Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

milady

  • Le Rêve de Mr Darcy d'Elizabeth Aston

    Pin it!

    le rêve de mr darcy,darcy,elizabeth aston,milady,jane austen,austenerieTitre: Le Rêve de Mr Darcy

    Auteur: Elizabeth Aston

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Sequel/Suite

    Note: 3/5

     

       Les livres d'Elizabeth Aston, ce sont toujours des montagnes russes. Parfois c'est très mauvais, parfois c'est vraiment sympathique. En fait, plus elle s'éloigne de Jane Austen et plus elle laisse son oeuvre tranquille, meilleure elle est. Dommage qu'elle ne s'en rende pas compte. Et ce tome-ci ne déroge pas à la règle puisqu'il est très exactement à la croisée des chemins. Il découle d'Orgueil et Préjugés sans en être trop proche et du coup me laisse un sentiment mitigé

       Ce que j'ai aimé, c'est la romance historique en elle-même et dans toute sa splendeur si je puis dire, ce qui pour moi ce traduit par un livre facile à lire, une ambiance agréable et une histoire d'amour, le tout sans grande surprise mais tout en sachant qu'on ne lit pas ce genre de livre pour être surpris non? "Quoi? Elle ne l'épouse pas à la fin???" Sacrilège!!! Bref, ce côté-là marche plutôt bien. J'ai quelques scènes qui me restent en tête, des fêtes où j'ai la joyeuse impression de m'être rendue, des confidence des héroïnes qu'elles semblent m'avoir chuchotées à l'oreille.

       J'ai beaucoup aimé également me retrouver à Pemberley, y suivre la vie domestique et le réaménagement des jardins, ainsi que l'apparition discrète de Darcy, une présence, une phrase prononcée, juste la petite touche qu'il fallait pour faire plaisir aux lectrices sans trop toucher à ce personnage sacré!

       Une autre chose que j'ai apprécié, et ça en fait quand même pas mal je trouve, ce sont toutes les petites intrigues secondaires dont le dénouement de l'une m'a pour le coup prise au dépourvu. Comme quoi, il y a même eu parfois plus que ce que j'espérais!

       En revanche, là où ça marche beaucoup moins pour moi, c'est du côté des personnages. Bien sûr que je les ai trouvé attachants, ce sont exactement les mêmes que dans l'original!! Les deux jeunes filles en sont presque des caricatures. Certaines scènes également sont copiées-collées et je trouve ça très décevant. Et, plus agaçant que tout, sont toutes les descriptions des moeurs de l'époque. Pour commencer, elles sont totalement inutiles mais en plus, sont placées extrêmement maladroitement. Ce qui me venait à l'esprit à chaque page, c'est cette maxime enfantine: "la culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale." L'auteur tente tellement de nous convaincre qu'elle connait bien l'époque que ça tourne parfois au ridicule!!

       Autre point négatif, pour servir l'intrigue, toutes les femmes croisées dans le roman on fait un mariage malheureux. Alors on ne peut pas prôner tous le long des 300 pages que tous les hommes sont infidèles et qu'aucun mariage, d'amour ou de convenance, ne fonctionne sur le long terme et espérer ensuite nous faire adhérer au "happy ending". A un moment donné, il faut choisir son camp!

       Enfin, dernier point négatif, qui est certes un détail mais qui fait partie de toute cette nouvelle mode austenienne et du profit qu'en tirent certains: le titre ou comment caser "Mr Darcy" dans le titre d'un roman qui ne parle absolument pas de lui. Bravo.

     

    Retrouvez toutes mes chroniques sur les livres d'Elizabeth Aston ICI.

  • Sanditon de Juliette Shapiro

    Pin it!

    sanditon,juliette shapiro,austenerie,milady,jane austenTitre: Sanditon

    Auteur: Jane Austen et Juliette Shapiro

    Langue: Français

    Roman: Sanditon

    Note: 3/5

     

       Pour commencer, un petit rappel rapide de l'histoire de ce livre: Jane Austen en a commencé l'écriture quelques mois avant sa mort mais n'a malheureusement pas eu le temps, ni la force de le terminer. Cela laissa place à de nombreuses spéculations et différents auteurs ont depuis décidé de l'achever, avec plus ou moins de brio. 

       Nous y rencontrons les Parker, un couple fort sympathique vivant à Sanditon et ayant décidés de faire de leur village, la nouvelle destination à la mode. Et pour lui faire découvrir toutes ses merveilles, ils y inviteront la jeune Charlotte Heywood, notre héroïne.

     

       Je dois dire qu'avant même d'ouvrir cet ouvrage, j'étais déjà mal disposé envers lui, je plaide coupable. Non seulement j'ai adoré la version de Marie Dobbs mais les critiques des lecteurs anglais et américains me laissaient craindre le pire et déplorer, une fois de plus, les choix de Milady.

       Pourtant, j'ai essayé de mettre tout cela de côté et de juger de façon impartiale mais les éléments perturbateurs et agaçants n'ont fait que s'enchaîner les uns après les autres et m'énerver d'autant plus.

       Le premier, et non des moindres, est qu'il n'est spécifié à aucun endroit quelle est la partie du texte écrite par Jane Austen. C'est déjà pour moi un manque de respect total et une mauvaise entrée en matière mais les choses ne s'arrangent pas vraiment avec la traduction de ce fragment. Passons sur ces petits inconvénients et concentrons nous sur la partie de Juliette Shapiro. 

       Dès que nous basculons de son côté, il se passe deux choses: au moins trois des personnages principaux changent complètement de caractère et pas cinq pages ont été tournées qu'une jeune fille est retrouvée échevelée dans les fourrées. Seriously???? 

       Du coup, vous êtes en train de vous demander pourquoi j'ai quand même mis 3 sur 5 à ce roman. J'ai beaucoup hésité je dois dire mais comme c'est souvent le cas avec ces austeneries, le livre en lui-même est sympathique et agréable et se lit facilement, ce qui explique cette note. Mais si je devais juger seulement de son rapport à notre auteur adorée, je n'aurais mis qu'1/5. Une fois encore, un auteur prend Jane Austen pour prétexte pour faire vendre ses livres, tout en écrivant quelque chose qui n'a rien à voir avec elle et ça m'agace. Si je comprends les motivations de ces auteurs et autres éditeurs, il faut bien se rendre compte que ceux que l'on prend pour des imbéciles une fois de plus, c'est nous. A vous de voir si vous êtes prêt à passer au-dessus de cela pour lire un livre agréable ou si c'est pour vous rédhibitoire. 

  • Le Journal du Capitaine Wentworth [Concours Inside]

    Pin it!

    persuasion,jane austen,milady,amanda grange,le journal du capitaine wentworth,captain wentworth's diaryTitre: Captain Wentworth's Diary

    Auteur: Amanda Grange

    Langue: Sortie française le 25.10.13

    Roman: Persuasion

    Genre: POV

    Note: 4/5

     

       Cela fait bien longtemps que cet ouvrage trônait dans ma PAL austenienne mais comme on dit, j'ai gardé le meilleur pour la fin. Je me suis donc lancée dans sa lecture à l'occasion de sa sortie française chez Milady.

       Ayant déjà lu trois ou quatre autres journaux intimes du même auteur, je m'étais un peu lassée du procédé et j'avais peur de ne pas savourer les pensées du beau Capitaine. Pourtant, j'ai finalement trouvé que c'était celui dont le récit était le plus fluide et que l'on oubliait facilement qu'il s'agissait d'un "journal intime" et j'ai aimé me replonger dans cette histoire que j'adore!

       La première partie nous permet de découvrir la rencontre d'Anne et Frederick et de mieux comprendre leur passé commun. Alors que j'attendais cela avec impatience et pensais que ce serait sûrement ma partie favorite, j'ai été plutôt déçue je dois dire, trouvant celapersuasion,jane austen,milady,amanda grange,le journal du capitaine wentworth,captain wentworth's diary assez banal et manquant cruellement de passion.

       La suite du récit en revanche fut un délice. Découvrir les pensées et les doutes du Capitaine au cours de l'histoire que nous connaissons déjà bien, j'ai adoré. C'est d'ailleurs le principe de base de ces livres qui a séduit un grand nombre d'entre nous il me semble. Mieux comprendre chacun de ses doutes, ses choix, ses dilemmes, sa colère, c'est comme s'il nous ouvrait son cœur. **soupir**

     

       En conclusion, n'est pas Jane Austen qui veut. Bon, d'accord, on le savait déjà. Mais je veux dire par là que la lecture est très agréable lorsqu'Amanda Grange nous dévoile l'envers du décor de nos romans favoris mais qu'elle n'excelle pas autant lorsqu'elle n'a pas de trame sur laquelle s'appuyer.

     

     

       Concours: Je vous propose de gagner deux exemplaires de ce roman, en français, grâce à Milady bien sûr. Pour cela il vous suffit de laisser un commentaire ici pour me parler de Persuasion, ce qui vous touche ou non, ses personnages, la lettre... Ce que vous voulez! Vous avez jusqu'à samedi minuit et rejoignez-moi sur la page Facebook pour tenter une chance supplémentaire!

       Edit du 28.10: les deux gagnantes sont Nemith et Nad. J'attends vos adresses au plus vite les filles.

  • Caroline Bingley de Jennifer Becton

    Pin it!

    jane austen,pride and prejudice,caroline bingley,jennifer becton,darcy,miladyTitre: Caroline Bingley

    Auteur: Jennifer Becton

    Langue: Français

    Roman: Orgueil et Préjugés

    Genre: Suite centrée sur un personnage secondaire

    Note: 4/5

     

       Qui n'a pas adoré détester Caroline Bingley, que se soit en lisant Orgueil et Préjugés ou en visionnant l'une des adaptations existantes. Pourtant, j'ai toujours eu le sentiment que Jane Austen ne dédaignait aucun de ses personnages. Elle les critique certes, montrent leurs mauvais côtés mais ils sont souvent également le fruit de leur époque ou de leur éducation et leur créatrice me parait prompte à leur pardonner ou tout au moins, à avoir pitié d'eux. Et c'est plus exactement ce que je ressentais pour Caroline Bingley.

       Jennifer Becton prend la relève brillament sur ce point. Elle nous montre le point de vue de Caroline, ce qui motive ses actes, ses peurs, ses faiblesses et au-delà de la peine qu'elle peut nous inspirer, on en arrive même à l'aimer. Si, si, à la fin, j'aurais volontiers pris sa défense contre Elizabeth Bennet, c'est dire! Quand on en arrive à la compréhension d'un personnage, ou d'une personne, c'est également valable dans la vie, il devient difficile de lui en vouloir. C'est quelque chose que j'ai appris avec les années et l'expérience, et je suis extrêmement reconnaissante à Jennifer Becton de m'avoir fait apprécier Miss Bingley, dont je comprends les angoisses. Je suis même certaine que cela modifiera ma prochaine lecture de P&P avec de nouvelles perspectives à explorer.

       J'ai également ressenti un vrai lien avec l'oeuvre originale grâce au personnage choisi. Miss Bingley y tenait un rôle important et en la retrouvant, on retrouve un peu d'Orgueil et Préjugés, plus qu'avec Charlotte Collins je trouve, ou avec d'hypothétiques filles Darcy (nièces, cousines, soeur de la belle-fille au troisième degré par alliance...).

       Malgré tout, vous commencez à me connaître, je suis très tatillone lorsque l'on touche à mon auteur favori et on est loin de la complexité de l'oeuvre de Jane Austen. J'ai relevé quelques incohérences, j'ai été agacé par l'emploi du surnom "Caro" pour nommer Miss Bingley, j'ai vu venir l'intrigue amoureuse à 1000 lieues mais ce n'était ici pas assez important pour me gâcher ma lecture. Et si cela reste une romance légère, qui se lit facilement, elle n'en est pas moins des plus agréables.

     

       PS/ Ne ratez pas dimanche ma chronique de Coup de Foudre à Austenland sur Books are my Wonderland, il y aura un exemplaire à gagner!