Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

adaptation

  • Emma, Adaptation avec Kate Beckinsale

    Pin it!

    emma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,film   Emma est, juste après Orgueil et Préjugés, le livre de Jane Austen qui a été le plus adapté, et plutôt avec succès. À l'occasion de la sortie du tout nouveau film d'Autumn de Wilde, j'en ai donc profité, non seulement pour relire le roman mais pour revoir toutes ces différentes adaptations.

       Cette version-ci est un téléfilm avec Kate Beckinsale et Mark Strong dans les rôles principaux. Il faut souligner également qu'il est sorti tout juste un an après Orgueil et Préjugés 1995 et qu'ils ont en commun la même productrice, Sue Birtwistle, et le même scénariste, Andrew Davis. C'est tout de même une promesse de qualité et elle est plutôt bien tenue à mon goût.emma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,film

       Malheureusement, la même année est également apparue au cinéma l'adaptation avec Gwyneth Paltrow et quand on regarde les images, on a du mal à croire qu'elles datent toutes les deux de la même époque. Celle-ci est bien plus sombre, ce en quoi elle est également plus réaliste, mais qui lui vaut d'avoir plus mal vieillie également. De manière générale, c'est de toutes façons l'une des adaptations qui est la plus fidèle à la fois au texte de Jane Austen et à l'époque. J'ai emma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,filmbeaucoup apprécié par exemple la subtile apparition des perruques sur certains des personnages les plus âgés, marquant véritablement le tournant d'une époque...

       Pourtant, ce bon équilibre de l'intrigue (mais qui ne permet pas d'explorer l'une ou l'autre des trames secondaires en profondeur) et le manque d'humour de cette version, la rendent un peu fade à mon goût. Heureusement, le jeu des domestiques, là encore tout en subtilité et qui nous donne l'impression de contempler l'envers du décor, et un personnage tel que John Knightley ont réussi à me faire sourire plus d'une fois mais on est loin des rires aux éclats qu'on pût me déclencher d'autres visions du livre.

       Pour ce qui est des personnages, certains sont décevants, surtout comparés à d'autresemma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,film adaptations, là encore. Je pense en particulier au père d'Emma ou à Miss Bates. Mais Kate Beckinsale est une adorable Emma, peste et piquante juste comme il faut et Ray Coulthard est sans conteste l'un des meilleurs Franck Churchill que l'on ait eu. J'ai également aimé Lucy Robinson (Mrs Hurst dans P&P 95) qui joue Mrs Elton avec brio. On en arrive donc à Mark Strong dans le rôle de Mr Knightley... Personnellement, j'aime beaucoup cet acteur mais il ne me convint pas du tout ici. Je le trouve trop sévère dans son jeu et le couple ne m'émeut pas. Le fait qu'il rappelle sans cesse à Emma qu'il l'a tenue dans ses bras lorsqu'elle était bébé n'aide pas non plus...

       Pour conclure, si cela reste donc en tous points, ou presque, une très bonne adaptation, j'avoue que je l'aime moins que les trois qui ont suivi.

     

    Si vous voulez l'ajouter d'urgence à votre DVDthèque, c'est par ici

    Et vous pouvez retrouver toutes mes chroniques des adaptations d'Emma, par là...

  • Orgueil et Préjugés, le manga

    Pin it!

    pride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleilTitre : Orgueil et Préjugés

    Adaptation : Stacy King

    Illustrations : Po Tse

    Oeuvre : Orgueil et Préjugés

    Langue : Français

    Genre : Manga

    Note : 3/5

     

       Il s'agit, comme son nom l'indique parfaitement, d'une version manga d'Orgueil et Préjugés. Je voudrais donc commencer par vous parler de ce qu'il est normal de trouverpride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleil et de ne pas trouver dans un manga. La subtilité, l'ironie par exemple, ne cherchez pas, ça n'existe pas. Au contraire, on est plutôt dans l'exagération, dans le dessin parlant avec des personnages dont le physique reflète parfaitement le caractère. Pour les héros, c'est plutôt amusant, on pourrait les reconnaitre sans que l'on nous dise qui est qui. Pour l'humour de Jane Austen, c'est certes un peu plus dommageable mais il s'exprime différemment et le manga reste drôle, je vous rassure. De toutes façons, ce sont les règles de cet univers et l'on se doit de s'y plier même si quelques scènes tournent franchement au ridicule. Je vous ai parlé de Darcy qui se retrouve torse nu pour demander Lizzie en mariage ?

       Bref, du coup, une fois que l'on a intégré cela, on se demande d'autant plus pourquoi l'éditeur n'a pas jugé bon de respecter la règle la plus élémentaire, primordiale, connue de cet univers : lire les pages de droite à gauche en partant de la fin. Quelle aberration d'avoir disposé les pages dans le sens de lecture du roman ! Je ne suis pas non plus particulièrement fan du changement de couverture. Tout ce violet pride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleilet ces arabesques, c'est un peu too much, je préférais la couverture originale mais sans doute manquait-elle un peu de Darcy. En revanche, s'il y a quelque chose que j'adore littéralement, ce sont les dessins et parce que je suis futile, cela suffit à rattraper bien des défauts, je dois l'avouer. Les pages humoristiques de "chibi" m'ont également bien amusées. 

       Pour ce qui est de l'adaptation du texte, et même si je comprends qu'elle  nécessite quelques changements dans le récit, il y a ici des scènes qui sont altérées sans raison, des faits également, ce que je commence à trouver gênant. Mr Darcy et Mr Bingley deviennent occasionnellement Lord Bingley et Lord Darcy, quand Lady Catherine se transforme en Mrs de Bourgh. On dirait tout simplement que le travail est bâclé. La bienséance est rarement respectée, ce qui pose des problèmes de réalisme parce que si à cette époque, chacun avait pu parler librement, il n'y aurait pas eu matière à écrire une telle histoire je pense. L'équilibre entre le manga et le texte original n'est pas atteint. Et puis, je suis désolée, Lizzie qui a le coeur brisé par Wickham, non, désolée, je ne peux pas.

       Vous vous demandez donc si vous allez craquer ou non? Personnellement, même en connaissant ses défauts, je l'achèterais. D'abord, c'est une forme d'adaptation que je trouve vraiment amusante, plutôt nouvelle même si j'ai déjà le Comic Pride and Prejudice, et les dessins sont vraiment très beaux. Cela reste un bel ajout à notre collection austenienne je trouve.

    pride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleil

    pride and prejudice,manga,adaptation,bande-dessinée,orgueil et préjugés,darcy,stacy king,pot-se,éditions soleil

     

    Et si vous voulez ajouter le manga "Orgueil et Préjugés" à votre PAL, c'est par ici.

  • Jane Austen, TV & Locations Guide

    Pin it!

    jane austen, jane austen france, pemberley, guide, angleterre, maison, film, série, adaptation, lieu de tournageTitre : Jane Austen TV & Locations Guide

    Auteur : Marcia Kennedy-Mcluckie

    Langue : Anglais

    Genre : Guide 

    Note : 4,5/5

     

       Si vous projetez un tour d'Angleterre sur les traces de Jane Austen, ce petit guide pourrait vous être utile. Mais celui-ci ne vous enverra pas forcément à Chawton ou Steventon mais plutôt sur les lieux de tournage des différentes adaptations. Si vous voulez visiter le Pemberley de la version 2005 ou le Mansfield Park de 1999, il vous le faut. Il est extrêmement bien fait et assez complet même si les dernières adaptations n'y figurent pas. Cependant, il a déjà été remis à jour, cela sera donc peut-être de nouveau le cas prochainement.

       Chaque description est accompagnée de l'histoire du lieu, des évènements marquants qui s'y sont produits ou du nom de propriétaires illustres. Il est également souvent précisé s'il est possible ou non de les visiter. Une carte permet même de repérer facilement ces lieux en Angleterre et en Irlande.

       Le petit bémol de ce livre je trouve, ce sont les photos, et étant donné les sublimes maisons dont on parle, c'est un peu dommage. Ce sont parfois plus les acteurs qui sont mis en avant que les lieux eux-mêmes alors que l'on s'attendrait évidement au contraire.

       Et si jamais vous ne pouvez pas partir à l'aventure pour le moment, ce guide vous donnera très certainement au moins envie de vous replonger dans les adaptations et d'être cette fois plus attentif aux décors...

     

       Et si vous voulez en découvrir tout de suite un peu plus sur les différents lieux de tournages, je vous invite à lire mes articles sur Pemberley et Northanger Abbey.

     

    Et si vous voulez ajouter "Jane Austen, TV & Locations Guide" à votre PAL, c'est par ici.

  • Love & Friendship (adaptation de Lady Susan)

    Pin it!

    lady susan,love and friendship,adaptation,jane austen,france,kate beckinsale   J'ai vraiment une affection toute particulière pour ce court roman de Jane Austen. Même si ce n'est pas mon favori, il révèle tellement de ce qu'elle est profondément, l'ayant écrit très jeune et ne le destinant pas à la publication, qu'on ne peut que l'adorer. Je l'ai lu un nombre incalculable de fois, j'ai travaillé sur des parties de son texte, je le connais presque par coeur. En bref, je savais bien que je serais assez difficile à charmer et très exigeante avec l'adaptation. Ça n'a pas raté.

       Tout d'abord, soyons clairs, c'est une bonne adaptation, que je vous conseille de voir et qui manquait clairement dans le paysage austenien. Bon nombre des défauts sur lesquels j'ai tiqué relèvent du détail et je sais que plus je visionnerai ce film, plus je l'aimerai mais je n'y peux rien, j'ai le souci du détail et il s'appliquera une fois encore à cette chronique...

       Je passe rapidement sur le fait d'avoir changé le titre pour utiliser celui d'une autre nouvelle de Jane Austen qui sonne plus comme Pride and Prejudice ou Sense & Sensibility à des fins purement commerciales. Je trouve ça ridicule mais si c'est ce qui a permis au réalisateur de produire le film, on lui pardonne. Je passe aussi sur ses déclarations dans la presse clamant que son film est, parmi toutes les adaptations de Jane Austen, l'une des seules valables ! Pour ce qui est du choix des acteurs en revanche, il faut sans conteste le féliciter pour celui de Kate Beckinsale. Elle est divine, magistrale, fine... Elle est Lady Susan. J'ai également apprécié le jeu des autres comédiens, avec une mention spéciale pour Tom Bennett qui, avec ce nom prédestiné, est hilarant en Sir James Martin. En revanche, j'ai trouvé Chloë Sevigny plus mauvaise que jamais mais heureusement nous la voyons assez peu.

    lady susan, love and friendship, adaptation, jane austen, france, kate beckinsale

       Quelques passages sont également assez plats, avec une longue succession de différentes conversations mais adapter un roman épistolaire n'est pas une mince affaire et le réalisateur s'en sort malgré tout plutôt bien sur ce point-là en ajoutant ce qu'il faut d'action et de personnages. Pour fluidifier parfaitement le tout, il aurait malheureusement certainement fallu un film beaucoup plus long (ce qui, cela dit, n'aurait pas gêné la plupart d'entre nous je pense).

       La plupart des critiques ont mis l'accent sur l'humour du film qui est effectivement bien présent. S'il est surtout dû aux répliques intactes de la plume de Jane Austen, on peut tout de même en saluer la transposition à l'écran du réalisateur. Il a su respecter cela bien mieux que l'esprit de ses personnages et là, je ne parle plus seulement de petits détails gênants. Whit Stillman a choisi de faire de Lady Susan une héroïne avec laquelle on rit et à qui l'on pardonne aisément son comportement. Pour cela, il a atténué ses défauts, affadi les personnages qui l'entourent et changer la fin du roman, rien de moins. On essaie de nous faire croire que Lady Susan fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a et que ce livre serait en quelques sortes en pamphlet de défense des femmes qui n'avait à l'époque d'autres choix que de se vendre au meilleur mari possible. C'est complètement faux. Lady Susan trompe son premier mari, le ruine, multiplie les crasses à son beau-frère, couche avec le mari d'une de ses amies alors qu'elle est veuve depuis moins de trois mois et j'en passe. Pire que tout, ellelady susan, love and friendship, adaptation, jane austen, france, kate beckinsale
    n'aime pas sa fille, ne s'en est jamais occupée, la néglige et la dénigre. Lady Susan n'est pas une femme désespérée qui ruse pour se faire épouser parce que c'est son seul choix, c'est une femme égoïste et orgueilleuse qui est prête à n'importe quoi pour obtenir ce qu'elle veut. Je trouve que c'est là tout le piment du roman, tout le défi aussi de nous faire aimer cette histoire malgré son héroïne et tout cela a disparu du film. L'autre héroïne du roman, Catherine, qui ne se laisse jamais duper par sa belle-soeur et qui est l'autre femme forte finalement, rétablissant l'équilibre, est ici quasi insignifiante. C'est très certainement une interprétation qui plaira à certains et qui ne gênera aucunement ceux qui n'ont pas lu le roman mais il est bien dommage d'avoir dénaturer ainsi l'esprit du roman.

       Tout cela ne m'empêche d'attendre la sortie DVD avec impatience (déjà annoncé pour le 26 septembre en Angleterre) et d'avoir envie de revoir le film pour le juger peut-être un peu moins sévèrement.

     

    Si vous voulez l'ajouter d'urgence à votre DVDthèque, c'est par ici