Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jane's Adaptations - Page 2

  • Love & Friendship (adaptation de Lady Susan)

    Pin it!

    lady susan,love and friendship,adaptation,jane austen,france,kate beckinsale   J'ai vraiment une affection toute particulière pour ce court roman de Jane Austen. Même si ce n'est pas mon favori, il révèle tellement de ce qu'elle est profondément, l'ayant écrit très jeune et ne le destinant pas à la publication, qu'on ne peut que l'adorer. Je l'ai lu un nombre incalculable de fois, j'ai travaillé sur des parties de son texte, je le connais presque par coeur. En bref, je savais bien que je serais assez difficile à charmer et très exigeante avec l'adaptation. Ça n'a pas raté.

       Tout d'abord, soyons clairs, c'est une bonne adaptation, que je vous conseille de voir et qui manquait clairement dans le paysage austenien. Bon nombre des défauts sur lesquels j'ai tiqué relèvent du détail et je sais que plus je visionnerai ce film, plus je l'aimerai mais je n'y peux rien, j'ai le souci du détail et il s'appliquera une fois encore à cette chronique...

       Je passe rapidement sur le fait d'avoir changé le titre pour utiliser celui d'une autre nouvelle de Jane Austen qui sonne plus comme Pride and Prejudice ou Sense & Sensibility à des fins purement commerciales. Je trouve ça ridicule mais si c'est ce qui a permis au réalisateur de produire le film, on lui pardonne. Je passe aussi sur ses déclarations dans la presse clamant que son film est, parmi toutes les adaptations de Jane Austen, l'une des seules valables ! Pour ce qui est du choix des acteurs en revanche, il faut sans conteste le féliciter pour celui de Kate Beckinsale. Elle est divine, magistrale, fine... Elle est Lady Susan. J'ai également apprécié le jeu des autres comédiens, avec une mention spéciale pour Tom Bennett qui, avec ce nom prédestiné, est hilarant en Sir James Martin. En revanche, j'ai trouvé Chloë Sevigny plus mauvaise que jamais mais heureusement nous la voyons assez peu.

    lady susan, love and friendship, adaptation, jane austen, france, kate beckinsale

       Quelques passages sont également assez plats, avec une longue succession de différentes conversations mais adapter un roman épistolaire n'est pas une mince affaire et le réalisateur s'en sort malgré tout plutôt bien sur ce point-là en ajoutant ce qu'il faut d'action et de personnages. Pour fluidifier parfaitement le tout, il aurait malheureusement certainement fallu un film beaucoup plus long (ce qui, cela dit, n'aurait pas gêné la plupart d'entre nous je pense).

       La plupart des critiques ont mis l'accent sur l'humour du film qui est effectivement bien présent. S'il est surtout dû aux répliques intactes de la plume de Jane Austen, on peut tout de même en saluer la transposition à l'écran du réalisateur. Il a su respecter cela bien mieux que l'esprit de ses personnages et là, je ne parle plus seulement de petits détails gênants. Whit Stillman a choisi de faire de Lady Susan une héroïne avec laquelle on rit et à qui l'on pardonne aisément son comportement. Pour cela, il a atténué ses défauts, affadi les personnages qui l'entourent et changer la fin du roman, rien de moins. On essaie de nous faire croire que Lady Susan fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a et que ce livre serait en quelques sortes en pamphlet de défense des femmes qui n'avait à l'époque d'autres choix que de se vendre au meilleur mari possible. C'est complètement faux. Lady Susan trompe son premier mari, le ruine, multiplie les crasses à son beau-frère, couche avec le mari d'une de ses amies alors qu'elle est veuve depuis moins de trois mois et j'en passe. Pire que tout, ellelady susan, love and friendship, adaptation, jane austen, france, kate beckinsale
    n'aime pas sa fille, ne s'en est jamais occupée, la néglige et la dénigre. Lady Susan n'est pas une femme désespérée qui ruse pour se faire épouser parce que c'est son seul choix, c'est une femme égoïste et orgueilleuse qui est prête à n'importe quoi pour obtenir ce qu'elle veut. Je trouve que c'est là tout le piment du roman, tout le défi aussi de nous faire aimer cette histoire malgré son héroïne et tout cela a disparu du film. L'autre héroïne du roman, Catherine, qui ne se laisse jamais duper par sa belle-soeur et qui est l'autre femme forte finalement, rétablissant l'équilibre, est ici quasi insignifiante. C'est très certainement une interprétation qui plaira à certains et qui ne gênera aucunement ceux qui n'ont pas lu le roman mais il est bien dommage d'avoir dénaturer ainsi l'esprit du roman.

       Tout cela ne m'empêche d'attendre la sortie DVD avec impatience (déjà annoncé pour le 26 septembre en Angleterre) et d'avoir envie de revoir le film pour le juger peut-être un peu moins sévèrement.

  • Coup de Foudre à Bollywood

    Pin it!

    coup de foudre à Bollywood, aishwarya Rai, alexis bledel, martin henderson, bride and prejudice, orgueil et préjugés, jane austen, france   Cela fait longtemps déjà que j'ai envie de vous parler de cette adaptation que j'adore. Du coup, tous les six mois, je me la repasse pour écrire mon billet, puis je ne prends pas le temps de le rédiger et je suis alors obligée de la regarder une nouvelle fois, sans jamais m'en lasser. Hier soir, à l'occasion de sa énième rediffusion, je n'ai, une fois de plus, pas pu résister à l'appel de Bollywood ! 

       Il s'agit donc d'une adaptation moderne d'Orgueil et Préjugés, qui se déroule en grande partie en Inde, pays qui perpétue des traditions qui permettent une transposition de l'intrigue très réussie. Balraj, jeune et riche Indien qui vit à Londres, revient dans son pays natal pour le mariage d'un ami, accompagné de sa soeur et de son ami américain, William Darcy. 

       Bien sûr, tout n'est pas parfait, à commencer par le fait que Darcy soit américain (sacrilège!!). Maiscoup de foudre à Bollywood, aishwarya Rai, alexis bledel, martin henderson, bride and prejudice, orgueil et préjugés, jane austen, france impossible de lui en vouloir longtemps, je ne peux résister au sourire de Martin Henderson. Je trouve aussi Lalita (Lizzie, jouée par la sublissime Aishwarya Rai), très dure avec lui dès leur rencontre alors qu'il semble simplement maladroit et déjà sous son charme. Comme toujours le format film ne permet pas de développer toutes les intrigues et certains raccourcis sont obligatoires mais j'aurais aimé voir plus de Georgiana, interprétée par Alexis Bledel qui plus est, et me serais volontiers passée de certaines scènes vraiment cucul la praline comme celle de l'église ou de la fontaine. 

       Mais tous ces petits défauts ne sont rien à côté de la joie que dispense ce film, ses musiques, ses danses, ses couleurs. Bien sûr, il faut aimer l'ambiance Bollywood mais je vous mets au défit de ne pas avoir envie de danser en regardant ce film. Le casting est soigné et l'humour bien coup de foudre à Bollywood, aishwarya Rai, alexis bledel, martin henderson, bride and prejudice, orgueil et préjugés, jane austen, franceprésent, avec une mention spéciale pour le slip léopard de Mr Kholi, le Collins local, et la chanson "No life, without wife". Avouez que maintenant vous mourrez d'envie de le voir ! Enfin, pour que vous ne soyez pas déçu, je préfère vous prévenir de ne pas attendre de scènes de baisers, respect et traditions obligent. Pour résumé, ne vous passez surtout pas ce film, bonne humeur garantie!

  • Persuasion, Adaptation de 2007

    Pin it!

    persuasion,jane austen,anne elliot,captain wentworth,frederick wentworth,sally hawkins,rupert penry-jones   Pour moi, peu des oeuvres de Jane Austen possèdent leur adaptation parfaite et Persuasion n'en fait certainement pas partie. Il faut dire aussi que c'est le livre de Jane Austen que je préfère, ce qui explique peut-être ma sévérité mais pas seulement. Je me suis longtemps récriée contre les actrices choisies pour jouer Anne, résultats d'une  mauvaise interprétation des mots de Jane Austen, et Sally Hawkins ne faisait pas exception à la règle. Elle est trop vieille pour jouer ce rôle et pas assez jolie à mon goût. Cependant, afin de chroniquer correctement cette adaptation, il m'a fallu la revoir (quels sacrifices je ne serais pas prête à faire pour vous!) et je dois dire à ma grande surprise que cela n'a pas été vain, et que j'ai changé d'avis sur l'actrice. Comme son partenaire à l'écran, Rupert Penry-Jones, elle est exceptionnelle de justesse et les jeux de regards de ces deux-là valent bien de mots. Je trouve toujours extrêmement malheureux que le réalisateurpersuasion,jane austen,anne elliot,captain wentworth,frederick wentworth,sally hawkins,rupert penry-jones s'évertue à l'enlaidir, l'affuble d'une coiffure atroce et ne lui fasse pas porter une tenue correcte de tout le film, mais après tout elle n'y est pour rien et j'apprécie sa simplicité qui sied parfaitement au rôle. Je trouve également dommage qu'il n'y ait aucune évolution visible tout au long de l'histoire contrairement à ce que Jane Austen nous décrit de la beauté ravivée d'Anne au contact du Capitaine.

       Parlons donc de ce Capitaine justement... Bien que cette adaptation ait de nombreux défauts selon moi, il me semble qu'aucune autre, aussi fidèle sera-t-elle, ne pourra me faire oublier RPJ. Il EST le Capitaine, tout simplement. 

    persuasion,jane austen,anne elliot,captain wentworth,frederick wentworth,sally hawkins,rupert penry-jones   Malheureusement, je n'ai pas autant d'éloges à faire sur les autres acteurs. Pourtant, j'ai eu l'occasion d'apprécier certains d'entre eux dans d'autres rôles mais ici je trouve que tout est surjoué et il me semble qu'il y a des façons plus subtiles de rendre hommage au ridicule des personnages de Jane Austen et à son ironie mordante.

       Passons à la réalisation à proprement parlé, et c'est certainement sur ce sujet que j'ai le plus de griefs: bien sûr, le format film oblige à supprimer de nombreuses scènes, je n'ai pas aimé l'effet donné de "caméra à l'épaule", j'ai trouvé que l'on courrait beaucoup trop dans tous les sens et je ne saurais pardonner le massacre de la scène de la lettre sous aucun prétexte. Mais le pire est encore à venir:persuasion,jane austen,anne elliot,captain wentworth,frederick wentworth,sally hawkins,rupert penry-jones la scène où Anne poursuit le Capitaine dans tout Bath et qui se termine par un baiser atroce est tout simplement insoutenable!! C'est ridicule, incohérent, aussi bien avec l'époque qu'avec le scénario lui-même et gâche tout l'effet dramatique et d'apothéose que la longue attente aurait du susciter. Honnêtement, je me demande comment quelqu'un qui n'a pas lu le livre arrive à apprécier cette adaptation. 

       Je continuerai malgré tout à la visionner pour Sally Hawkins et Rupert Penry-Jones sur qui tous les aspects positifs reposent, mais la conclusion me donne toujours envie d'arrêter le DVD en cours et d'aller relire les dernières pages du roman à la place.

       Huit ans se sont déjà écoulés depuis ce tournage et les 200 ans de Persuasion se profilent à l'horizon de 2017. Vous n'imaginez pas à quel point je croise les doigts pour une nouvelle tentative d'adaptation bien que l'éternelle question se pose: qui d'autre pour jouer Wentworth?

    persuasion,jane austen,anne elliot,captain wentworth,frederick wentworth,sally hawkins,rupert penry-jones

  • Pride and Prejudice, Adaptation de 1940

    Pin it!

    pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcy   Dans le monde des adaptations austeniennes, on peut vraiment dire que j'ai vu de tout: du très bon, du très très mauvais et même quelques ovnis inclassables. Ce film de 1940 se range assurément dans cette dernière catégorie mais je voudrais commencer par le replacer dans le contexte.

       Tout d'abord, le film n'est pas une adaptation du roman de Jane Austen comme on pourrait le penser, mais d'une pièce de théâtre qui a beaucoup de succès à ce moment-là: Pride and Prejudice, a Sentimental Comedy in Three Acts. L'adaptation d'une adaptation donc, forcément, on a perdu quelques petites choses en route. Les studios ne rechignent pas sur les stars: Greer Garson en Elizabeth Bennet, nul autre que Laurence Olivier pour Darcy et même Aldols Huxley au scénario. Vivien Leigh et Clark Gable avaient été pressenti également. Une dernière petite chose avant de vous lancer, il faut que jepride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcy vous dise deux mots des costumes. Mais que dire... L'action a été placé une trentaine d'années après celle du livre, plus de robes empires toutes simples donc mais un déballage de froufrous hautement ridicules... Vous voilà prévenus...

       Vous l'avez bien compris, je vous parle de tout cela pour vous inviter à l'indulgence, dans l'espoir que comme moi, vous finirez par adorer ce film. De toutes façons, dès les premières minutes, le ton est donné: si vous résistez à l'envie de rire devant la scène cocasse de course poursuite entre Mrs Lucas et Mrs Bennet lorsqu'elles apprennent l'arrivée d'un riche gentleman célibataire dans le voisinage, passez votre chemin. L'humour est indéniablement mis en avant dans ce film et de façon tout à fait volontaire pour ceux qui en douteraient. Je rappelle que nous sommes en période de guerre et le moral est au plus pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcybas. Si l'ambiance est lourde sur le plateau, chacun est décidé à faire rire le public. Les mimiques de Greer Garson me font d'ailleurs sourire rien que d'y penser! J'ai également une tendresse toute particulière pour une des scènes finales qui concerne Lady Catherine de Bourgh. Je n'en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le suspense mais là encore j'ai bien ri et beaucoup aimé l'idée.

       Les points faibles sont, en premier lieu, le manque total, ou presque, d'adéquation avec l'oeuvre originale et je concède également quelques longueurs et un peu d'ennui au milieu du film. Malgré tout, et je le redis, c'est une adaptation que j'adore et qu'il faut absolument avoir vu au moins une fois. J'ai hâte de connaître votre avis!

       Une dernière anecdote: à sa sortie, le film sera bien accueillie et Greer Garson unanimement encensée, ce qui vexera fortement le notoirement susceptible Laurence Olivier!

    pride and prejudice,orgueil et préjugés,jane austen,laurence olivier,greer garson,darcy