Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jane - Page 2

  • Lady Susan

    Pin it!

    austen_lady-susan.jpg   Lady Susan est un roman épistolaire de Jane Austen, très court. Il reste dans la lignée de ses Juvenilia, avec un certain cynisme et un regard sévère sur son époque. Une fois n'est pas coutume, nous suivons ici une héroïne tout à fait antipathique. Bien que fort belle et ayant beaucoup d'esprit, Lady Susan, veuve depuis peu, entend bien profiter de chaque personne de son entourage dont elle pourra profiter, se fichant tout à fait des sentiments de quiconque, y compris de ceux de sa fille, Frederica. Elle réussit à se faire héberger par le frère de son défunt mari, Mr. Vernon, d'une bonté sans égale, et par sa femme, Mme Vernon, seule à ne pas être dupe des manigances de Lady Susan. {E8508A37-F661-4E09-88E0-EE8F526A5716}Img100.jpgElle en profite pour séduire Mr. de Courcy, le jeune frère de cette dernière, tout en en disant du mal dans les lettres qu'elle envoit à sa grande amie Mme Johnson.

       Il est parfois difficile de ne pas trépigner devant tant de duperie, de mauvaise foi et d'injustice mais une héroïne que l'on ne porte pas dans son coeur peut-être aussi assez rafraîchissante. En bref, on passe un agréable moment, même si, selon moi, on est encore loin des chefs d'oeuvre qui suivront.

  • Juvenilia

    Pin it!

       Austen-Juvenilia.jpgJuvenilia rassemble plusieurs oeuvres de jeunesse de Jane Austen (ses Juvenilia donc) en général très courtes, souvent inachevées, parfois volontairement. Elles les écrivaient pour sa famille et aimait les leur lire. Ce recueil témoigne de son grand humour, si certains en doutent encore, et de sa vision extrêmement critique du monde dans lequel elle évolue. La plupart de ces textes tourne ses personnages en ridicule avec ironie et sarcasme. Se sont de véritables parodies. Plus tard, elle continuera à faire de même dans ses romans plus connus mais avec infiniment plus de finesse.

       Pour ceux qui sont de grands fans de Jane, cela apporte, je trouve, un éclairage supplémentaire sur son caractère, et accessoirement, permet de beaucoup rire. En revanche, je n'en conseille pas la lecture à ceux qui ne la connaissent pas encore très bien, voire pas du tout. Les fins sans fin ou les oeuvres carrément inachevées peuvent se révéler assez frustrantes et il faut être préparé à se plonger totalement dans l'absurde!

    Livre I:

    • Frédéric et Elfrida
    • Jack et Alice
    • Edgar et Emma
    • Henry et Eliza
    • Mr. Harley
    • Sir William Montague
    • Mémoires de Mr. Clifford
    • La Belle Cassandra
    • Amélia Webster
    • La Visite
    • Le Mystère
    • Les Trois Soeurs
    • Morceaux Choisis
    • Un Curé Généreux
    • Ode à la Pitié

     

    Livre II:

    • Amour et Amitié
    • Lesley Castle
    • Histoire d'Angleterre
    • Recueil de Lettres
    • Morceaux Choisis

     

    Livre III:

    • Evelyn
    • Catherine ou la Charmille

     

    Suivis d'Oeuvres Diverses:

    • Plan de Roman
    • Opinions sur Mansfield Park
    • Opinions sur Emma
    • Poésies
    • Prières
  • Persuasion

    Pin it!

    persuasion.jpg   Si je ne devais choisir qu'un seul livre de Jane Austen, il me serait tout à fait impossible de départager Pride & Prejudice de Persuasion. Je trouve Persuasion moins bien écrit, moins fluide, surtout au début. Cela est sûrement dû au fait que Jane n'a pas eu le temps de beaucoup le retravailler. Ce n'est d'ailleurs pas elle qui a choisi le titre du roman, mais son frère, le livre ayant été publié après sa mort. Néanmoins, si je ne devais me baser que sur l'histoire, Persuasion est, de loin, celle qui me bouleverse et me passionne le plus. Quelle merveille de romantisme.

       Anne Elliott est une jeune femme de 27 ans, intelligente mais quelque peu effacée. D'ailleurs, son père fait plus de cas de son titre de baronnet que de sa propre fille et Elizabeth, sa soeur aînée, préfère la compagnie d'une vulgaire intrigante, Mrs. Clay, à celle d'Anne. En plus d'être sot et imbu de sa personne, son père se voit contraint de louer Kellynch, sa demeure, pour couvrir ses dettes. Il part donc s'installer à Bath avec Elizabeth et Mrs. Clay, alors qu'Anne reste dans les environs, dans un premier temps auprès de sa marraine, Lady Russell puis en rendant visite à sa soeur cadette et à son beau-frère, Mr. et Mrs. Musgrove. Elle ne pourra donc pas éviter de rencontrer les nouveaux occupants de Kellynch, l'amiral Croft et sa femme, alors que cette dernière n'est autre que la soeur du Capitaine Wentworth. L'épreuve se révèle plus qu'éprouvante pour Anne. En effet, lorsqu'elle a rencontré le Capitaine il y a de cela huit ans, ils se sont aimés et même fiancés. Mais Lady Russell, avait alors réussi à convaincre Anne de rompre ses fiancailles imprudentes avec un homme sans titre, sans argent et sans relation, sur le point de partir en mer faire la guerre. Elle n'a depuis plus eu de nouvelles de lui et le voilà de retour. Toujours aussi beau et devenu riche, il ne manque pas de prétendantes. Chez les Musgrove aussi bien que chez les Croft, personne ne connaît leur ancien attachement et les premières rencontres avec Anne sont glaciales. Il va même jusqu'à dire la trouver tellement changé qu'il ne l'aurait pas reconnu... Déchirant!

    persuasion4.jpg
  • Northanger Abbey

    Pin it!

    NACatherinereading.jpg   Northanger Abbey est pour moi un roman un peu à part de Jane. Si toute son oeuvre est parsemée de sa fine ironie, c'est sans aucun doute celui-ci qui bénéficie le plus de son humour pointu. Et il suffit, pour s'en convaincre, de lire la première page seulement. Northanger Abbey n'est rien de moins qu'une parodie du roman noir, très en vogue à l'époque.

       Catherine Morland est une jeune écervelée rêveuse qui grandit parmi ses frères et soeurs auprès de parents paisibles, dans un petit village, et qui n'aurait jamais dû être une héroïne, dixit Jane. Heureusement, Mr. et Mrs. Allen, voisins et amis, décident de la sortir de son existence routinière en lui proposant de les accompagner à Bath. Là-bas, elle fera la connaissance d'un tout nouveau monde et de personnages aussi différents qu'intéressants, les Thorpes et les Tilney. Elle pourra alors laisser libre court à sa folle imagination, bien que finalement les uns se révèlent bien plus normaux qu'elle ne le pensait quand les autres se révèleront plus perfides.virgilstombbymidnight_richardwright1782w.jpg

       Lorsque j'ai lu cette oeuvre pour la première fois, j'étais, telle Catherine, une jeune adolescente impressionable. Je n'ai donc eu aucun mal à me retrouver dans ses rêveries  et peut-être même dans sa grande naïveté qui frise parfois la stupidité, il faut bien le dire. En le relisant aujourd'hui, je me demande seulement comment j'ai pu passer à côté d'autant d'humour et de traits d'esprits. Tout simplement irrésistible!