Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane's Adaptations - Page 3

  • Emma, Adaptation avec Kate Beckinsale

    Pin it!

    emma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,film   Emma est, juste après Orgueil et Préjugés, le livre de Jane Austen qui a été le plus adapté, et plutôt avec succès. À l'occasion de la sortie du tout nouveau film d'Autumn de Wilde, j'en ai donc profité, non seulement pour relire le roman mais pour revoir toutes ces différentes adaptations.

       Cette version-ci est un téléfilm avec Kate Beckinsale et Mark Strong dans les rôles principaux. Il faut souligner également qu'il est sorti tout juste un an après Orgueil et Préjugés 1995 et qu'ils ont en commun la même productrice, Sue Birtwistle, et le même scénariste, Andrew Davis. C'est tout de même une promesse de qualité et elle est plutôt bien tenue à mon goût.emma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,film

       Malheureusement, la même année est également apparue au cinéma l'adaptation avec Gwyneth Paltrow et quand on regarde les images, on a du mal à croire qu'elles datent toutes les deux de la même époque. Celle-ci est bien plus sombre, ce en quoi elle est également plus réaliste, mais qui lui vaut d'avoir plus mal vieillie également. De manière générale, c'est de toutes façons l'une des adaptations qui est la plus fidèle à la fois au texte de Jane Austen et à l'époque. J'ai emma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,filmbeaucoup apprécié par exemple la subtile apparition des perruques sur certains des personnages les plus âgés, marquant véritablement le tournant d'une époque...

       Pourtant, ce bon équilibre de l'intrigue (mais qui ne permet pas d'explorer l'une ou l'autre des trames secondaires en profondeur) et le manque d'humour de cette version, la rendent un peu fade à mon goût. Heureusement, le jeu des domestiques, là encore tout en subtilité et qui nous donne l'impression de contempler l'envers du décor, et un personnage tel que John Knightley ont réussi à me faire sourire plus d'une fois mais on est loin des rires aux éclats qu'on pût me déclencher d'autres visions du livre.

       Pour ce qui est des personnages, certains sont décevants, surtout comparés à d'autresemma,kate beckinsale,jane austen,adaptation,movie,film adaptations, là encore. Je pense en particulier au père d'Emma ou à Miss Bates. Mais Kate Beckinsale est une adorable Emma, peste et piquante juste comme il faut et Ray Coulthard est sans conteste l'un des meilleurs Franck Churchill que l'on ait eu. J'ai également aimé Lucy Robinson (Mrs Hurst dans P&P 95) qui joue Mrs Elton avec brio. On en arrive donc à Mark Strong dans le rôle de Mr Knightley... Personnellement, j'aime beaucoup cet acteur mais il ne me convint pas du tout ici. Je le trouve trop sévère dans son jeu et le couple ne m'émeut pas. Le fait qu'il rappelle sans cesse à Emma qu'il l'a tenue dans ses bras lorsqu'elle était bébé n'aide pas non plus...

       Pour conclure, si cela reste donc en tous points, ou presque, une très bonne adaptation, j'avoue que je l'aime moins que les trois qui ont suivi.

     

    Si vous voulez l'ajouter d'urgence à votre DVDthèque, c'est par ici

    Et vous pouvez retrouver toutes mes chroniques des adaptations d'Emma, par là...

  • Pride and Prejudice and Zombies, le film

    Pin it!

    pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,zombie,orgueil et préjugés et zombies,pride and prejucide and zombies,sam riley,matt smith   Pour commencer, et même si j'ai détesté le livre, je faisais partie de ceux qui avaient de grands espoirs pour ce film et je continue à penser que l'idée était bonne et qu'il y avait quelque chose de génial à faire. Malheureusement, ça n'a pas été fait ici...

       Le problème principal de cette adaptation est que le mélange des genres n'est absolument pas équilibré et la sauce ne prend pas. Certaines scènes d'époque, de combat, de romantisme, dramatiques sont très bonnes mais le tout manque de cohérence. Malgré tout, le résultat aurait pu être sympa si le film n'était pas quasi totalement dénué d'humour. Au lieu d'exploiter le potentiel humoristique déjà bien présent dans l'oeuvre originale de Jane Austen, l'auteur de cette parodie, et le réalisateur à sa suite, se sont pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,zombie,orgueil et préjugés et zombies,pride and prejucide and zombies,sam riley,matt smithcontentés d'insérer quelques vannes idiotes d'humour de base à l'américaine. Non seulement ça ne m'a même pas fait sourire mais ça rend certains passages totalement ridicules. C'est d'autant plus décevant que, je le répète, tout le potentiel était là pour faire un film qui déchire mais il est évident que n'est pas Jane Austen qui veut. 

       Et le casting n'était pas le moindre des points forts de cette adaptation. Nous avons une brochette d'acteurs plus géniaux les uns que les autres et pourtant certains semblent perdus, d'autres sont totalement inexistants. Honnêtement, je ne le leur reproche pas et cela ne remet pas en cause leur talent mais on sent jusque dans leur jeu le manque de cohérence du film. pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,zombie,orgueil et préjugés et zombies,pride and prejucide and zombies,sam riley,matt smithBon, sûrement qu'un visionnage de plus suffirait à me faire tomber amoureuse de Sam Riley, mais dans le cas de Colin Firth, et même de MMF, il ne m'avait fallu, comme Lizzie, qu'un regard... Le seul qui tire véritablement son épingle du jeu est Matt Smith, extraordinaire et très largement au-dessus de la mêlée. Il est tout ce que le film aurait dû être.

       Le format film est comme toujours peu adapté à la richesse de l'oeuvre et des scènes m'ont cruellement manquée comme la visite de Pemberley ou la danse d'Elizabeth et Darcy mais j'ai quand même aimé certaines idées, notamment celles qui tournent autour de Wickham. La fin m'a également bien plue et je pense que finalement tout le film aurait gagné à abandonner le pastiche et à basculer franchement du côté réellement horrifique de l'histoire.

     

       Le film sort aujourd'hui en DVD en France avec un sous-titrage en français (sur le doublage, j'ai un doute, à vérifier directement au visionnage) et je pense malgré tout qu'il reste incontournable dans une DVDthèque austenienne.

    pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,zombie,orgueil et préjugés et zombies,pride and prejucide and zombies,sam riley,matt smith

    Si vous voulez l'ajouter d'urgence à votre DVDthèque, c'est par ici

  • Jane Austen, TV & Locations Guide

    Pin it!

    jane austen, jane austen france, pemberley, guide, angleterre, maison, film, série, adaptation, lieu de tournageTitre : Jane Austen TV & Locations Guide

    Auteur : Marcia Kennedy-Mcluckie

    Langue : Anglais

    Genre : Guide 

    Note : 4,5/5

     

       Si vous projetez un tour d'Angleterre sur les traces de Jane Austen, ce petit guide pourrait vous être utile. Mais celui-ci ne vous enverra pas forcément à Chawton ou Steventon mais plutôt sur les lieux de tournage des différentes adaptations. Si vous voulez visiter le Pemberley de la version 2005 ou le Mansfield Park de 1999, il vous le faut. Il est extrêmement bien fait et assez complet même si les dernières adaptations n'y figurent pas. Cependant, il a déjà été remis à jour, cela sera donc peut-être de nouveau le cas prochainement.

       Chaque description est accompagnée de l'histoire du lieu, des évènements marquants qui s'y sont produits ou du nom de propriétaires illustres. Il est également souvent précisé s'il est possible ou non de les visiter. Une carte permet même de repérer facilement ces lieux en Angleterre et en Irlande.

       Le petit bémol de ce livre je trouve, ce sont les photos, et étant donné les sublimes maisons dont on parle, c'est un peu dommage. Ce sont parfois plus les acteurs qui sont mis en avant que les lieux eux-mêmes alors que l'on s'attendrait évidement au contraire.

       Et si jamais vous ne pouvez pas partir à l'aventure pour le moment, ce guide vous donnera très certainement au moins envie de vous replonger dans les adaptations et d'être cette fois plus attentif aux décors...

     

       Et si vous voulez en découvrir tout de suite un peu plus sur les différents lieux de tournages, je vous invite à lire mes articles sur Pemberley et Northanger Abbey.

     

    Et si vous voulez ajouter "Jane Austen, TV & Locations Guide" à votre PAL, c'est par ici.

  • Pemberley (Death Comes to Pemberley, le film)

    Pin it!

    pemberley,death comes to pemberley,la mort s'invite à pemberley,darcy,p d james,matthew goode,james norton   Il s'agit de l'adaptation de Death Comes to Pemberley/La Mort s'Invite à Pemberely de P.D. James, qui se déroule plusieurs années après la fin d'Orgueil et Préjugés autour d'une histoire de meurtre et d'un procès.

       Si j'avais émis quelques réserves sur le livre, j'ai absolument adoré l'adaptation et le coup de coeur est total ! Dès le lancement du DVD, nous sommes éblouis par la beauté des images, de couleurs et des paysages. Les décors et les costumes suivront d'ailleurs cet esprit, tout est tout simplement sublime dans cette adaptation.

       Et en parlant de sublime, qu'en est-il des acteurs... J'avais été un peu déçue, comme beaucoup je le sais, du choix d'Anna Maxwell Martin pour Lizzy et de Matthew Rhys pour Darcy. Si je continue à penser qu'il leur manque un petit quelque chose, surtout à Elizabeth qui est trop douce et pas assez pétillante, ce sont quand même deux formidables acteurs qui fonctionnent parfaitement ensemble et sont très émouvants. Bon bien sûr, heureusement que la distributionpemberley,death comes to pemberley,la mort s'invite à pemberley,darcy,p d james,matthew goode,james norton n'était pas la même dans l'original parce qu'avec Matthew Goode dans le rôle de Wickham, jamais je
    n'aurais voulu que Lizzy choisisse ce pauvre Darcy !! 
    Tous les acteurs d'ailleurs sont excellents et même s'il est toujours douloureux de découvrir ce pauvre Colonel Fitzwilliam aux antipodes de ce que l'on savait de lui, mais en respectant l'oeuvre de P.D. James, j'ai trouvé que le film adoucissait légèrement ses torts par rapport au livre.

       Enfin, pour ce qui est de l'ambiance générale, c'est un pur régale. Je pense que le mystère convenait finalement mieux à la forme filmée qu'à la forme écrite et a été particulièrement bien rendu ici. On ne s'ennuie pas une seconde et la tension est palpable et pourtant, on apprécie en même temps de se retrouver dans la vie de ces personnages que l'on a tant aimés et quelques bulles d'humour parviennent à alléger le tout. L'arrivée de Lady Catherine, par exemple, est particulièrement pemberley,death comes to pemberley,la mort s'invite à pemberley,darcy,p d james,matthew goode,james nortonsavoureuse. 

       Est-ce que je finirais cette chronique sans une seule vraie critique ? Ce serait étonnant de ma part non ? Alors j'ajouterais simplement que j'ai trouvé l'une des scènes finales (incluant Lizzy et une potence) plutôt ridicule. Et pour ce qui est des retours en arrière, figurant des scènes d'Orgueil et Préjugés, même s'ils m'ont parus intéressants, Anna Maxwell Martin est bien trop marquée pour paraître vingt ans et c'est assez perturbant...  

     

       Parlons maintenant du DVD en lui-même. Si j'ai une petite préférence pour la jaquette anglaise, j'apprécie l'unité du design que l'on retrouve dans toutes les sorties Koba autour de Jane Austen et qui vous permet d'avoir une collection homogène. Il n'y a aucun bonus, ce qui est toujours décevant quand on aimepemberley,death comes to pemberley,la mort s'invite à pemberley,darcy,p d james,matthew goode,james norton autant une adaptation mais c'est également le cas dans la version originale. En revanche, il y a d'autres défauts bien plus dommageables. Tout d'abord, il est important de savoir qu'il s'agit de la version originale, accompagnée de sous-titres français. Il n'y a pas eu de doublage et vous n'avez pas le choix sur la langue des sous-titres. D'ailleurs je ne comprends pas le changement de titre de Death Comes to Pemberley à seulement Pemberley (alors que le titre français du livre est la Mort s'invite à Pemberley), cela crée la confusion et ne manquera pas d'induire l'acheteur en erreur. Enfin, alors que l'adaptation originale se découpe parfaitement en trois parties, elle est ici reconditionnée, si je puis dire, en deux seulement. Un changement inutile et plus que discutable.

       Voilà, il ne vous reste plus qu'à voir ou revoir cette adaptation indispensable, à avoir sans faute dans sa collection austenienne...

     

    Si vous voulez l'ajouter d'urgence à votre DVDthèque, c'est par ici