Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane Austen is my Wonderland - Page 4

  • Celia's House de D.E. Stevenson

    Pin it!

    Mansfield Park, d.e. stevenson, celia's house, austenerie, Jane Austen, réécriture moderneTitre : Celia's House

    Auteur : D.E. Stevenson

    Langue : Anglais

    Roman : Mansfield Park

    Genre : Réécriture située au début du XXe siècle

    Note : 4/5

     

       Parfois nos lectures nous réservent des surprises et, le moins que je puisse dire, c'est que celle-ci fut charmante. J'aime beaucoup les petites histoires pleines d'humour de D.E. Stevenson, notamment la série autour de Miss Buncle que je ne peux que vous recommander chaleureusement, et je suis plus que fan des sublimes rééditions proposées par Sourcebooks Landmark. C'est donc dans ce cadre que Celia's House a rejoint ma PAL et que j'ai fini par me plonger dedans. J'ai d'abord décelé quelques petits éléments qui m'ont fait sourire et penser à un hommage à Jane Austen, avant de devoir me rendre à l'évidence : plus de la moitié de ce livre est une réécriture de Mansfield Park.

       Reprenons depuis le début. Celia's House nous raconte la vie de Dunnian, une maison familiale, à travers plusieurs générations de Dunne. Le livre présente quatre parties différentes : le changement de propriétaires de cette maison après un héritage, l'enfance des rejetons de la famille, leur adolescence, puis leur vie d'adultes. Bien que des jalons soient habilement posés avant, ce sont les deux dernières parties seulement qui retranscrivent l'univers de Mansfield Park.

       J'ai beaucoup aimé la façon dont les éléments sont retranscrits et adaptés et je dois même dire que j'ai trouvé Mark et Deb plus sympathiques qu'Edmund et Fanny. Bien sûr, l'histoire restant peu ou prou la même, on a parfois encore envie de les secouer un peu mais leur façon d'agir est mieux amenée et plus compréhensible. Comme toujours avec D.E. Stevenson, tout est parfaitement charmant, c'est vraiment le qualificatif qui lui correspond le mieux.

       C'est donc une transposition très réussie mais qui ne concerne que la moitié du roman. Pour le reste, je dois dire qu'en commençant la lecture, je me suis d'abord fait la réflexion que c'était le roman de l'auteur que j'appréciais le moins. Ça ne veut pas dire qu'il est mauvais, loin de là, mais le fil se déroule sur une longue période et j'ai eu du mal pendant un certain temps à y trouver de l'interêt, le début faisant office essentiellement de mise en place. J'ai été conquise cependant dès l'adolescence des Dunne et il est interessant de souligner que le livre ne se termine pas là où la réécriture de Mansfield Park s'achève mais nous offre quelques chapitres supplémentaires qui font échos au début du livre et donnent du sens à l'ensemble.

       En résumé, nous avons une très jolie histoire qui nous emmène dans la campagne Écossaise et dans laquelle se cache une belle réécriture de Mansfield Park, tout cela dans une magnifique édition. Je ne vois pas ce qu'il faudrait de plus pour la faire entrer d'urgence dans la PAL de tous les anglophiles. 

     

       Et si vous voulez découvrir les autres livres de D.E. Stevenson, rendez-vous sur Books are my Wonderland.

     

      Et si vous voulez ajouter "Celia's House", dans cette superbe édition, à votre PAL, c'est par ici.

  • Je me Souviens de Pemberley de Michèle Calméjane Schneiter

    Pin it!

    je me souviens de Pemberley, Michèle calméjane schneiter, edilivre, austenerie française, orgueil et préjugés, Jane Austen, Jane Austen FranceTitre : Je me Souviens de Pemberley

    Auteur : Michèle Calméjane Schneiter

    Langue : Français

    Roman : Orgueil et Préjugés

    Genre : ??

    Note : 3/5

     

       Il s'agit plus ou moins d'un livre auto-édité (chez Edilivre), qui m'a été proposé par son auteur. Nous retrouvons ici les personnages principaux de Jane Austen, à la même époque et à la même période mais les choses se déroulent différemment. En vous faisant cette description approximative de ce qu'est ce roman, je ne peux m'empêcher de soulever le premier point négatif de ce récit et très certainement le plus gênant de tous : rien ne justifie les changements auxquels nous sommes confrontés. Ni un évènement particulier qui se déroulerait au début et transformerait l'histoire par un effet boule de neige, ni un avant propos de l'auteur qui nous expliquerait sa démarche. Le résultat est que le lecteur se sent perdu au milieu des premiers chapitres et que j'ai ressenti confusion et interrogation au lieu du plaisir de replonger dans un univers qui me comble.

       Pour autant, si, comme toujours, je vais soulever tous les petits détails qui m'ont dérangée ou pourraient être améliorés, j'aimerais établir immédiatement que le livre est bien écrit, et a été parfaitement corrigé, ce qui, dans le monde de l'auto-édition, mérite amplement d'être souligné. J'ai vu des livres sortir de grandes maisons d'édition avec plus de coquilles que celui-ci. Il est également agréable à lire, et je ne me suis pas faite prier pour tourner les pages, impatiente de savoir comment Darcy et Lizzy allaient enfin se retrouver...

       Ce qui lui manque, en revanche, et c'était prévisible, c'est le travail professionnel d'un éditeur qui pousse l'auteur dans ses retranchements, l'oblige à s'interroger sur la cohérence du récit et l'utilité de certains éléments. Je passe sur certaines maladresses, et même sur certaines erreurs qui ne collent ni avec l'époque, ni avec les caractères des personnages parce que je sais que beaucoup d'entre vous seront plus indulgents que moi sur ces points et ne seront pas gênés dans leur lecture. Mais je ne peux m'empêcher de déplorer cette tendance, que j'ai observé chez beaucoup d'autres auteurs d'austeneries, de vouloir en faire trop. On se retrouve souvent avec des personnages célèbres, un voyage en France ou en Amérique, des aventures rocambolesques qui, pour moi, n'ont aucune utilité. Less is More. Et ici, c'est encore le cas, l'auteur en fait toujours plus et toujours trop alors que tous ces éléments pourraient être purement et simplement supprimés sans nuire une minute à son histoire. C'est bien de s'inspirer de l'univers et des personnages de Jane Austen, ce serait mieux de s'inspirer de sa simplicité.

       En fait, c'est d'autant plus dommage qu'il y a des idées que j'ai vraiment trouvé géniales mais leurs justifications sont souvent mauvaises. Quelques exemples : l'absence et les blessures de Darcy sont intéressantes, le fait qu'il soit en mission pour le roi à ce moment-là, en revanche, est sans intérêt. J'ai adoré l'amour de Lizzy pour les plantes et l'idée de la fondation sur le domaine de Pemberley, j'ai détesté en revanche les raisons pour lesquelles les soeurs Bennet se retrouvent sans le sou qui sont pour moi, invraisemblables. Je trouve aussi l'idée qu'il arrive quelque chose de grave à Lydia et provoque un changement chez elle très judicieuse mais ça arrive trop tard, comme un cheveu sur la soupe. Bref, je n'ai cessé d'osciller entre contentement et mécontentement. 

       Enfin, si j'ai aimé entrer dans la tête de Darcy, je n'ai pas apprécié le changement constant de point de vue. On passe sans cesse notre temps à se demander qui peut bien parler (d'autant que ce n'est pas visible dans le style d'écriture) et cela ajoute encore de la confusion. De plus, savoir que Darcy et Lizzy s'aiment dès le début (un peu trop vite d'ailleurs) a pour conséquence qu'on s'impatiente beaucoup plus vite de leurs éternels atermoiements, là où Jane Austen nous offre une belle évolution des sentiments...

       Si vous vous êtes perdus au milieu de tous mes chipotages, je résume. Ce livre a beaucoup de potentiel et de nombreuses pistes d'amélioration. Il n'en est pas moins agréable à lire en l'état et propose malgré tout une austenerie honnête, bien meilleure que beaucoup de celles qui ont été traduites ces dernières années et qu'il ne serait pas désagréable de trouver sous le sapin...

     

      Et si vous voulez ajouter "Je me Souviens de Pemberley" à votre PAL, c'est par ici.

  • Jane Austen, un Coeur Rebelle de Catherine Rihoit

    Pin it!

    Jane Austen, un coeur rebelle, Catherine rihoit, écriture, biographieTitre : Jane Austen, un Coeur Rebelle

    Auteur : Catherine Rihoit

    Langue : Français

    Genre : Biographie Romancée

    Note : 2/5

     

       Cela fait des mois maintenant que cet ouvrage traîne sur ma table de chevet sans que j'arrive à le terminer. J'ai d'abord peiné sur les 150 premières pages, avant de décider de faire une pause pour finalement ne jamais réussir à y revenir. Je crois donc qu'il est temps de faire quelque chose que je ne fais pourtant jamais, abandonner.

       Pourtant, dans la préface, j'ai beaucoup aimé les mots de Catherine Rihoit, me suis sentie des affinités avec elle et sa façon de voir notre chère Jane Austen, j'ai même commencé à noter une ou deux citations et je pensais que c'était plutôt bien parti. En même temps, la couverture elle-même aurait déjà dû m'alerter puisque le fait qu'il s'agisse ou non de Jane Austen sur ce portrait fait toujours polémique. Mais le problème principal de ce livre est son positionnement. Il ne s'agit ni d'un roman, ni d'une biographie à proprement parlé et le résultat est raté sur les deux tableaux. 

       Si j'essaie de prendre cela comme un roman, alors je trouve le récit décousu et sans grand intérêt (bon, d'accord, je n'ai pas tenu jusqu'à l'amoureux mystérieux). Ça part dans tous les sens, avec flashback et digressions, et on ne s'attache même pas à l'héroïne à laquelle je suis pourtant d'ores et déjà dévouée.

       Si je décide de lire cela comme une biographie, c'est bien pire. L'auteur prend des partis pris très tranchés sur les évènements et les caractères des personnages, énonce des suppositions ou des inventions comme s'il s'agissait de vérités et pourrait laisser croire à un lecteur non averti qu'il s'agit bien de cela puisqu'il n'est précisé nul part que ce n'est pas le cas. Que ces partis pris aillent en plus à l'encontre de ce que je pense moi-même de Jane Austen, de sa vie et de sa famille n'a sûrement pas arrangé les choses, je veux bien l'admettre mais honnêtement, lire une biographie romancée d'un auteur que l'on admire pour la voir baisser dans son estime, je ne suis pas sûre que cela ait un quelconque intérêt.

       Enfin, quelques mots sur l'écriture elle-même qui, si elle est belle et poétique, ne m'a aidée à aucun moment à m'ancrer dans le récit, bien au contraire.

       Je ne fais pas cette critique de gaité de coeur mais j'ai toujours été honnête sur mes ressentis et je n'ai pas l'intention de changer aujourd'hui. Je rappelle néanmoins qu'il ne s'agit que de mon avis et qu'il n'engage que moi. Je serais d'ailleurs curieuse de connaître celui de ceux et celles qui l'auront lu également.

     

    Et si vous voulez ajouter "Jane Austen, un Coeur Rebelle" à votre PAL, c'est par ici.

  • Amour et Amitié de Whit Stillman

    Pin it!

    lady Susan, amour et amitié, love and friendship, Jane Austen, whit stillman, Jane Austen France, austenerieTitre : Amour et Amitié

    Auteur : Whit Stillman

    Langue : Français

    Roman : Lady Susan

    Genre : Réécriture Moderne

    Note : 4/5

     

       Quelques mots tout d'abord sur Whit Stillman, qui n'est pas un inconnu dans le petit monde austenien puisqu'il n'est autre que le réalisateur de Love and Friendship, l'adaptation cinématographique de Lady Susan. Pourtant, attention, il ne s'agit pas ici de la retranscription du film mais bien d'une austenerie à part entière et les austeneries autour de ce roman n'étant pas nombreuses, c'est déjà une bonne nouvelle.

       L'axe choisi est pour le moins original puisque l'histoire nous est racontée par le neveu par alliance de Lady Susan avec l'intention de réhabiliter cette charmante dame, honteusement calomniée par la vieille demoiselle auteure, Jane Austen en personne. Ce qui amusant, c'est que le neveu en question est un sot et qu'à aucun moment bien sûr, il n'arrive à nous convaincre que les actes de Lady Susan aient pu être différents de ce que l'on pensait, tout en se félicitant lui-même régulièrement de défendre si bien sa cause. J'ai beaucoup aimé cet humour-là mais j'ai regretté que l'auteur n'aille pas plus loin dans sa réécriture, se cantonne à des scènes que nous connaissons déjà là où son neveu aurait pu nous en apprendre bien plus sur la suite des évènements par exemple. Il y a bien quelques bonnes surprises sur la fin mais trop peu nombreuses à mon goût. Finalement, on reste un peu trop proche du texte d'origine et moi qui le connait presque par coeur me suis parfois légèrement ennuyée.

       Malgré ce petit bémol, qui vient principalement du fait que j'ai lu et relu l'oeuvre originale un troplady susan,amour et amitié,love and friendship,jane austen,whit stillman,jane austen france,austenerie grand nombre de fois sûrement, on reste quand même très largement dans le haut du panier des austeneries, surtout du point de vue de l'écriture.

       À la fin du récit est adjoint le texte original, commenté par le neveu, et là encore je trouve l'idée amusante mais un peu sous-exploitée. Ce qui est plus intéressant en revanche, c'est qu'il s'agit ici d'une nouvelle traduction et je salue l'initiative des Éditions Tristram et le travail de Johanna Blayac. En la comparant à d'autres traductions ainsi qu'à l'original, j'ai pu me rendre compte que les différences étaient infimes et pourtant, et ne me demandez pas à quoi ça tient, j'ai trouvé son travail plus direct, audacieux et apportant un peu de fraîcheur à ce texte tant de fois parcouru. Et comme il eut été dommage de ne pas profiter de cette nouvelle version, Tristram réédite également Lady Susan, seule, et avec cette jolie couverture rose, le 7 juin prochain.

     

    Et si vous voulez ajouter "Amour et Amitié" à votre PAL, c'est par ici.