Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • The Watson, the End...

    Pin it!

       "Emma was of course uninfluenced, except to greeter esteem for Elizabeth, by such arton15367.jpgrepresentations, and the visitors departed without her."

      

       "Bien sûr, ces représentations n'eurent aucun effet sur Emma qui n'en estima que plus Elizabeth - et les visiteurs repartirent sans elle." [Inachevé]

    JA Kaki.png

  • Murder at Mansfield Park

    Pin it!

    murder at mansfield park, jane austen, lynn sheperd, mansfield park, fanny priceTitre: Murder at Mansfield Park

    Auteur: Lynn Sheperd

    Langue: Anglais (Niveau Moyen)

    Roman: Mansfield Park

    Genre: Retelling

    Note: 3/5

     

       Voilà bien encore un roman qui me laisse avec un avis mitigé. On y trouve de l'excellent comme du très énervant. Je m'explique:

       Dès les premières lignes je m'interroge grandement. Je suis bien à Mansfield Park, Fanny, ses tantes et ses cousines sont bien là, ainsi que les Crawford mais en même temps, tout est sens dessus dessous! Fanny est une riche héritière orpheline recueillie par les Bertram. En conséquence, elle est traitée comme une reine, surtout par sa tante Norris, quand ses cousines sont délaissées, et devient une jeune fille tout à fait insupportable! Edmund est le beau-fils de la tante Norris et plus ou moins fiancé à Fanny. Quant à Mary Crawford, elle est tout simplement un ange de gentillesse. Honnêtement, si le nom du lieu et des personnages avaient été différents, personne n'aurait pu se douter que l'histoire ait un quelconque rapport avec Jane Austen et je suis une fois de plus déçue par cet abus dans l'utilisation de son nom et de son oeuvre. Je suis perplexe devant l'interet d'utiliser Mansfield Park pour en changer tout ce qui en fait l'essence même!

       Et c'est d'autant plus dommage que l'histoire est bien écrite, interessante et l'intrigue bien ficelée. J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire à cause de ce chamboulement des personnages, mais une fois que j'y étais, je fus facilement captivée. On s'interroge sur chaque personnage, on se demande qui peut être le meurtrier et quelles peuvent être ses raisons, on réfléchit aux différents mystères planant sur la maison, en bref on s'implique, on entre dans le jeu.

       Pour ce qui est du dénouement de l'intrigue policière, je peux dire que j'ai été tout à fait contente de la tournure des évènement. En revanche, pour ce qui est du dénouement amoureux, j'aurais aimé un peu plus d'audace et d'originalité de la part de l'auteur, d'autant qu'en choisissant cette fin (que je tente de ne pas spoiler), elle se ferme la possibilité de débuter une série policière qui aurait pu être des plus interessantes.

  • Around Pride and Prejudice

    Pin it!

       Un petit tour visuel des sequels, prequels et autres autour de Pride and Prejudice:

    • Epoque Regency:

    • Epoque Moderne:

  • Sense and Sensibility, Adaptation de 2008

    Pin it!

    raison et sentiments,sense and sensibility,bicentennaire raison et sentiments,challenge,jane austen,hattie morahan   Lorsque j'ai découvert Raison et Sentiments pour la première fois, j'étais encore adolescente et je ne l'ai pas classé parmi mes favoris. Je trouvais les héros peu charismatiques, les sages trop sages et surtout je pensais qu'à la fin ni les "gentils", ni les "méchants" n'avaient vraiment ce qu'ils méritaient. Bien sûr, j'étais plus à l'âge où l'on croit dur comme fer qu'un Darcy finira par illuminer notre vie, qu'à celui on l'on comprend qu'un Edward et un charmant cottage sont tout ce dont on a besoin pour être heureuse... Puis j'ai mûri... Puis j'ai visionné cette adaptation...

       Et quand une adaptation vous fait redécouvrir une oeuvre, vousraison et sentiments, sense and sensibility, bicentennaire raison et sentiments, challenge, jane austen, hattie morahan apprend à l'apprécier à sa juste valeur et à aimer à la folie ses personnages, je crois que l'on peut dire que c'est une adaptation réussie. Grâce à ce film, je comprend mieux Elinor, cette insupportable solitude qu'elle se doit de supporter, ce calme apparent qui cache une tempête de sentiments et cette raison qu'elle est obligée d'afficher mais qui ne l'empêche ni de resentir, ni de rêver... C'est juste sublime et les paysages choisit dans ce film mettent parfaitement tout cela en valeur mais ça ne serait rien sans l'impeccable interprétation d'Hattie Morahan.

    raison et sentiments, sense and sensibility, bicentennaire raison et sentiments, challenge, jane austen, hattie morahan  

    Charity Wakefield, qui joue Marianne Dashwood, est aussi très bien, tout à fait dans le même ton que Kate Winslet dans l'adaptation précédente qui, je le sais, à un public de fervents admirateurs. Pour ma part, c'est sans comparaison, j'ai trouvé mon adaptation parfaite de Sense & Sensibiliy et ce sera celle-ci. Alors certes, Dan Stevens est bien moins charismatique que Hugh Grant enraison et sentiments, sense and sensibility, bicentennaire raison et sentiments, challenge, jane austen, hattie morahan Edward, mais par là-même, beaucoup plus proche de l'Edward que décrit Jane Austen. Certes, Hugh Laurie est irremplaçable en Mr. Palmer, mais je crois que le reste du film compensera ce petit manque.

       Je décide de ne pas vous en dire plus. Je ne trouve pas de défauts contre lesquels vous mettre en garde, quant aux qualités, le mieux est de les découvrir vous-même en visionnant cette adaptation et en voici un petit avant goût...