Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane's Life - Page 2

  • Miss Austen Regrets: Vrai ou Faux?

    Pin it!

       Après avoir lancé mon pavé dans la marre, je me dois de justifier mes propos et de tenter de démêler le vrai du faux. Alors, essayons...

    • Mr Bridges a réellement existé

       Vrai. Oui, Mr Bridges a bien existé. Jane avait de nombreux frères... Edward était l'aîné et fut plus ou moins adopté par des parents riches des Austen. Il épousa Elizabeth Birdges en 1791, Jane avait alors 16 ans. Mr Brook Edward Bridges était le frère d'Elizabeth.

    • Mr Bridges a demandé Jane en mariage

       Difficile à savoir. Comme toujours, certains défendent une théorie, d'autres une autre... Le mieux est donc de vous livrer ce sur quoi s'appuie cette idée et de vous laisser seul juge! Dans une lettre à Cassandra, le 7 Octobre 1808, Jane dit: "I wish you may be able to accept Lady Bridges's invitation, though I could not her son Edward's;" Ce qui, une fois mal traduit par mes soins, donne à peu près ça: "J'espère que tu seras en mesure d'accepter l'invitation de Lady Bridges, bien que je ne puisse pas accepter celle de son fils." Si je peux me permettre de donner mon avis, bien que je trouve matière ici à spéculation, je ne suis pas sûre d'y voir de quoi en faire l'un des sujets principaux d'un film sur Jane!

    • Jane a regretté de ne pas l'avoir épousé

       Nous n'avons absolument aucun moyen de le savoir. Cela dit, j'aimerais ajouter que Jane vit probablement Mr Bridges pour la dernière fois en 1813 et que le film (à part la parenthèse sur la demande de Mr. Bigg-Wither), débute par le mariage d'Anna Austen, qui eut lieu en 1814.

    • L'amie française de Mme Bigeon a lu Raison et Sensibilité

       Vrai. Enfin, je ne sais pas vraiment si Mme Bigeon avait une amie qui a lu le livre, hein!! Ce que je veux dire, c'est que cette scène est placée dans le film en 1815 et que cette même année est sortie en France la première traduction de Sense and Sensibility, la scène est donc plausible.

    • Le Docteur Haden a existé

       Vrai. Non seulement il a existé mais Charles Thomas Haden acquis même une certaine notoriété. Après ses études en France, il introduit le stéthoscope en Angleterre. Il découvrit un remède à la goutte toujours utilisé aujourd'hui et écrivit en faveur de l'éducation des femmes. Nul doute que sa rencontre avec l'esprit brillant qu'était Jane avait du lui faire grande impression!

    • Jane était amoureuse de lui et jalouse de Fanny

       Faux. Dans les lettres que Jane envoie à Cassandra à cette période, rien ne laisse penser qu'elle puisse être amoureuse du médecin. Elle parle certes de lui avec beaucoup de gentillesse et semble grandement l'apprécier mais parle aussi avec plaisir du flirt qui s'est établi entre lui et sa nièce Fanny. Pas une once de jalousie ne transparaît, cela est pure invention!

    • Cassandra a peint ce fameux dessin de Jane à cette époque?

       Faux. La peinture représentant Jane de dos fut peinte par Cassandra en 1804. Les évènements du film, eux, se déroulent entre 1814 et 1817 (toujours si l'on exclut la scène d'ouverture et celle de fermeture).

    • Jane était malheureuse et pleine de regrets

       Je n'ai pas la prétention de connaître l'état d'esprit de Jane à la fin de sa vie. Tout ce que je peux dire, c'est que ni ses lettres, ni les propos de sa soeur ou de ses nièces ne laissent penser qu'elle ait pu avoir des regrets à la fin de sa vie et être si amère...

     

       Je tiens à redire que j'aime pourtant particulièrement ce film. J'aime aussi l'humour et le cynisme de Jane mais j'aimerais seulement que l'on arrête de dire que ce film est plus réaliste et moins romancé que "Becoming Jane".

       Et n'étant pas infaillible, si j'ai fait la moindre erreur, n'hésitez pas à me le dire, ou à me signaler des éléments sur lesquels vous vous interrogez.

  • Miss Austen Regrets

    Pin it!

    miss austen regrets,jane austen,biography,biographie,movie,film,vie,olivia wilde,hugh bonneville,imogen poots   J'ai deux visions assez différentes de ce film inspiré de la vie de Jane. Je m'explique. Lorsque j'ai vu ce film pour la première fois, je n'ai pu m'empêcher, comme à peu près tout un chacun, de le trouver très beau et d'une extrême tristesse.

       Les actrices sont formidables, principalement Olivia Williams qui joue notre chère Jane et Imogen Poots dans le rôle de sa nièce Fanny. L'esprit acéré de Jane, ainsi que son humour, sont très bien représentés. Les images, la lumière, les couleurs, tout me plaît dans ce film, tout est sublime! Il y a également une scène que j'adore entre Jane, Fanny et Edward où le frère de Jane dit à sa fille que si ce qu'elle a retenu des livres de Jane est que ce qui importe est demiss austen regrets,jane austen,biography,biographie,movie,film,vie,olivia wilde,hugh bonneville,imogen poots se marier par amour même si le prétendant n'a pas un sous, alors elle devrait les relire! Aux vues de certaines critiques de l'oeuvre de Jane aujourd'hui, je pense que Fanny n'est pas la seule qui devrait la relire dans son intégralité mais ça, c'est une autre histoire!

       Bref, bien que "Becoming Jane" reste mon chouchou, ce film est sans aucun doute un coup de cœur. Malgré tout, déjà à l'epoque, quelques doutes m'assaillent sur la véracité de certains faits, de petites incohérences par ci, par là, comme Jane ne sachant même pas tenir un bébé dans ses bras alors qu'elle s'est si souvent occupée de ses nombreux neveux et nièces, et aussi de moins petites, comme ce Mr. Bridges qui semble très lié à l'histoire de Jane miss austen regrets,jane austen,biography,biographie,movie,film,vie,olivia wilde,hugh bonneville,imogen pootset dont je n'ai absolument aucun souvenir! Mais bon, après tout, je ne connais pas non plus la vie de Jane sur le bout des doigts, je peux me tromper!

       Puis, j'ai lu la biographie de Jane! Et là, force est de constater que ce même sentiment étrange revient me hanter! Jane a eu une période de sa vie où l'on peut certainement dire qu'elle était dépressive. Elle n'a plus écrit pendant 10 ans et ce n'est un secret pour personne qu'elle était malheureuse à Bath! Nul doute qu'à ce moment là, elle ait pu avoir des regrets et s'être interrogée sur ses choix, mais le hic c'est que ce n'était pas du tout à la fin de sa vie! Ni une, ni deux, je mets mon sens du sacrifice au service de mes doutes, je me replonge dans ce film. miss austen regrets,jane austen,biography,biographie,movie,film,vie,olivia wilde,hugh bonneville,imogen poots

       Alors au deuxième visionnage, le film est toujours aussi beau, et toujours aussi triste, ça n'a pas changé! J'avoue tout, j'ai même versé ma petite larme! Mais au milieu d'autres petites incohérences repérées de plus belle, il devient de plus en plus évident que finalement ce film n'est pas plus réaliste que "Becoming Jane" et tout aussi romancé. Mais là où le premier s'appuie déjà sur une base bien mince, ici cela s'appuie sur encore moins, voire rien du tout! Et tous les éléments qui ont été ajoutés sont ceux qui font paraître Jane triste et aigrie alors que rien ne permet de penser que c'était le cas. À vrai dire, ce serait plutôt le contraire. La période de la publication de ses œuvres, qu'elle considère comme ses miss austen regrets,jane austen,biography,biographie,movie,film,vie,olivia wilde,hugh bonneville,imogen pootsenfants, semblent plutôt représenter beaucoup de bonheur pour elle, un accomplissement, enfin, une vraie reconnaissance... Et ce qui émane de ses lettres de l'époque est bien loin de l'image que le film donne d'elle! Cela ne veut certes pas dire qu'elle n'avait aucun regret mais, même si elle déplore certainement la pauvreté, elle semble apprécier alors la liberté que lui offre le célibat. Après avoir vu mourir plusieurs de ses belles sœurs en couches, elle plaint la femme obligée d'accoucher d'une dizaine d'enfants "comme un animal". Si ces propos ne veulent pas dire qu'elle n'aurait pas été heureuse dans le mariage, cela me semble tout de même être le signe qu'elle était depuis longtemps passée à autre chose.

       Finalement, même si ce film reste une réussite, même si je peux comprendre que l'on romance la vie de Jane et même pardonner les incohérences, j'ai du mal à saisir ce parti pris visible jusque dans le titre, de faire passer Jane Austen pour une vieille fille jalouse et aigrie, ce qu'elle n'était pas!

    miss austen regrets,jane austen,biography,biographie,movie,film,vie,olivia wilde,hugh bonneville,imogen poots

  • Jane Austen, Passions Discrètes... Again

    Pin it!

       J'ai pris tant de plaisir à être en compagnie de Jane, que je ne peux la quitter comme ça! Dans le premier billet, j'ai essentiellement parlé de Claire Tomalin et de la façon de mener sa biographie, ici je voudrais ajouter jane austen,passion dicrètes,claire tomalin,a life,biographie,cassandra austenquelques mots sur Jane Austen et ce que cette biographie m'a permis de comprendre.

       Tout d'abord, on décèle très rapidement tout ce qui a façonné la personnalité de Jane dans son enfance: être mise en nourrice très tôt comme cela se faisait à l'époque, grandir entourée de tant de garçons... Ce sont autant d'éléments qui ont du l'obliger à se forger le caractère. Alors que Cassandra était l'aînée et pouvait garder un caractère doux en adoptant une position de "maman" avec ses frères et soeurs, ce qui ne lui conférra pas pour autant une place plus facile, Jane, elle, s'endurcissait. Cela ne veut pas dire non plus que sa famille n'était pas aimante! J'ai d'ailleurs beaucoup de tendresse pour Mr Austen, qui semblait beaucoup se soucier de ses filles, ce qui n'était pas si courant et qui a été le premier à démarcher un éditeur pour sa fille!

       On se rend vite compte aussi qu'il y a de très nombreux parallèles entre sa vie et ses romans, mais c'est un sujet si vaste que j'y consacrerai d'autres billets! Elle avait aussi dans son voisinnage une source inépuisable d'histoires plus hallucinantes les unes que les autres dont elle ne s'est pas servie. Cela semble montrer à quel point elle voulait dépeindre le quotidien d'une famille "normale" sans tomber dans l'excentricité! En fait, elle semble prendre des points de repères dans ce qu'elle connaît pour ensuite ne se servir plus que de son imagination!

       Le livre nous permet aussi de faire un constat bien amer: le meilleur de la plume de Jane était certainement dans toutes ses lettres disparues! Il ne nous reste plus qu'à nous contenter de celles qui restent que la biographie m'a grandement donnée envie de lire! 

       Il y aussi, évidemment des passages très tristes. J'ai personnellementjane austen,passion dicrètes,claire tomalin,a life,biographie,cassandra austen été touché par celui où Claire Tomalin décrit la vie de Jane lorsqu'elle passait du temps dans la grande maison de Godmersham, chez son frère aîné Edward Knight. Non seulement la différence de train de vie devait être assez difficile à supporter, mais il semble que là-bas les gens portaient un jugement assez dédaigneux sur Jane. Ils la trouvaient sans raffinement! Il est difficile de croire que Jane ait pu ignorer ce qu'était le raffinement, elle le montre dans tous ses romans et plus particulièrement dans Pride & Prejudice avec la description du comportement de chacun et la façon dont elle le juge. Alors je peux me tromper, mais il me semble qu'elle n'avait aucune envie de faire l'effort de paraître raffinée pour des gens qui l'avaient d'ores et déjà jugée et que, pour la plupart, elle n'aimait pas!

       Il y a bien sûr, bien d'autres passages tristes: la mort du fiancé de Cassandra, le déménagement de Steventon, la dépression certainement à Bath. Jane n'écrit alors plus une ligne... Puis la joie revient peu à peu et on en apprend encore beaucoup sur Jane: jane austen,passion dicrètes,claire tomalin,a life,biographie,cassandra austenqu'elle parle de ses personnages comme s'ils existaient vraiment, qu'elle compte parmi ses amies des employées de maison, que lorsqu'elle n'écrit pas de dialogue, cela montre son manque d'interet pour un point de l'intrigue, que Jane avait le même cynisme et la même langue de vipère que sa mère, que Cassandra pensait que Fanny devrait épouser Henry Crawford... Et tant d'autres choses passionantes!! 

  • Jane Austen, Passions Discrètes

    Pin it!

    jane austen,life,biographie,jane austen passions dicrètes,claire tomalin,biographyTitre: Jane Austen, Passions Discrètes

    Auteur: Claire Tomalin

    Langue: Français ou Anglais

    Genre: Biographie

    Note: 4/5

     

       Bizarrement, et bien que je fasse continuellement de nombreuses recherches sur Jane Austen, je n'avais jamais lu aucune de ses biographies. C'est en découvrant que nous avions ce titre en commun dans notre PAL, que ma copine Pimpi et moi avons décidé d'en faire la lecture ensemble!

       Dès les premières lignes, je suis happée par l'écriture de Claire Tomalin. Tous ces détails qu'elle nous donne, comme le temps qu'il faisait le jour de la naissance de Jane, nous donnent l'impression d'y être. C'est comme si l'auteur levait un voile très discrètement, marchait sur la pointe des pieds pour ne pas déranger la famille Austen et nous emmenait là-bas avec elle!

       Comme souvent dans les biographies, Claire Tomalin fait parfois des sauts en arrière pour revenir sur l'histoire d'un tel ou un autre. C'est malheureusement souvent ce qui me perd, d'autant plus que le nombre de personnages est ici élevé et qu'il n'y a pas de chronologie récapitulative. Cela nuit quelque peu à la compréhension de l'histoire mais au fur et à mesure que l'on se familiarise avec l'entourage de Jane, les choses s'éclaircissent.

       Il y aussi certains passages qui donnent plus l'impression d'appartenir à la biographie d'Eliza, la cousine de Jane, qu'à celle de Jane elle-même. Malheureusement, nous savons fort bien que l'auteur ne dispose pas de beaucoup de matériel pour retracer l'enfance de Jane et il est donc logique qu'elle se concentre parfois sur son entourage, ce qui permet au moins d'établir le climat dans lequel elle a grandi. Claire Tomalin fait malgré tout, selon moi, un merveilleux travail en maintenant tout au long de son ouvrage un difficile équilibre entre l'impartialité de rigueur et son admiration pour Jane!

       Elle ne s'arrête pas à la vie de Jane Austen et fait aussi une analyse de ses romans qu'elle juge tous d'un style différent: Northanger Abbey est une satyre, Sense & Sensibility un débat, Pride & Prejudice, une histoire romanesque. Elle dit que Jane Austen ne s'est pas cantonnée à une forme de livre, à ce qu'elle savait faire. Elle a exploré, s'est sans cesse renouvelée. J'ai beaucoup aimé cette partie d'analyse de texte, qui nous apprend beaucoup de choses et met en lumière des significations auxquelles nous n'aurions pas pensé. D'un autre côté, j'ai toujours trouvé cela très subjectif d'attribuer aux auteurs des intentions qu'ils n'avaient peut-être pas et de plus, chacun aime avoir la liberté d'interpréter les textes comme il le veut. Malgré tout, on sent une fois encore que cela est fait ici avec beaucoup de respect. Son analyse de Lady Susan et du génie de Jane Austen est paticulièrement percutante et porte à reflexion! J'aijane austen,life,biographie,jane austen passions dicrètes,claire tomalin,biography souvent été d'accord avec ses opinions, quand elle remet Mrs Bennet à l'honneur par exemple, mais ce qu'elle pense de la fin de Sense & Sensibility ferait sûrement hurler plus d'une fan du Colonel Brandon!

       Dans la semaine, j'écrirai un deuxième billet sur cette biographie, centré cette fois sur ce que j'y ai appris de Jane. En attendant, je vous conseille le billet de Pimpi sur Marque ta Page.

       Pour finir, je voudrais retranscire ici les dernières lignes de cette biographie que je vous incite à lire, la magnifique conclusion dans laquelle transparaît tout l'amour que Claire Tomalin porte à Jane Austen: "La Jane Austen que je préfère est celle qui se moque des opinions du monde. C'est une chance qu'elle ait eu une telle faculté de rire. Aujourd'hui, le volume des opinions a enflé dans de telles proportions qu'elle aurait de quoi rire pour l'éternité."