Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

orgueil et préjugés

  • Je me Souviens de Pemberley de Michèle Calméjane Schneiter

    Pin it!

    je me souviens de Pemberley, Michèle calméjane schneiter, edilivre, austenerie française, orgueil et préjugés, Jane Austen, Jane Austen FranceTitre : Je me Souviens de Pemberley

    Auteur : Michèle Calméjane Schneiter

    Langue : Français

    Roman : Orgueil et Préjugés

    Genre : ??

    Note : 3/5

     

       Il s'agit plus ou moins d'un livre auto-édité (chez Edilivre), qui m'a été proposé par son auteur. Nous retrouvons ici les personnages principaux de Jane Austen, à la même époque et à la même période mais les choses se déroulent différemment. En vous faisant cette description approximative de ce qu'est ce roman, je ne peux m'empêcher de soulever le premier point négatif de ce récit et très certainement le plus gênant de tous : rien ne justifie les changements auxquels nous sommes confrontés. Ni un évènement particulier qui se déroulerait au début et transformerait l'histoire par un effet boule de neige, ni un avant propos de l'auteur qui nous expliquerait sa démarche. Le résultat est que le lecteur se sent perdu au milieu des premiers chapitres et que j'ai ressenti confusion et interrogation au lieu du plaisir de replonger dans un univers qui me comble.

       Pour autant, si, comme toujours, je vais soulever tous les petits détails qui m'ont dérangée ou pourraient être améliorés, j'aimerais établir immédiatement que le livre est bien écrit, et a été parfaitement corrigé, ce qui, dans le monde de l'auto-édition, mérite amplement d'être souligné. J'ai vu des livres sortir de grandes maisons d'édition avec plus de coquilles que celui-ci. Il est également agréable à lire, et je ne me suis pas faite prier pour tourner les pages, impatiente de savoir comment Darcy et Lizzy allaient enfin se retrouver...

       Ce qui lui manque, en revanche, et c'était prévisible, c'est le travail professionnel d'un éditeur qui pousse l'auteur dans ses retranchements, l'oblige à s'interroger sur la cohérence du récit et l'utilité de certains éléments. Je passe sur certaines maladresses, et même sur certaines erreurs qui ne collent ni avec l'époque, ni avec les caractères des personnages parce que je sais que beaucoup d'entre vous seront plus indulgents que moi sur ces points et ne seront pas gênés dans leur lecture. Mais je ne peux m'empêcher de déplorer cette tendance, que j'ai observé chez beaucoup d'autres auteurs d'austeneries, de vouloir en faire trop. On se retrouve souvent avec des personnages célèbres, un voyage en France ou en Amérique, des aventures rocambolesques qui, pour moi, n'ont aucune utilité. Less is More. Et ici, c'est encore le cas, l'auteur en fait toujours plus et toujours trop alors que tous ces éléments pourraient être purement et simplement supprimés sans nuire une minute à son histoire. C'est bien de s'inspirer de l'univers et des personnages de Jane Austen, ce serait mieux de s'inspirer de sa simplicité.

       En fait, c'est d'autant plus dommage qu'il y a des idées que j'ai vraiment trouvé géniales mais leurs justifications sont souvent mauvaises. Quelques exemples : l'absence et les blessures de Darcy sont intéressantes, le fait qu'il soit en mission pour le roi à ce moment-là, en revanche, est sans intérêt. J'ai adoré l'amour de Lizzy pour les plantes et l'idée de la fondation sur le domaine de Pemberley, j'ai détesté en revanche les raisons pour lesquelles les soeurs Bennet se retrouvent sans le sou qui sont pour moi, invraisemblables. Je trouve aussi l'idée qu'il arrive quelque chose de grave à Lydia et provoque un changement chez elle très judicieuse mais ça arrive trop tard, comme un cheveu sur la soupe. Bref, je n'ai cessé d'osciller entre contentement et mécontentement. 

       Enfin, si j'ai aimé entrer dans la tête de Darcy, je n'ai pas apprécié le changement constant de point de vue. On passe sans cesse notre temps à se demander qui peut bien parler (d'autant que ce n'est pas visible dans le style d'écriture) et cela ajoute encore de la confusion. De plus, savoir que Darcy et Lizzy s'aiment dès le début (un peu trop vite d'ailleurs) a pour conséquence qu'on s'impatiente beaucoup plus vite de leurs éternels atermoiements, là où Jane Austen nous offre une belle évolution des sentiments...

       Si vous vous êtes perdus au milieu de tous mes chipotages, je résume. Ce livre a beaucoup de potentiel et de nombreuses pistes d'amélioration. Il n'en est pas moins agréable à lire en l'état et propose malgré tout une austenerie honnête, bien meilleure que beaucoup de celles qui ont été traduites ces dernières années et qu'il ne serait pas désagréable de trouver sous le sapin...

     

      Et si vous voulez ajouter "Je me Souviens de Pemberley" à votre PAL, c'est par ici.

  • Un Bon Parti de Curtis Sittenfeld

    Pin it!

    un bon parti, éligible, Curtis Sittenfeld, orgueil et préjugés, jane Austen France, austenerie, jane Austen, darcyTitre : Un Bon Parti

    Auteur : Curtis Sittenfeld

    Langue : Français

    Roman : Orgueil et Préjugés

    Genre : Réécriture Moderne

    Note : 3,5/5

     

       À chaque fois qu'une nouvelle austenerie est annoncée en français mes réactions sont identiques. D'abord, je suis absolument ravie, c'est toujours une bonne nouvelle, signe que les lecteurs et les éditeurs n'ont pas encore délaissée notre chère Jane. Ensuite, je vais parcourir les critiques de la version originale et là, c'est souvent la désillusion, le deuxième effet Kiss Cool. Allez savoir pourquoi, ce ne sont jamais les meilleures qui sont traduites (si, en fait, je sais très bien pourquoi, c'est une question d'argent, comme toujours !). Ici, une nouvelle fois, pas de surprise, les critiques américaines sont plutôt mauvaises. Et pourtant...

       Et pourtant, je dois dire que finalement cette lecture est plutôt une bonne surprise (moins on en attend, plus on est indulgent sûrement). Ici, nous retrouvons donc Elizabeth et Jane, de retour à Cincinnati, dans la maison familiale, après la crise cardiaque de leur père et bien décidées à remettre de l'ordre dans les finances de leurs parents avant de reprendre le cours de leur vie. Mais leur plan pourrait bien être bouleversé par leur rencontre des deux nouveaux médecins du coin, Chip Bingley et Fitzwilliam Darcy.

       Je pense que ce qui peut ne pas plaire, c'est que l'auteur s'éloigne beaucoup de la trame originale, or, à mon sens, c'est au contraire plutôt une bonne idée à condition que le lecteur soit prêt à s'en détacher. Il y a ici beaucoup d'éléments qui fonctionnent bien : la mère accro au télé-achat, Mary qui fait des études à n'en plus finir, l'évolution de la relation entre Lizzy et Darcy et même Chip qui a participé à une télé-réalité. L'auteur "traduit" parfaitement l'oeuvre de Jane Austen dans les travers de notre temps. En revanche, comme personne n'est parfait, il lui arrive aussi de trahir l'esprit de certains personnages ou de certaines scènes. Par exemple, pour moi, Elizabeth ne sortirait jamais avec un homme marié, quelles que soit les circonstances et les raisons pour lesquelles Lydia s'enfuit, même si elles peuvent être gênantes pour certaines personnes, n'ont rien de répréhensibles. D'ailleurs, comme on est dans une comédie de notre temps, à l'américaine, on se retrouve avec cinq soeurs attachantes alors qu'il est selon moi important qu'au moins Lydia et Mary gardent leurs mauvais côtés !

       Curtis Sittenfeld, bien ancrée dans notre temps comme je le disais plus haut, en profite d'ailleurs pour aborder des sujets délicats, et c'est courageux, comme l'homosexualité, le racisme ou le fait de faire un enfant toute seule à quarante ans. Le problème ? Il y en a trop et c'est tout de même fait de manière très maladroite qui peut parfois mettre le lecteur mal à l'aise alors que ce sont des sujets qu'il ne vaut mieux pas bâcler si on veut faire les choses correctement. Et si ce n'est pas le cas alors autant ne pas les aborder...

       Enfin, et même si je confirme que j'ai vraiment passé un agréable moment de lecture et que je me suis bien amusée, la fin est vraiment too much avec toutes ces histoires de télé-réalité trop ridicules à mon goût et ne laissant que peu de place d'autres émotions.

     

    Et si vous voulez ajouter "Un Bon Parti" à votre PAL, c'est par ici.

  • Me and Mr Darcy d'Alexandra Potter

    Pin it!

    orgueil et préjugés,pride and prejudice,jane austen,austenerie,me and mr darcy,alexandra potterTitre : Me and Mr Darcy

    Auteur : Alexandra Potter

    Langue : Anglais

    Roman : Orgueil et Préjugés

    Genre : Réécriture Moderne

    Note : 3,5/5

     

       À l'époque où les austeneries n'étaient pas encore monnaie courante, ce petit livre d'Alexandra Potter était plutôt réputé et cela faisait longtemps que je voulais le lire.    

       Emily, l'héroïne américaine, fatiguée de ses relations désastreuses avec la gent masculine, décide de participer à un voyage littéraire en Angleterre plutôt que de partir avec sa meilleure amie participer à des concours de t-shirt mouillés au Mexique.

       Je n'avais pas lu la quatrième de couverture parce que, parfois, j'aime bien me ménager un peu de suspense. Du coup, j'étais agréablement en train de me prendre au jeu de cette sympathique romance quand tout à coup, Darcy, en chair, en os et en costume, a surgi de nul part. Honnêtement, je n'ai pas du tout aimé cette partie de l'histoire et ce, pour plein de raisons différentes : elles tombent comme un cheveu sur la soupe, on ne sait pas si c'est magique, si elle rêve ou autre chose et c'est très agaçant, ce Darcy n'a pas grand chose à voir avec l'original et surtout, surtout, l'auteur essaie de nous convaincre qu'il n'est pas si idéal que ça et qu'Emily ferait mieux d'être réaliste et de s'intéresser au mec un peu bedonnant qui à priori ne lui plaisait pas vraiment. Euh, excusez-moi, est-ce qu'on lit Jane Austen parce qu'on a envie d'être réaliste ?

       Bref, il faut donc laisser cette partie-là totalement de côté pour apprécier cette lecture qui est par ailleurs pleine de bons ingrédients qui fonctionnent : une romance, un soupçon de Londres, une pincée de Jane Austen, des petits villages anglais et une librairie à New-York. Ajoutez à cela, malgré quelques clichés, des personnages secondaires très attachants et de l'humour et franchement ce n'était vraiment pas la peine d'en rajouter.

     

    Et si vous voulez ajouter "Me and Mr Darcy" à votre PAL, c'est par ici.

  • Orgueil et Préjugé(s) - Nouvelles Éditions

    Pin it!

       Bien qu'ils aient un peu tardé à se décider, les éditeurs ont fini par admettre que les deux cents ans de la disparition de Jane Austen méritait quelques nouvelles éditions dont je vais vous parler ici.

     

    orgueil et préjugés,jane austen,classiques abrégés,école des loisirs,milady,tibert édition,margaux motin,hugh thomsonÉditeur : Tibert Editions

    Genre : Oeuvre Illustrée

    Prix : 28 euros

       Je commence par celle-ci, illustrée par Margaux Motin, parce que c'est ma préférée, et la plus originale. Il s'agit d'un livre grand format, à la couverture rigide et à l'édition soignée. Je trouve d'ailleurs cette couverture très belle, parfait mélange entre le trait de la dessinatrice et l'univers de notre chère Jane. Ce que j'ai apprécié : l'idée décalée et courageuse pour une petite maison d'édition, les illustrations et leur humour, la traduction qui respecte l'original. Ce qui m'a déçue : parce qu'il faut bien trouver quelque chose, je dirais que les petites illustrations ne sont pas assez nombreuses à mon goût.

       Quelques mots sur les goodies qui accompagnaient le roman pour ceux qui ont contribué au projet : ce qui vous intéresse le plus, je le sais, c'est le totebag qui est franchement parfait ! J'ai été un peu déçue de la qualité du carnet, en revanche, même si son design est joli. Sinon, le papier à lettre est très joli, les cartes et les marque-pages très sympas et il est plus qu'appréciable d'avoir un exemplaire du livre et des dessins numérotés. L'idée du financement participatif utilisait par la maison d'édition était audacieuse et on peut dire qu'ils ne se sont pas moqués de nous !

     

    orgueil et préjugés,jane austen,classiques abrégés,école des loisirs,milady,tibert édition,margaux motin,hugh thomsonÉditeur : Milady

    Genre : Reproduction de l'oeuvre illustrée par Hugh Thomson

    Prix : 16,5 euros

       L'édition, par George Allen, de Pride and Prejudice publiée en 1894 et illustrée par Hugh Thomson est certainement la plus connue parmi les janéites. Passée à la postérité sous le nom de Peacock edition (l'édition du paon), elle s'arrache à prix d'or. Milady a décidé de reproduire ces illustrations dans cette nouvelle édition collector.

       En premier lieu, je dois dire que l'objet est bien plus beau que ce à quoi je m'attendais. Je pensais qu'il s'agissait d'une impression sur un livre de poche alors qu'il s'agit en fait d'une couverture rigide et d'une reliure en toile, accompagné d'un lien marque-page. Les illustrations sont tout à fait fidèles à l'original et même le symbole Milady se fait discret. Pour un si bel objet, j'ajoute que je trouve le prix raisonnable.

       J'ai malgré tout deux bémols à cet enthousiasme. Tout d'abord, je trouve vraiment dommage que la tranche ne soit pas dorée mais il s'agit peut-être d'un choix délibéré puisque je ne crois pas que l'édition de George Allen présentait cette caractéristique. Le deuxième point noir concerne la traduction. Je n'ai pas relu le livre pour en juger mais en ouvrant le livre, la première phrase m'a sauté aux yeux et je ne comprends pas que l'on puisse modifier l'un des incipits les plus connus au monde et il faudra qu'on m'explique comment on passe de "universally acknowledge" à "presque incontestable".

    orgueil et préjugés,jane austen,classiques abrégés,école des loisirs,milady,tibert édition,margaux motin,hugh thomsonÉditeur : Presses de la Cité / Omnibus

    Genre : Oeuvres Illustrées

    Prix : 39 euros

       Il s'agit ici de trois oeuvres regroupées en un volume dans un album grand format : Raison et Sentiments, Orgueil et Préjugés et Northanger Abbey. On y retrouve également certaines des illustrations de Hugh Thomson et celles de Charles Edmund Brock, un autre victorien bien connu, avec pas moins d'une centaine de dessins dont certains en couleurs. Je trouve l'ouvrage très beau, simple et sobre avec sa couverture bleu et le coffret dans lequel il se glisse présentant le profil de Jane Austen prédécoupé. En revanche, le fait d'y avoir réuni trois des livres de Jane Austen est pour moi trop (le livre est très lourd, donc peu pratique pour la lecture) ou pas assez (et les autres alors ?). Malgré tout, puisque la saison approche à grands pas, je pense que c'est le cadeau idéal à demander au père-noël.

     

    orgueil et préjugés,jane austen,classiques abrégés,école des loisirs,milady,tibert édition,margaux motin,hugh thomsonÉditeur : École des Loisirs

    Genre : Classiques Abrégés

    Prix : 6, 10 euros

       Bon, je ne suis pas pour les textes abrégés à la base, je dois bien le reconnaître mais j'ai pris conscience qu'il s'agit peut-être d'un point de vue bien égoïste. En sixième, je dévorais déjà les classiques que ma soeur, de quatre ans mon aînée, devait lire pour l'école. Mais tout le monde n'aime pas autant lire que moi, j'en suis consciente. Ayant, de plus, trouvé qu'un manga pouvait être une bonne idée pour initier un néophyte à l'univers de Jane Austen, je serais bien injuste de dénigrer un classique abrégé. Et si je dois en recommander un, ce sera celui-ci. Je trouve cette couverture, toute en sobriété, magnifique et je fais confiance à l'école des loisirs pour avoir respecter le texte de l'auteur. En revanche, la préface, excessivement interessante et rappelant que les livres de Jane Austen ne se limitent pas à une histoire d'amour, en révèle beaucoup trop sur l'intrigue, gardez-là plutôt pour la fin. 

     

       Voilà, avec toutes ces nouvelles sorties, vous n'avez que l'embarras du choix pour vous plonger dans Orgueil et Préjugés ou agrandir votre collection !! Moi je n'ai plus qu'une envie, me préparer un thé, me blottir sous un plaid et me replonger dans l'oeuvre de Jane Austen. Et vous, lequel allez-vous choisir ?