Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane Austen is my Wonderland - Page 6

  • Emma, Adaptation d'Autumn de Wilde - 2020

    Pin it!

    adaptation emma,jane austen,emma,autumn de wilde,anya taylor-joy,johnny flynn,bill nighy,miranda hart   J'adore cette version. C'est dit.

       Mais pour en arriver là, le chemin s'est fait de quelques tours et détours. La première bande-annonce laissait presque penser qu'il s'agissait plus d'une parodie que d'une adaptation, je comprends donc ceux qui sont un peu réticents à le voir, j'avais moi-même quelques inquiétudes. D'ailleurs, au premier visionnage, j'ai mis un peu de temps à me détacher du côté théâtral et du ridicule parfois trop poussé à mon goût mais après le premier quart d'heure, c'était oublié, et à la seconde séance, (parce que c'est vraiment le genre de film qu'il faut revoir) je n'ai plus du tout eu cette sensation, complètement noyée sous les innombrables éléments positifs.

       Les seules traces qu'il en reste sont quelques scènes isolées que je n'ai pas adoré comme celleadaptation emma,jane austen,emma,autumn de wilde,anya taylor-joy,johnny flynn,bill nighy,miranda hart d'Harriet et des bohémiens, vraiment too much pour moi. Je me retrouve de nouveau au théâtre, à contempler un vaudeville. Et un Mr Elton trop ridicule, qu'on ne peut imaginer un seul instant comme étant un homme respecté et un ami de Knightley, ce qu'il est pourtant dans le livre. C'est d'autant plus dommage que je trouve l'acteur excessivement charmant.

       Passons donc au positif. La photographie du film est évidemment son gros point fort, il est visuellement sublime. Rappelons qu'Autumn de Wilde est... photographe ! Les couleurs sont splendides, les décors extérieurs et intérieurs, tout autant (énorme coup de coeur pour la boutique du village), la lumière, les costumes, tout est parfait ou presque (je n'aime pas du tout le col haut de Knightley qui empêche de voir son visage et les coiffures des deux héros mais bon...). Et que dire du soin apporté au choix de la musique...

       La mise en scène est millimétrée, elle met en avant l'esthétique avec adaptation emma,jane austen,emma,autumn de wilde,anya taylor-joy,johnny flynn,bill nighy,miranda hartun jeu de symétrie très interessant que je vous invite à observer et le film repose énormément sur l'implicite, les jeux de regards et tout ce qui peut être suggéré visuellement. C'est une des raisons pour lesquelles il faut vraiment le voir plusieurs fois et être attentif à tout. 

       Mais cela ne serait pas possible sans d'excellents acteurs et excellents, vraiment, ils le sont. Je commence par ceux qu'on ne présente plus : Billy Nighy et Miranda Hart qui jouent respectivement Mr Woodhouse et Miss Bates, chacun différents du roman à sa manière mais ô combien splendides malgré tout. J'ai adoré également Emma (Anya Taylor-Joy), Harriet (Mia Goth), qui a un charme fou, Knightley (Johnny Flynn) et Augusta (Tanya Reynolds) qui m'a fait tellement rire dans la scène du bal, entre autres. Une scèneadaptation emma,jane austen,emma,autumn de wilde,anya taylor-joy,johnny flynn,bill nighy,miranda hart qui a bien d'autres qualités d'ailleurs, l'une des meilleures du film avec des mains qui s'effleurent, des regards qui en disent longs et le silence qui la clôture. L'alchimie entre les personnages/acteurs fonctionnent également à merveille, ce qui a pu manquer dans d'autres adaptations alors même que les acteurs eux-mêmes étaient très bons.

       Venons-en maintenant à l'histoire. Un film, contrairement à une mini-série, doit faire des choix, c'est impératif. Ici, les intrigues secondaires redeviennent véritablement secondaires, presque anecdotiques, pour mettre tout l'accent sur les deux relations qui importent vraiment dans le roman, celle d'Emma avec Knightley mais également celle d'Emma avec Harriet. Autumn de Wilde adaptation emma,jane austen,emma,autumn de wilde,anya taylor-joy,johnny flynn,bill nighy,miranda hartdépouille l'intrigue du superflu pour ne garder que l'essentiel et cela fonctionne très bien. Bien sûr, je ne peux m'empêcher de regretter certaines scènes marquantes comme l'énigme offerte par Mr Elton ou l'invitation des Coles qui n'arrive pas... Mais j'ai adoré la relation entre les deux jeunes femmes, très touchante, qui permet ici de mieux comprendre Emma et aussi de se rappeler à quel point elles sont jeunes. Et est-il utile de dire que j'ai apprécié d'avoir plus de Knightley ? Surtout sous les traits de Johnny Flynn... Et j'applaudis mille fois l'humanisation du héros, et l'exposition de ses sentiments et de ses ressentis. Les seuls dont je n'ai pas bien compris ni le traitement, ni l'utilité ici sont la soeur d'Emma et son mari...

       Ils vous en faut encore ? Alors parlons maintenant d'un autre point essentiel : l'humour. Ici, iladaptation emma,jane austen,emma,autumn de wilde,anya taylor-joy,johnny flynn,bill nighy,miranda hart repose principalement sur des personnages discrets mais indispensables, les domestiques. Observez, vous ne pourrez que rire ! Le jeu qui s'établit entre les deux valets des Woodhouse et le père d'Emma, obsédé comme il se doit par les courants d'air, est hilarant. Bien sûr, Augusta, ou encore Miss Bates, apportent leur pierre à l'édifice d'un humour très réussi et qui n'avait décidément pas besoin d'en faire plus...

       Nous voilà donc arrivés à la fin... Je ne veux pas trop en dire pour ne pas vous spoiler... J'ai été déçue par la première partie de la déclaration (mais cette déclaration me déçoit presque toujours), j'ai ri de la suite. J'ai aimé qu'Autumn de Wilde prenne certaines libertés mais elle va un adaptation emma,jane austen,emma,autumn de wilde,anya taylor-joy,johnny flynn,bill nighy,miranda hartpeu trop loin sur un autre aspect... Bref, je suis mitigée. Mais les dernières scènes vous feront oublier tout ça avec beaucoup d'humour d'abord, puis avec beaucoup de tendresse... Le film n'aurait pu se terminer de façon plus parfaite à mon goût.

     Pour résumer, si Autumn de Wilde voulait s'attaquer au cinq autres romans avec la même modernité, le même humour et la même esthétique, ce n'est pas moi qui lui en voudrait.

     

    Si vous voulez l'ajouter d'urgence à votre DVDthèque, c'est par ici

    Et vous pouvez retrouver toutes mes chroniques des adaptations d'Emma, par là...

    adaptation emma,jane austen,emma,autumn de wilde,anya taylor-joy,johnny flynn,bill nighy,miranda hart

  • Jane Austen et son Époque

    Pin it!

       Personne n'est parfait et on ne peut pas tout savoir, c'est un fait. Pourtant, quand beaucoup de personnes vous suivent et vous lisent, il me semble que vous avez quand même une certaine responsabilité. Là encore, vous me répondrez que l'erreur est humaine. Je vous assure que je travaille sur mon indulgence mais lorsque, à diverses reprises, des sites et/ou des personnes très suivis claironnent que Jane Austen est victorienne et refusent d'apporter une modification lorsqu'on leur signale gentiment l'erreur, je m'enflamme. J'en ai déjà parlé sur Facebook, et l'on m'avait même rapporté le cas de professeurs, d'universitaires ou d'ouvrages qui relaient cette erreur. N'en jetez plus...

       Il ne s'agit pas, comme la plupart des autres sujets autour de l'auteur, d'un point du vue, il s'agit ici de faits précis et historiques non contestables. Donc, je le répète, une nouvelle fois, Jane Austen n'est absolument pas, en aucun cas, ni de près ni de loin, ni dans les dates, ni dans l'esprit, victorienne.

    Jane Austen, England, époque victorienne, régence, époque géorgienne, Regency era, Jane Austen france, auteur victorien

       Voilà donc, pour vous, deux petites minutes d'histoire (oui, parce que ça ne prend pas plus de temps que ça de savoir et/ou de vérifier l'époque de notre auteur chouchou) : Jane Austen a vécu sous le règne de George III, de sa naissance en 1775 à 1811, puis sous la régence de 1811 à sa mort en 1817. Jane Austen est donc un pur produit de l'époque Géorgienne/Régence (la Régence est une période un peu à part mais qui se trouve au milieu de l'époque Géorgienne).

       L'époque Victorienne commence en 1837 (à l'accession au trône de la Reine Victoria), soit 20 ans après la mort de Jane Austen. On considère parfois son début au Reform Act de 1832. Cela reste malgré tout toujours 15 ans après la disparition de Jane Austen. Bref, au cas où ça ne serait pas encore assez clair, lorsque Jane Austen est morte, Victoria n'était même pas née !

       Have a good day.
       Et n'hésitez pas à partager...

  • Pas de Femmes Parfaites, s'Il Vous Plaît

    Pin it!

    pas de femmes parfaites s'il vous plaît, Jane Austen, éditions l'orma, lettres de Jane Austen, Jane Austen france, austenerie françaiseTitre : Pas de Femmes Parfaites, s'il vous plaît

    Auteur : Jane Austen

    Langue : Français

    Genre : Lettres de Jane Austen

    Note : 4,5/5

     

       Les éditions l'Orma nous propose un objet livre très interessant. Leurs plis sont des livres reliés de petits formats, conçus pour être expédiés et recouverts d'une jaquette qui se transforme en enveloppe. Je trouve le résultat à la fois beau et intelligent. Le contenu respecte également le thème puisqu'il s'agit exclusivement de lettres, ici quelques unes de celles qu'il nous reste de Jane Austen.

       Bien sûr, il ne s'agit que d'une toute petite sélection restreinte, c'est donc un petit peu frustrant mais c'est toujours un tel plaisir de retrouver les mots de Jane, son humour, son ironie, son esprit... Chaque lettre est même accompagnée d'une courte explication, ce que j'ai trouvé très appréciable, en revanche, elles sont souvent tronquées et le résultat est parfois un peu bizarre. Au centre de l'ouvrage, nous retrouvons différentes illustrations et là encore, j'applaudis l'idée. C'est définitivement un objet dont je suis amoureuse et que je suis ravie de voir figurer dans ma modeste collection.

       En revanche, j'aimerais que vous gardiez à l'esprit que l'arme préférée de Jane Austen était l'ironie, surtout lorsqu'elle s'adressait à sa soeur, en conséquence de quoi il ne faut surtout pas prendre tout ce qu'elle dit au premier degré, cela conduirait sans nul doute à des interprétations erronées, pour le moins... Je trouve d'ailleurs dommage que le livre ne souligne pas explicitement ce fait et ne s'en méfie certainement pas assez lui-même.

     

    Et si vous voulez ajouter "Pas de Femmes Parfaites, s'il vous plaît" à votre PAL, c'est par ici

  • Emma, Adaptation avec Kate Beckinsale

    Pin it!

    emma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,film   Emma est, juste après Orgueil et Préjugés, le livre de Jane Austen qui a été le plus adapté, et plutôt avec succès. À l'occasion de la sortie du tout nouveau film d'Autumn de Wilde, j'en ai donc profité, non seulement pour relire le roman mais pour revoir toutes ces différentes adaptations.

       Cette version-ci est un téléfilm avec Kate Beckinsale et Mark Strong dans les rôles principaux. Il faut souligner également qu'il est sorti tout juste un an après Orgueil et Préjugés 1995 et qu'ils ont en commun la même productrice, Sue Birtwistle, et le même scénariste, Andrew Davis. C'est tout de même une promesse de qualité et elle est plutôt bien tenue à mon goût.emma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,film

       Malheureusement, la même année est également apparue au cinéma l'adaptation avec Gwyneth Paltrow et quand on regarde les images, on a du mal à croire qu'elles datent toutes les deux de la même époque. Celle-ci est bien plus sombre, ce en quoi elle est également plus réaliste, mais qui lui vaut d'avoir plus mal vieillie également. De manière générale, c'est de toutes façons l'une des adaptations qui est la plus fidèle à la fois au texte de Jane Austen et à l'époque. J'ai emma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,filmbeaucoup apprécié par exemple la subtile apparition des perruques sur certains des personnages les plus âgés, marquant véritablement le tournant d'une époque...

       Pourtant, ce bon équilibre de l'intrigue (mais qui ne permet pas d'explorer l'une ou l'autre des trames secondaires en profondeur) et le manque d'humour de cette version, la rendent un peu fade à mon goût. Heureusement, le jeu des domestiques, là encore tout en subtilité et qui nous donne l'impression de contempler l'envers du décor, et un personnage tel que John Knightley ont réussi à me faire sourire plus d'une fois mais on est loin des rires aux éclats qu'on pût me déclencher d'autres visions du livre.

       Pour ce qui est des personnages, certains sont décevants, surtout comparés à d'autresemma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,film adaptations, là encore. Je pense en particulier au père d'Emma ou à Miss Bates. Mais Kate Beckinsale est une adorable Emma, peste et piquante juste comme il faut et Ray Coulthard est sans conteste l'un des meilleurs Franck Churchill que l'on ait eu. J'ai également aimé Lucy Robinson (Mrs Hurst dans P&P 95) qui joue Mrs Elton avec brio. On en arrive donc à Mark Strong dans le rôle de Mr Knightley... Personnellement, j'aime beaucoup cet acteur mais il ne me convint pas du tout ici. Je le trouve trop sévère dans son jeu et le couple ne m'émeut pas. Le fait qu'il rappelle sans cesse à Emma qu'il l'a tenue dans ses bras lorsqu'elle était bébé n'aide pas non plus...

       Pour conclure, si cela reste donc en tous points, ou presque, une très bonne adaptation, j'avoue que je l'aime moins que les trois qui ont suivi.

     

    Si vous voulez l'ajouter d'urgence à votre DVDthèque, c'est par ici

    Et vous pouvez retrouver toutes mes chroniques des adaptations d'Emma, par là...