Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

austenerie - Page 4

  • La Quête de Mary Bennet de Pamela Mingle

    Pin it!

    austenerie,pamela mingle,jane austen,la quête de mary bennet,éditions j'ai luTitre: La Quête de Mary Bennet

    Auteur: Pamela Mingle

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Suite

    Note: 4/5

     

       La Quête de Mary Bennet reprend le cours d'Orgueil et Préjugés quelques années après le mariage des Darcy et des Bingley. Il se centre sur Mary Bennet et sa quête de bonheur, et c'est d'ailleurs elle qui nous raconte l'histoire. 

       Entre ce livre et moi, ça a plutôt mal démarré. Tout d'abord, à la lecture de la première page, j'ai du consulter la quatrième de couverture pour vérifier que l'on était bien dans une austenerie "Regency" et non moderne alors que le langage n'aurait pas du me laisser de doutes. Ensuite, à mon sens on ne reconnait absolument pas Mary. Alors les justifications avancées par l'auteur ne sont pas mauvaises, des années ont passé et elle a eu le temps d'évoluer et des opportunités de s'améliorer, cependant ça ne prend pas tout à fait. Pour adhérer à cette vision, il faudrait à la fois croire qu'une personne idiote peut devenir intelligente et censée et également admettre que Jane Austen a été cruelle et injuste envers ce personnage. Et je ne crois ni à l'un, ni à l'autre. C'est dommage parce que j'ai trouvé tous les autres personnages proches des originaux mais il est évident  que sans ces changements, Mary n'aurait pas pu faire une héroïne digne d'intérêt.

       Une fois surmonté ce petit bémol en revanche, j'ai pris beaucoup de plaisir à ma lecture. Cette Mary Bennet là est donc attachante et comme l'histoire est racontée à la première personne, notre empathie n'en est que plus grande. Le suspense n'est pas insoutenable quant au dénouement mais l'auteur a eu l'intelligence d'introduire différentes intrigues secondaires qui enrichissent grandement le récit. J'ai trouvé plusieurs scènes très émouvantes et j'ai vraiment apprécié le fait que de nombreux nouveaux éléments n'ont pas été piochés dans l'une ou l'autre des autres oeuvres de Jane Austen. En bref, Pamela Mingle ne cède pas à la facilité, nous montre qu'elle sait également réfléchir par elle-même et c'est rafraîchissant. 

       Et si Mary est l'héroïne, on profite également de la présence des Bingley, des Darcy, des Wickham et des Bennet. On balade entre Longourn et la propriété des Bingley, on croise Mr Collins, autant d'éléments familiers que nous sommes heureux de retrouver. D'ailleurs, le fait que pour une fois, Lizzie et Darcy ne soient pas le centre de tout est également un plus pour moi qui commence à me lasser de toutes ces pâles copies de Darcy que l'on croise le plus souvent. 

       Un dernier petit mot pour parler des Éditions J'ai Lu qui se lancent dans les austeneries. Je suis ravie de ce premier choix et j'espère que les suivants me plairont autant. J'ai noté quelques coquilles et fautes de traductions mais rien d'insurmontable. Et je dois dire que je trouve la couverture très belle. C'est donc pour moi un premier essai transformé.

  • Darcy, What Else? de Teri Wilson

    Pin it!

    darcy what else,jane austen,teri wilson,jane austen france,harlequin,austenerieTitre: Darcy, what else

    Auteur: Teri Wilson

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Réécriture Moderne

    Note: 4/5

     

       La réécriture moderne est de loin mon genre d'austenerie favori parce que cela permet souvent de rester proche de l'original sans le massacrer, de rendre hommage à l'auteur tout en ayant une marge de manoeuvre bien plus large: un langage plus facile, moins de conventions... Il reste tout de même à trouver le bon équilibre pour n'être ni trop proche, ni trop éloigné et à trouver les bonnes justifications pour que les comportements des uns et des autres collent avec notre époque. Ici, je dirais que c'est plutôt réussi.

       Elizabeth est célibataire (bein oui, évidemment!) et vient d'être suspendue d'un travail qu'elle adore. Alors le jour de ses 30 ans, elle s'organise une journée autour de la seule chose qui lui apporte encore un peu de plaisir: les concours canins. Mais avec l'arrivée tout droit d'Angleterre de ce juge arrogant mais diablement sexy, Donovan Darcy, rien ne va se passer comme prévu...

       Vous l'avez compris, le livre est dont entièrement transposé dans l'univers des concours canins qui est quand même bien particulier. Personnellement, j'adore les chiens mais pas vraiment les petits et encore moins toilettés. Malgré tout, c'est bien amené et l'humour de l'auteur fonctionne bien dans ce cadre. Les protagonistes sont touchants avec leurs chiens sans non plus être ridicules. En revanche, je persiste dans le fait qu'un homme ténébreux promenant un petit chien et passant ses dimanches à en juger d'autres, là j'ai plus de mal quand même.

       Heureusement, Teri Wilson elle, n'a pas de doute sur le sex-appeal de son personnage et nous répète tellement souvent qu'il est parfait que l'on est forcé de finir par la croire. Tous les personnages secondaires sont amusants ou détestables à souhait mais j'ai du mal à comprendre pourquoi la plupart des transpositions modernes d'Orgueil et Préjugés veulent faire d'Elizabeth une jeune femme peu sûre d'elle, qui se couvre facilement de ridicule. Une Bridget Jones quoi! Et ça c'est franchement décevant même si l'héroïne reste très attachante.

       Pour ce qui est de la narration, j'ai apprécié l'alternance des points de vue. Comme il n'est plus question de suspense n'est-ce pas (quoi? vous ne saviez pas encore que Darcy et Elizabeth finissent ensemble????), j'ai aimé connaître les pensées de Darcy également. Malheureusement, même les éléments de l'histoire qui différent de l'original et qui pourraient amener un petit plus ne sont pas très surprenants mais la scène du bal rattrape un peu le manque d'originalité je pense.

       Pour résumé, je dirais que j'ai vraiment apprécié cette lecture agréable et légère. Même si j'ai lu de meilleures réécritures modernes, je trouve que pour un premier choix d'austenerie Harlequin s'en sort très bien et je pense qu'il serait dommage de ne pas l'ajouter à votre collection!

     

      Découvrez aussi son adaptation...

  • Le Rêve de Mr Darcy d'Elizabeth Aston

    Pin it!

    le rêve de mr darcy,darcy,elizabeth aston,milady,jane austen,austenerieTitre: Le Rêve de Mr Darcy

    Auteur: Elizabeth Aston

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Sequel/Suite

    Note: 3/5

     

       Les livres d'Elizabeth Aston, ce sont toujours des montagnes russes. Parfois c'est très mauvais, parfois c'est vraiment sympathique. En fait, plus elle s'éloigne de Jane Austen et plus elle laisse son oeuvre tranquille, meilleure elle est. Dommage qu'elle ne s'en rende pas compte. Et ce tome-ci ne déroge pas à la règle puisqu'il est très exactement à la croisée des chemins. Il découle d'Orgueil et Préjugés sans en être trop proche et du coup me laisse un sentiment mitigé

       Ce que j'ai aimé, c'est la romance historique en elle-même et dans toute sa splendeur si je puis dire, ce qui pour moi ce traduit par un livre facile à lire, une ambiance agréable et une histoire d'amour, le tout sans grande surprise mais tout en sachant qu'on ne lit pas ce genre de livre pour être surpris non? "Quoi? Elle ne l'épouse pas à la fin???" Sacrilège!!! Bref, ce côté-là marche plutôt bien. J'ai quelques scènes qui me restent en tête, des fêtes où j'ai la joyeuse impression de m'être rendue, des confidence des héroïnes qu'elles semblent m'avoir chuchotées à l'oreille.

       J'ai beaucoup aimé également me retrouver à Pemberley, y suivre la vie domestique et le réaménagement des jardins, ainsi que l'apparition discrète de Darcy, une présence, une phrase prononcée, juste la petite touche qu'il fallait pour faire plaisir aux lectrices sans trop toucher à ce personnage sacré!

       Une autre chose que j'ai apprécié, et ça en fait quand même pas mal je trouve, ce sont toutes les petites intrigues secondaires dont le dénouement de l'une m'a pour le coup prise au dépourvu. Comme quoi, il y a même eu parfois plus que ce que j'espérais!

       En revanche, là où ça marche beaucoup moins pour moi, c'est du côté des personnages. Bien sûr que je les ai trouvé attachants, ce sont exactement les mêmes que dans l'original!! Les deux jeunes filles en sont presque des caricatures. Certaines scènes également sont copiées-collées et je trouve ça très décevant. Et, plus agaçant que tout, sont toutes les descriptions des moeurs de l'époque. Pour commencer, elles sont totalement inutiles mais en plus, sont placées extrêmement maladroitement. Ce qui me venait à l'esprit à chaque page, c'est cette maxime enfantine: "la culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale." L'auteur tente tellement de nous convaincre qu'elle connait bien l'époque que ça tourne parfois au ridicule!!

       Autre point négatif, pour servir l'intrigue, toutes les femmes croisées dans le roman on fait un mariage malheureux. Alors on ne peut pas prôner tous le long des 300 pages que tous les hommes sont infidèles et qu'aucun mariage, d'amour ou de convenance, ne fonctionne sur le long terme et espérer ensuite nous faire adhérer au "happy ending". A un moment donné, il faut choisir son camp!

       Enfin, dernier point négatif, qui est certes un détail mais qui fait partie de toute cette nouvelle mode austenienne et du profit qu'en tirent certains: le titre ou comment caser "Mr Darcy" dans le titre d'un roman qui ne parle absolument pas de lui. Bravo.

     

    Retrouvez toutes mes chroniques sur les livres d'Elizabeth Aston ICI.

  • Les Sautes d'Humour de Jane Austen

    Pin it!

    austenerie,jane austen,les sautes d'humour de jane austen,dominique enright,éditions payotTitre: Les Sautes d'Humour de Jane Austen

    Auteur: Jane Austen et Dominique Enright

    Langue: Anglais ou Français

    Genre: Citations

    Note: 4/5

     

       Si l'on me demandait de parler de la plume de Jane Austen (comment ça j'en parle déjà tout le temps??), le premier trait que j'évoquerais serait sans aucun doute son humour. Et ça tombe bien, c'est exactement ce que ce livre met en avant. Ce n'est pas une austenerie à proprement parlé puisque ce n'est pas un roman, une suite, une réécriture ou tout ce que vous voudrez d'autre, mais bien un recueil de citations drôles ou pleines d'esprit tirées des livres ou des lettres de Jane Austen. Pour une fois, c'est donc bel et bien la plume de notre chère Jane que nous retrouvons, et c'est bien agréable. C'est le genre de livre qu'il faut absolument avoir dans sa collection, que vous allez lire et relire, surligner peut-être, corner, recopier. Certains passages vous seront sans aucun doute familiers mais vous y découvrirez également quelques nouvelles perles. En bref, on ne se lasse pas de Jane Austen, non? 

       Et si, vous l'avez compris, je suis déjà particulièrement contente que les éditions Payot aient choisi de traduire ce petit opus, je le suis encore plus que Dominique Enright soit allé puiser dans les lettres trop méconnues de Jane Austen. C'est sûrement là qu'elle est encore la plus drôle et parfois la plus acide également. Je ne vous mettrai qu'un extrait parce que sinon je risquerai d'énumérer tout le livre mais à lui seul, il résume si bien tout l'esprit de ce grand auteur:

     

       "Mrs Hall, de Sherborne, a accouché hier d'un enfant mort-né, quelques semaines avant son terme, en raison d'une grande frayeur. Je suppose qu'elle regardé son mari par inadvertance."

    A Cassandra, 27-28 Octobre 1798.

     

       Comme les livres parfaits sont rares, j'ai quand même quelques petits regrets, par rapport à cet ouvrage, que je vous énumère rapidement:

    • Tout d'abord, cette couverture que je trouve vraiment peu attrayante, surtout si on la compare à la version anglaise. C'est bien dommage.
    • J'ai également des réserves sur le titre. L'original évoquait plus son esprit que son humour et certaines citations ne sont pas forcément amusantes (même si toujours pleines d'esprits). Du coup, si on s'attend à rire à toutes les lignes, ce n'est pas forcément le cas.
    • Mon dernier bémol se porte sur le fait d'avoir mélangé les citations extraites de ses livres, de celles extraites de ses lettres. Je trouve qu'il y a une énorme différence entre faire dire quelque chose à des personnages fictifs et l'avoir réellement dit dans l'une de ses lettres. Certaines impertinences de Jane Austen qui montrent particulièrement bien son caractère méritent d'être distinguées et se perdent un peu au milieu des mots de Jane, Lizzy ou encore Mr Bennet je trouve.

       Voilà, vous savez tout. Alors, qui va craquer?

     

       PS/ Les gagnantes du concours organisé sur ma page Facebook sont: Charlotte Sapin - Carolivre - Frédérique Blondeau - Laska Thornton et Stéphanie Muziolek. Félicitations à toutes, n'oubliez pas de m'envoyer vos adresses.