Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Jane Austen à la Une

    Pin it!

    jane austen,virgule,dossier jane austen,magazine,magazine littéraire   Cette année, avec les 200 ans d'Orgueil et Préjugés, Jane Austen se retrouve plus que jamais sur le devant de la scène et occupe la place qu'elle mérite. Ce mois-ci, on la retrouve en Une de Virgule, un magazine de français et de littérature pour les 10/15 ans.

        En l'achetant, j'avoue que je m'attendais à trouver deux ou trois pages parlant de Jane Austen mais c'est en fait la moitié du contenu qui lui est consacrée. Virgule, en plus donc d'avoir la bonne idée de présenter Jane Austen aux adolescents, présente un dossier approfondi et bien documenté comprenant une biographie de plusieurs pages, un focus sur trois de ses oeuvres, une explication du contexte littéraire de l'époque et de nombreuses illustrations intéressantes. C'est donc une très bonne surprise.

       Cependant, plusieurs maladresses m'ont hérissées comme le fait dejane austen,virgule,dossier jane austen,magazine,magazine littéraire faire croire que Jane Austen venait d'une famille aisée ou de dire que si l'on n'en sait pas plus sur sa vie c'est parce qu'elle ne s'épanchait pas dans ses lettres. Quid des centaines de lettres brûlées par sa soeur, elles ne sont mentionnées nul part! Sans parler du fait que le résumé de Raison et Sentiments racontent en fait tous les rebondissements de l'histoire.

        Mais cela reste du domaine du détail à côté de deux sujets de controverse austeniennes présentés ici comme des affirmations, là où les plus grands experts n'arrivent pourtant pas à se mettre d'accord. Il s'agit tout d'abord de l'illustration de la couverture présentée comme un portrait de Jane Austen par Ozias Humphry. Malgré de récentes découvertes, le tableau est toujours en cours d'analyse et il n'a pas encore été prouvé de façon formelle que Jane Austen soit le modèle, ni même que Rice soit le peintre. Ensuite, Virgule nous raconte une jolie histoire bien romantique. Jane Austen aurait rencontré le grand amour de sa vie au bord de mer en 1801 mais malheureusement le jeune homme serait mort prématurément, alors même qu'il allait lui demander sa main!! C'est bien joli tout ça mais à vrai dire, on en sait rien. L'une des nièces de Jane Austen dit que Cassandra lui aurait vaguement parlé de ça avant de mourir ou comment énoncer des faits sans aucune preuve... Ça m'énerve!

     

       Je voudrais finir en disant quelques mots du magazine en lui-même. Je salue d'ores et déjà l'idée d'un magazine de littérature pour ado mais j'ai en plus trouvé celui-ci particulièrement intéressant. On y retrouve chaque mois des jeux qui permettent d'apprendre de nouveaux mots ou leur éthymologie (j'ai moi-même appris quelques petites choses), l'avis des chroniqueurs et des lecteurs sur différents livres et un dossier très complet sur un auteur en particulier comme on a pu le voir. Mais ma rubrique favorite reste la "S.P.M." (société protectrice des mots) qui présente et explique un mot un peu délaissé, ce mois-ci "remugle",  et vous demande de vous engager à l'utiliser au moins une fois par mois pendant six mois! Ca c'est une idée qui ne sent pas le remugle vous ne trouvez-pas?

     

       En bref, et malgré mes quelques reproches, je vous conseille non seulement de vous procurer cet exemplaire sur Jane Austen mais également de faire connaître ce magazine autour de vous si vous cotoyez des ados qui aiment lire. Quant à moi, je pense que je vais commander quelques anciens exemplaires, comme celui consacré à Jasper Fforde par exemple.

  • Caroline Bingley de Jennifer Becton

    Pin it!

    jane austen,pride and prejudice,caroline bingley,jennifer becton,darcy,miladyTitre: Caroline Bingley

    Auteur: Jennifer Becton

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Suite centrée sur un personnage secondaire

    Note: 4/5

     

       Qui n'a pas adoré détester Caroline Bingley, que se soit en lisant Orgueil et Préjugés ou en visionnant l'une des adaptations existantes. Pourtant, j'ai toujours eu le sentiment que Jane Austen ne dédaignait aucun de ses personnages. Elle les critique certes, montrent leurs mauvais côtés mais ils sont souvent également le fruit de leur époque ou de leur éducation et leur créatrice me parait prompte à leur pardonner ou tout au moins, à avoir pitié d'eux. Et c'est plus exactement ce que je ressentais pour Caroline Bingley.

       Jennifer Becton prend la relève brillament sur ce point. Elle nous montre le point de vue de Caroline, ce qui motive ses actes, ses peurs, ses faiblesses et au-delà de la peine qu'elle peut nous inspirer, on en arrive même à l'aimer. Si, si, à la fin, j'aurais volontiers pris sa défense contre Elizabeth Bennet, c'est dire! Quand on en arrive à la compréhension d'un personnage, ou d'une personne, c'est également valable dans la vie, il devient difficile de lui en vouloir. C'est quelque chose que j'ai appris avec les années et l'expérience, et je suis extrêmement reconnaissante à Jennifer Becton de m'avoir fait apprécier Miss Bingley, dont je comprends les angoisses. Je suis même certaine que cela modifiera ma prochaine lecture de P&P avec de nouvelles perspectives à explorer.

       J'ai également ressenti un vrai lien avec l'oeuvre originale grâce au personnage choisi. Miss Bingley y tenait un rôle important et en la retrouvant, on retrouve un peu d'Orgueil et Préjugés, plus qu'avec Charlotte Collins je trouve, ou avec d'hypothétiques filles Darcy (nièces, cousines, soeur de la belle-fille au troisième degré par alliance...).

       Malgré tout, vous commencez à me connaître, je suis très tatillone lorsque l'on touche à mon auteur favori et on est loin de la complexité de l'oeuvre de Jane Austen. J'ai relevé quelques incohérences, j'ai été agacé par l'emploi du surnom "Caro" pour nommer Miss Bingley, j'ai vu venir l'intrigue amoureuse à 1000 lieues mais ce n'était ici pas assez important pour me gâcher ma lecture. Et si cela reste une romance légère, qui se lit facilement, elle n'en est pas moins des plus agréables.

     

       PS/ Ne ratez pas dimanche ma chronique de Coup de Foudre à Austenland sur Books are my Wonderland, il y aura un exemplaire à gagner!