père ayant demandé où il était, j'appris qu'il était retourné à Londres, en route pour l'Irlande, où il allait s'inscrire au barreau avec l'intention d'excercer." Non seulement le fait que Mrs Lefroy évite jane austen,tom lefroy,amour,becoming janeencore le sujet trois ans plus tard, mais aussi que Jane se dise trop fière pour l'aborder elle-même montrent pour moi sans abiguité que l'affaire n'avoir rien d'anodin, mais nous n'en sauront pas plus!

       En apprenant la mort de Jane, Tom Lefroy fera le voyage depuis l'Irlande pour venir lui présenter ses derniers respects.

       Enfin, dans sa vieillesse, un neveu de Tom lui demandera s'il a vraiment aimé Jane Austen. "Il dit explicitement qu'il était amoureux d'elle bien qu'il nuançât cette confession en disant qu'il s'agissait d'un amour juvénile". Cela enlève t-il quoi que se soit à la passion et à la profondeur de cet amour? Je ne crois pas! Surtout quand on sait que Tom appela sa première fille Jane Christmas!

     

       Vous pouvez lire les lettres de Jane Austen sur le site Pemberley. Celles concernant Tom sont les deux premières uniquement.